Archives du mot-clé socle électrique

Installation électrique : le circuit lumière.

Les circuits lumières servent à alimenter l’éclairage du bâtiment.

Dans ces circuits, les prises commandées par un interrupteur sont prises en charge.

matériels :

matériels lumières

Ces circuits sont alimentés en fils de 1.5 mm² et protégés par un disjoncteur 16 A.

Le nombre maximum de points lumineux autorisés est de 8, sachant qu’un point lumineux peut être composé de plusieurs ampoules :

–  sur un même luminaire,

point lumineux plusieurs ampoules

– en différents luminaires.

point lumineux plusieurs luminaires

Nombe minimum de point d’éclairage par pièce, imposé par la norme NF C 15-100 :

– séjour, 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– chambre 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– cuisine 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– autres pièces (sup 4 m² hors WC) 1 Point équipé d’une boîte DCL (centre ou applique),

– entrée 1 Point d’éclairage extérieur,

– salle de bains 1 Point d’éclairage équipé d’une boîte DCL avec obturateur ou luminaire IP 4X.

La commande de l’éclairage est réalisée par interrupteur (s) :

– simple,

– va et vient (généralement 2 interrupteurs, bien qu’un branchement spécifique permet 3 interrupteurs),

télérupteur lorsque plusieurs interrupteurs sont nécessaires (en général au-dessus de 2),

– détection ou automatique.

qui peuvent être :

– variateurs,

–  temporisés,

– avec commande à distance,

– tactiles,

–  multi-scénarios.

Schémas de branchement et de connexions :

schéma de branchement 1 point 1 éclairage

Chaque interrupteur peut commander 1 ou plusieurs ampoules.

schéma de branchement va et vientLe va et vient permet de commander 1 ou plusieurs luminaires de 2 endroits différents.

schéma de branchement télérupteurtLe télérupteur permet de commander 1 ou plusieurs luminaires de plus de 2 endroits.

schéma de branchement par connecteurLes connecteurs remplacent les dominos (ou sucres).

Ils sont automatiques ou à leviers.

Leurs avantages :

– encombrement réduit,

– chaque fils a son orifice de connection,

– permettent de 1 à plusieurs connections,

– offrent un contact sans risque de jeu, ou de desserrage,

– permettent la connexion de différents diamètres de fils.

Tableaux de rappel puissance/section/ protection :

section_puissance_longueur_1   section_puissance_longueur_2

S’il est intéressant, dans la mesure du possible, pour les circuits prises, de passer les gaines et câbles sous les planchers, par le vide-sanitaire, ou une cave, il en est tout autre pour les circuits lumières, qu’il est préférable de passer en partie haute au-dessus des plafonds ou dans les combes.

Comme pour les circuits prises, si vous avez la possibilité de placer une boîte de dérivation par circuit et judicieusement positionnée au plus prés des pièces concernées, cela devrait vous simplifier l’installation.

Toutefois, dimensionnez bien les boîtes de dérivation, car si pour un circuit prises votre boîte pourra compter au maximum 9 orifices d’entrées ou sorties [ cas d’un circuit ou chaque prise est alimentée directement de la boîte (circuit en pieuvre)], il en sera différemment pour le circuit lumière, pour lequel, pour un socle, vous pourriez avoir :

– 1 télérupteur avec 3 ou 4 boutons poussoirs et 2 ou 3 points d’éclairage, soit déja 7 ou 8 orifices d’entrées ou sorties,

alors que vous pouvez encore sur ce même circuit alimenter 7 autres points (socles) lumiaire.

Dans ce cas, pensez à redistribuer vers d’autres boîtes de dérivations pour soulager la boîte principale :

branchement en pieuvre

Dans le schèma ci-dessus, le circuit compte 4 lignes :

– un socle avec télérupteur 4 boutons poussoirs commandant 3 points lumineux,

– un socle avec va et vient 2 interrupteurs commandant 2 points lumineux,

– 2 socles indépendants avec 1 interrupteur, chacun commandant chacun 1 point lumineux.

Cependant, il pourrait y être rajouté de nouveau, les mêmes équipements pour arriver au maximum de 8 socles.

Pour ces 4 lignes, il faudrait une boîte comptant 16 entrées ou sorties et dans le cas où l’on doublerait à l’identique pour obtenir 8 socles, il faudrait 31 entrées ou sorties.

Imaginez la grosseur de la boîte et le bor…. qui y règnerait :

boites de dérivation gros modèle

les circuits lumières doivent également :

– être reliés à la terre,

mise à la terre

– être interdits dans des périmètres définis aux environs de points d’eau (douche, bain, évier, lavabo) ou répondre à la norme d’étanchéité indice de protection IP.

L’indice de protection IP comporte 2 chiffres.

Le premier chiffre correspond à la protection contre la pénétration des corps solides.

Le deuxième chiffre correspond à la protection contre la pénétration des liquides.

Cependant, dans le cas d’une boîte de dérivation indice IP 55 correspondant à une protection contre les jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 22,5 mm, 12,5 l/min), je n’ai pas trouvé la correspondance avec les indices utilisés actuellement par la norme (sauf erreur de ma part) puisque les indices mis en avant actuellement sont : X 0, X 1, X 4, X 7 ???????

indices de protection

L’indice de protection peut également comporter une lettre A, B, C, ou D correspondant à la protection par contact :

– A par le dos de la main,

– B avec le doigt,

– C avec un objet de 2,5 mm de diamètre,

– D avec un objet de 1 mm de diamètre.

volume d protection

volume 0 : IP X7,

volume 1 : IP X4,

volume 2: IP X4,

volume 3 : IP X1,

Toutefois, certaines rares mesures peuvent compléter cette protection, il est donc judicieux de se reporter aux fiches techniques du matériel devant être installer.

Chaque point lumineux doit :

– être de type DCL depuis 2001 pour les installations neuves ainsi que pour les rénovations,

boîtes DCL

– être branché :

=> en provisoire par une douille adaptée,

=> définitivement par une fiche spéciale,

=> la phase, câble toutes couleurs autres que bleu et jaune/vert à droite,

=> le neutre, câble bleu à gauche,

=> la terre, câble jaune/vert au centre.

Bon, je pense avoir fait le tour de la question sans pour autant prétendre faire des lecteurs des électriciens, l’idée étant toujours la même, dégrossir le terrain avec je l’espère, des informations simples et surtout compréhensibles, ce qui est parfois difficile à trouver.

Je vous rappelle toutefois que l’électricité est un domaine très technique avec une normalisation complexe et qu’il existe de bons livres illustrés dans le commerce et que pour quelques petites dizaines d’euros cet investissement peut vous éviter bien des déboires en commençant par le contrôle du « CONSUEL » dont le montant s’éléve à 116,96 sous la TAV 19.6.