Archives du mot-clé puits canadien

Chauffage : distribution de la chaleur

Pour ce chauffer, Babeth a choisi le poêle à bois.

Il s’agit d’un bon vieux poêle en fonte, simple mais très efficace.

Pour cela elle a devancé les choses et s’est fait plaisir à prendre une coupe de bois et à manier la tronçonneuse.

SAM_0689    SAM_0690 Environ 50 stères ont été stockées.

Elle devrait avoir quelques bonnes années devant elle avant de penser à faire rentrer du bois.

Car plus tard…….

mamie bois

Il sera installé au centre de la maison, dans la pièce principale (coté cuisine) juste devant le mur d’inertie.

SAM_4771

Lorsque le sol est en plancher bois, il faut impérativement mettre un matériau incombustible sous le poêle et dépassant l’emprise de celui-ci d’au moins 30 cm de part et d’autre.

Dans le projet, le poêle étant dans le volume dédié à la cuisine, le sol sera carrelé.

Un conduit d’évacuation des gaz de combustion traversera la pièce pour passer au travers de la toiture dans un conduit en boisseaux de terre cuite qui constituera la cheminée extérieur.

SAM_0313

Mais avant de quitter la pièce, ce conduit passera dans un caisson qui permettra de chauffer l’air en provenance du puits Canadien.

L’air ainsi chauffé, sera distribué par l’intermédiaire d’un groupe de distribution d’air chaud dans la salle de bain et dans les 3 chambres.

SAM_0594

Préparation des traversées de cloison :

– percement des cloison puis après avoir retiré 5cm d’isolant, remplissage du volume entre les 2 plaque de BA 13 au plâtre,

SAM_0580

– préparation des pièces de traversées sur lesquelles viendra se brancher la gaine de distribution,

SAM_0587 SAM_0588 SAM_0589 SAM_0590 SAM_0586

– mise en place des pièces de traversées puis des bouches de soufflage d’air chaud,

SAM_0592    SAM_0591    SAM_0602

– reliage du groupe de ventilation aux bouches de soufflages avec la gaine thermique/phonique

SAM_0632    SAM_0596    SAM_0597

et au moyen de pièces de jonctions :

SAM_0600 de type croix pour 1 entrée et 3 sorties,

SAM_0631 de type culotte pour 1 entrée et 2 sorties.

– branchement électrique du groupe de ventilation

SAM_0633

– création d’une ventilation pour le comble technique situé dans le volume de l’habitation et qui doit être bien ventilé.

SAM_0635 SAM_0637

Le caisson étant en cours de fabrication, il faudra attendre quelques semaines avant de le voir fini. Cest un ami de Philippe qui le fabrique artisanalement .

La forme est une idée de moi, quant à la décoration, le choix est laissé à l’Artiste….

Cependant, il sera en appuis contre le mur d’inertie et comme je l’écrivais en début d’article, il sera alimenté par le puits Canadien en air provenant de l’extérieur et réchauffé par échange de calorie avec le sol au cours de sa progression.

SAM_0666

Un prochain article sera consacré au poêle et au caisson de récupération de chaleur sur conduit d’évacuation des gaz de combustion.

Réalisation de notre puits Canadien.

Le précédent article sur le puits Canadien présentait ce système d’apport d’air neuf selon les règles définies, qui théoriquement, donnent le meilleur résultat.

Cependant, parfois dans la réalité, certaines règles ne peuvent pas s’appliquer sans occasionner soit des dégâts, soit des coûts pouvant faire basculer le budget prévu.

Alors il faut peser le pour et le contre et s’adapter.

C’est ce que l’on a fait.

Comme précisé sur l’article du tout à l’égout, nous avons utilisé la même tranchée pour notre puits, en raison de la nature rocheuse du sous-sol.

Celle-ci a été creusée :

– au maximum du raisonnable pour sa profondeur, soit 120 cm près de la maison et 90 bons cm en limite de terrain,

– sur une longueur de 14 mètres en raison de la limite de propriété,

– d’une largeur de 60 cm, afin de doubler la longueur en revenant près de la maison pour le positionnement de la bouche d’entrée,

– avec un lit de sable au fond pour protéger le tuyau PVC et une pente de 2 à 3 cm par mètre environ.

Nous avons utilisé un tube de diamètre 125 mm sur une longueur de 2 X 14 m, représentant une longueur totale de 28 mètres.

SAM_3201

Retour en limite de propriété. L’espace entre les deux tubes est légèrement supérieur à 2 fois le diamètre des tubes.

A cet endroit, nous sommes au point le plus haut.

SAM_3203

Les pierres sur la photo servent de calage en attendant le recouvrement.

puits canadien       puits provençal

– à droite le point de pénétration dans le vide sanitaire,

– à gauche la partie du tube destiné à recevoir la bouche d’entrée de l’air. Celle-ci se trouve au Sud afin de recevoir un maximum le soleil.

A ces endroits, les deux parties de canalisation sont en point bas. L’eau de condensation s’écoulera de ce côté et avant chaque remontée, un petit puits perdu est en place pour permettre leur évacuation.

Par la suite, nous mettrons en place un dispositif solaire (fait maison) pour préchauffer l’air entrant dans le puits l’hiver.

Celui-ci sera retiré l’été.

SAM_3263

Faute d’avoir pu enterrer le tube sous la maison, il sera isolé sur les 12 m de passage dans le vide sanitaire.

Cependant, si la température dans le vide sanitaire reste tempérée, il sera peut être intéressant d’en tirer profit.

Pour cela il faut attendre la fin des travaux, mais on en reparlera.

SAM_3205

Remblaiement en terre puis pose du tuyau pour le tout à l’égout.

SAM_3307

Après le remblaiement au niveau du sol d’origine, nous avons fait un apport de terre végétale sur environ 70 cm pour obtenir un recouvrement suffisant.

Les roches au premier plan servent à retenir la terre rapportée.

Cet emplacement servira pour le jardin.

Le puits Canadien ou Provençal

On parlera de puits Canadien lorsque celui-ci sera destiné à un apport d’air plus chaud que l’air extérieur.

On parlera de puits Provençal lorsque celui-ci sera destiné à un apport d’air rafraîchi.

Vous l’avez donc bien compris, le puits Canadien et le puits Provençal ne font qu’un, seule la saison lui fait changer de nom.

le puis canadien

Un puits Canadien ou Provençal est un système de type géothermique qui utilise l’énergie stockée par le sol pour apporter de l’air neuf à une température variant entre 5°C et 15°C en moyenne et suivant les saisons et les régions, alors que dans un même temps les températures extérieures varient de – 20°C à + 40°C.

Cet air neuf en été apporte donc de la fraîcheur alors qu’en hiver l’air froid de l’extérieur est réchauffé par le transfert de calories provenant du sol.

Principaux points pour un fonctionnement performant :

puits canadien principed'installation

– la nature du sol avec des critères liés à la performance de l’installation :

la capacité thermique qui est la particularité d’un corps à absorber ou à restituer l’énergie.

la conductivité thermique qui est la particularité d’une matière à diffuser l’énergie par conduction.

– la localisation géographique :

puits canadien localisation géo

plus la différence de température entre l’été et l’hiver sera importante, plus une telle installation sera intéressante.

Le minimum rentable étant 20°C.

– la place disponible.

– l’assurance d’une ventillation hygiénique.

– la nécessité réelle du besoin en chauffage et en refroidissement.

Cependant, dans le cadre d’un projet sain et sans ventilation mécanique contrôlée, pour lequel vous privilégiez les échanges d’air avec des matériaux naturels, le système restera toujours intéressant mais cependant le critère de débit d’entrée d’air doit absolument être respecté.

Conception :

l’entrée d’air neuf :

puis canadien entrée d'air  il s’agit d’une prise d’air :

– dont le débouché doit se situer à au moins 1,10 m du niveau du sol afin d’en éviter l’encrassement,

– équipée d’un chapeau de protection contre les eaux de pluie,

– avec une grille de protection pour éviter l’intrusion des nuisibles,

– protégée par un filtre à particules,

– positionnée le plus loin possible des sources de pollution.

Le conduit :

puits canadien le conduit

– soit unique, ou multiple,

–  d’une longueur théorique de 30 à 50 m,

– d’un diamètre permettant une vitesse de l’air entre 1 et 3 m/s netre 160 et 250 mm,

– comprenant un minimum de coude,

– enfoui à une profondeur minimale de 1,5 m,

– présentant une pente comprise entre 1 et 3 % du côté opposé à l’entrée d’air, terminée par un orifice permettant l’évacuation des eaux de condensation provoquées par le rafraîchissement de l’air extérieur,

– en matière à conductivité thermique élevée pour faciliter les échanges. Les tubes couramment employés sont en PVC, en polyéthylène ou polypropylène souple ou rigide. Attention, les tubes en PVC structurés ou gaines de type TPC sont à proscrire, ceux-ci emprisonnant des bulles d’air, diminuant les échanges thermiques,

– avec des raccordements étanches pour éviter la pénétration des eaux ou des racines, ainsi que du radon si le projet est implanté dans une zone à risque,

– en veillant à bien enrober le tube de terre pour garantir le maximum de surface d’échange, car en effet chaque cavité contenant de l’air diminue la surface de contact et les échanges.

Dispositif d’évacuation des eaux de condensation :

puis canadien évacuation des condensats

Quel que soit le débouché de votre installation, il faut permettre l’évacuation des eaux de condensation soit dans le sol si le système reste enterré, soit dans le sous-sol.

Si l’installation est non accessible, au point le plus bas, mettre le dispositif au-dessus d’un trou rempli de graviers protégés d’un voile de géotextil.

Si l’installation donne dans un sous-sol et que cela est possible, assurer cet écoulement par le réseau d’évacuation des eaux du domicile.

Ventilation et Régulation :

puits canadien ventilation régulation

Le ventilateur doit être dimensionné en fonction de l’apport d’air frais nécessaire au renouvellement de l’air ambiant du domicile.

Un système de régulation peut être mis en place pour gérer les apports en intersaison, mais cela peut être géré manuellement.

Une connexion peut être également faite avec le système de ventilation mécanique.

Le puits Canadien est devenu un système particulièrement complexe et affaire juteuse dans la société actuelle, mais il est toujours bon de rapeller que son existence, bien que le terme n’aurait été utilisé pour la première fois qu’en 1977 par l’architecte Claude Micmacher, les Romains utilisaient déjà des systèmes de canalisation sophistiqués pour se chauffer avec l’air circulant sous terre.

Alors dans notre projet, nous resterons bien plus modeste.

Affaire à suivre….

Calendrier prévisionnel des travaux première tranche

Comme son nom l’indique, le calendier prévisionnel sert à programmer les travaux en fonction du temps qu’on leur impartit en fonction de :

– leur complexité,

– leur difficulté,

– le temps nécessaire à leur mise en oeuvre,

– et autres contraintes diverses qui peuvent venir perturber l’estimation de base (panne d’un engin, report de livraison, découverte d’un os de dinausore, d’une roche pour laquelle un matériel spécifique doit être utilisé et sur laquelle il faut passer 2 jours supplémentaires etc…).

Mais rarement un coffre avec plein de louis, de pierres précieuses pouvant vous faire gagner du temps.

Il faut arriver à faire une évaluation la plus raisonnable possible, puis caser des travaux qui n’ont pas l’obligation d’être réalisés tout de suite, mais que si l’avancé des travaux impératifs se déroule bien il serait bon de les faire, surtout si vous avez, comme cela est le cas, la contrainte de ne pas être sur place.

Mon prévisionnel pour la tranche 1:

planning previsionnel des travaux 1

Cette première tranche prend en compte :

–  les travaux faits et restant à faire du terrassement et du soubassement de la maison,

– les travaux de sciage,

– la réalisation en atelier de l’ossature.

La deuxième tranche concernera le montage de la maison jusqu’à la phase hors eau, hors air.

La troisième tranche sera consacrée au second oeuvre.

Septembre : semaines 37 et 38 :

– Ceinturage et arase des murs de soubassement,

– coulage des piliers de terrasse et de la longrine centrale de soutainement du plancher,

– tout à l’égout, 70 m de tranchée à ouvrir avec un fort risque de rencontrer de la grosse roche,

tout à l'égout

– drainnage sur la périphérie ; protection du mur, drain , gravier, géotextil et recouvrement,

– enduit sur le mur de soubassement pour les parties visibles,

– réalisation de la partie enterrée du puits Canadien,

puits canadien

– enfouissement d’une cuve de 3000 litres pour la récupération des eaux pluviales et domestiques non polluées,

fosse touts eaux

– mise à la terre ; piquet, tresse, barrette de coupure,

– agencement du terrain côté Est et Sud-est en terrasse avec utilisation des grosses roches et de la terre végétale,

– remplacement de la terre végétale pour agencement  sur le chemin d’accès par les gravats issus des travaux de fouille,

– retrait des gravats, pierres et roches non utilisables.

Septembre semaines 39 et 40 / octobre semaines 40 et 41 et 42 :

Nicolas a prévu 3 semaines pour le sciage, mais le transport, même si il est fait au jour le jour, demandera peut être un temps supplémentaire pour le bois non utilisable pour la construction et qui représente environ 15 m3.

sciage bois

Octobre semaines 43, 44 / novembre semaines 44, 45, 46, 47, 48 :

Réalisation des caissons en atelier chez moi à Issel dans l’Aude près de Castelnaudary.

Puis le projet passera en phase 2 qui débutera par la livraison en semi-remorque d’Issel à Montjoyer.

Si vous êtes intéressés pour participer à certaines étapes du projet vous pouvez me contacter en cliquant sur le lien sur la page d’accueil.

Assurez-vous :

– que votre contrat d’assurance vous couvre bien en cas d’accident sur votre personne,

– d’avoir bien compris qu’il s’agit d’un chantier participatif à titre gracieux et donc non rémunéré.

La seule contrepartie est que je m’engage à prendre le temps de répondre à vos questions et à vous donner un maximum d’explications sur les travaux pour lesquels vous êtes venus, puisque vous participez également pour apprendre afin peut être de vous lancer dans un projet.

– qu’il est fortement recommandé d’être équipé au maximum d’équipement de sécurité individuel, mais qu’en fonction du nombre de participant nous ne serons pas en mesure de les fournir.

EPI

Le minimum à prévoir serait : des chaussures de sécurité, des gants, un casque, un casque antibruit, des vêtements pas trop amples et les cheveux attachés suivant les travaux. Vous pouvez trouver la plupart de ces matériels à petit prix dans les magasins de bricolage.

– qu’une fois sur le chantier, il faudra respecter les règles de sécurité, d’utilisation des outils pour ne pas vous mettre en danger.