Archives du mot-clé paille de lavande

plancher de la pièce principale

La pièce principale compte :

– la cuisine,

– le salon salle à manger.

Pour ce qui est de la cuisine, le sol est réalisé en carrelage.

Il s’agit de carreaux aux 4 côtés irréguliers de 8 mm d’épaisseur et de 32 X 32  .

Celui-ci est posé sur un plancher en dalles de sol de 19 mm d’épaisseur.

Avant de commencer la pose il a fallu définir l’épaisseur de colle pour obtenir au final un sol de cuisine carrelé au même niveau que le sol du salon en parquet :

– mon choix c’est tourné sur des lames en OSB de 9 mm d’épaisseur portant la hauteur finie à :

–> 22 mm de parquet + 9 mm de calage = 31 mm.

Les dalles de plancher (19 mm) + le carrelage (8mm), l’épaisseur de colle devait faire :

–> 31 – 19 – 8 = 4 mm.

SAM_0714    SAM_0715

Les dalles de plancher posées en prenant soin de laisser les réservations pour les évacuations des eaux de cuisine ainsi que le débouché du puits Canadien, revêtement peut être posé.

J’ai commencé en équerre des côtés ou sera mis en place le parquet bois (sapin), car c’est la partie la plus visible et celle qui mettra en valeur la jonction carrelage/bois.

Afin de régler l’épaisseur de colle au départ, une cale réalisée avec 2 échantillons d’OSB 9 mm et de parquet 22 mm a servi d’épaisseur de référence.

SAM_0731    SAM_0719

Pour ne pas arrêter la pose du carrelage en angle droit, j’ai cassé celui-ci en tenant compte de la largueur des lames de parquet.

traçage du motif :

SAM_0720    SAM_0721    SAM_0722

Coupe et pose du motif :

SAM_0733

Au centre de la pièce, j’ai réalisé un motif posé en diagonale (45° par rapport à la pose de l’ensemble)

SAM_0734

Mise en place d’un gabarit pour réserver l’emplacement du motif :

SAM_0735

Traçage, puis découpe du motif dans un carrelage identique :

SAM_0729

Pose du motif :

Il s’agit tout simplement du repérage et du positionnement des points cardinaux.

le gravage du carreau a été fait au moyen d’un petite meuleuse d’angle.

SAM_0730    SAM_0737

Et voilà, les joints réalisés je peux passer à la pose du parquet dans la partie salon.

SAM_0750    SAM_0755

Les lames font 200 cm de long et 19 cm de large pour une épaisseur de 22 mm.

Pour ne pas risquer d’endommager les lames d’OSB 240 cm X 4 cm, elles sont clouées au fur et à mesure de l’avancement de la pose du revêtement.

SAM_0780    SAM_0781    SAM_0782

Le point le plus délicat a été la découpe à l’angle du carrelage :

SAM_0784    SAM_0785

Ce passage réalisé, la vitesse de croisière peut reprendre :

SAM_0787

En deux jours, l’affaire est réglée sans difficulté particulières.

SAM_0798    SAM_0795

Bien évidement tout au long de la pose des différents revêtements, un complément d’isolant en paille de lavande a été fait.

Ça sent bon l’emménagement.

 

 

 

La couverture, mise en place de la terre

Ce jour, mercredi 24 septembre a été consacré à la mise en place de la terre afin que la couverture de la maison soit enfin finie.

En effet, nous avions il y a quelques mois mis en place de la membrane EPDM pour assurer l’étanchéité, mais le terrain étant encombré par l’ensemble des éléments de construction (volige, lambris, ossature, bardage) pour la finition intérieure, l’aspect extérieur et le garage, nous n’avions pas eu la place pour finir la toiture.

SAM_4393

Ce jour donc, a corrigé ce détail puisque le bois a soit été utilisé pour l’habitation, soit a été déplacé pour permettre le passage.

SAM_4589

L’accès a été rétabli.

SAM_0253

Entre temps nous avons subi quelques attaques du mistral, causant à deux reprises des déchirures de la membrane.

Cela nous a permis de tester les colles de réparation. On se contentera de cette maigre satisfaction bien qu’on s’en serait dispensé.

La terre végétale a été enrichie par du composte de lavande.

Ah, mais c’est notre ami Rémy qui est de retour avec son télescopique.

SAM_0255    SAM_0256

Le compost mélangé à la terre, l’ensemble est donc monté sur la toiture.

SAM_0260    SAM_0261

La terre est étalée sur la membrane EPDM (pelles, râteaux) mais attention à conserver beaucoup de délicatesse afin de ne pas percer celle-ci.

la surface à couvrir est de 160 m².

L’épaisseur de la couche est de 15 à 20 cm.

Le cubage de mélange approche le 28 m3.

Le tonnage du mélange paille terre pour une masse volumique d’environ 900 Kg/m3 est de 25 tonnes.

La masse au m² est d’environ 156 Kg.

SAM_0259    SAM_0264

Début des travaux 10 heures 30 mn fin de ceux-ci 16 heures 30 mn a trois sur le toit (Babeth, Gérard et moi) et un à l’engin (Rémy) avec toutefois une pose déjeuner entre 13 heures et 14 heures 15 mn.

Et une fois de plus Gérard a répondu présent.

Et voila le travail à 16 heurs 30 mn.

SAM_0266    SAM_0267    SAM_0268    SAM_0269

angle N-O                         angle S-O                       angle S-E                         angle N-E

Babeth devrait semer ce week-end la jachère fleurie puis mettre en terre les jonquilles mises en attente pour qu’au printemps, espérons le, le tableau soit du plus bel effet.

SAM_0288    SAM_0289    SAM_0290

Mais pour le constat, il nous faut tous attendre le printemps…..

mise en place du lambris

Mardi 15 juillet débute la mise en place du lambris.

Pour cela, 5 principales opérations doivent être menées de front :

– pose du frein vapeur réfléchissant,

SAM_4726 SAM_4727 SAM_4728

– clouage du lambris,

SAM_4721    SAM_4729    SAM_4731    SAM_4743    SAM_4745

– traçage, perçage et fixation des boîtes pour les prises et interrupteurs,

SAM_4734 SAM_4735

– mise en place des gaines électriques et isolement au moyen de plâtre des boîtes de la paille,

SAM_4737 SAM_4738

 

Les boîtes sont en place, les gaines figées, les câbles prêts à être branchés aux prises ou interrupteurs.

SAM_4744    SAM_4754

– garnissage des caissons au moyen de la paille.

SAM_4751    SAM_4742

Après avoir monté environ 50 cm de lambris, le frein vapeur est dégrafé et les caissons sont remplis.

SAM_4750

Mise en place en partie haute du frein vapeur.

SAM_4752 SAM_4753

SAM_4759   SAM_4758    SAM_4757    SAM_4756

Le frein vapeur réglé, il faut le rabattre pour finir de remplir les caissons de paille.

SAM_4763

Puis monter à nouveau du lambris.

SAM_4770    SAM_4771

Façade Sud.

SAM_4765    SAM_4772    SAM_4774    SAM_4773    SAM_4775

Liaison entre le mur en lambris et le plafond en OSB.

SAM_4782

Façade Ouest.

SAM_4784    SAM_4789

Mise en place du frein-vapeur sur le mur Nord.

SAM_4788    SAM_4796

La largeur du rouleau étant supérieure à la partie restant à couvrir, un traçage est fait après le réglage du frein-vapeur, suivi de la découpe.

SAM_4790 SAM_4792

Vendredi 25 juillet la pièce principale est pratiquement finie.

Malheureusement le travail étant long et laborieux, il n’a pas été possible de remplir les derniers caissons et bien sûr ni de les fermer. Ce sera fini le 05 août pour la nouvelle période de travail.

SAM_4798

Le mur de refend quant à lui est fait pour ce qui est du lambris.

Il ne reste plus qu’à poser 2 couches de placo-plâtre résistant au feu (couleur rose) au-dessus du mur d’inertie pour permettre de protéger l’ossature de la chaleur dégagée par le conduit d’évacuation du poêle.

SAM_4799 SAM_4800 SAM_4801

Il aura fallu 128 heures à deux (Babeth et moi) pour en arriver là.

 

La sous-face du plancher

L’étanchéité de la toiture faite et n’ayant plus suffisamment de temps pour nous attaquer au bardage, nous commençons la sous-face du plancher.

SAM_4414

Celle-ci est réalisée en volige, que nous passons au travers des pannes de plancher encore disponibles ou par l’accès au vide-sanitaire.

SAM_4413    SAM_4399

Le clouage se fait par dessous,

SAM_4421

et, quelques fois, il faut rapprocher certaines voliges.

SAM_4420

La hauteur disponible varie entre 0,80 et 1 mètre,

SAM_4400

Pour un résultat particulièrement propre,

SAM_4412   SAM_4411  dessous

SAM_4402   SAM_4401   et pratique dessus

SAM_4409   SAM_4406   pour stocker la paille en attendant sa mise en place dans l’ossature des murs, puis dans celle du plancher.

En 2 jours (36 hrs) à deux, 60 m² sont en place.

Pendant ce temps, comme c’est pas fini :

Nanacroft continue la pulvérisation de l’huile sur les bois, suspendue à l’ossature ou faisant l’acrobate sur l’échafaudage ou l’échelle.

SAM_4405

Babeth rapproche la paille en la disposant sur les parties de plancher dont la sous-face est voligée,

SAM_4416    SAM_4407

Et c’est pas fini…..

Le terrassement

Mercredi 07 août les travaux ont commencé.

Jean-Marie notre cousin est arrivé avec son tractopelle.

SAM_2967

Voici le chantier le 1er jour

terrassement 1er jour

Dans un premier temps, il nous faut retirer les souches en mitoyenneté et nettoyer les limites de propriété afin de travailler sur un terrain propre.

éclaircissement du terrain en limite 2

Puis nous avons relevé les niveaux pour définir le niveau bas de la plateforme (sol du vide sanitaire).

Ce relevé est réalisé avec un niveau à eau (système des vases communiquants). Nous obtenons ainsi une différence de 80 centimètres sur 23 mètres.

relevé des niveau avec niveau à eau

Nous gardons près de nous le niveau afin de contrôler l’avancement de la plateforme et Jean-Marie commence le retrait de la terre végétale.

décapage terre végétale  mise à niveau de la plate forme

Celle-ci est mise de côté pour la toiture végétalisée.

terre végétale

Elle sera allégée par le rajout de pailles de lavande laissées en extérieur et compostées.

paille de lavande compostée

A la finalité, il y avait environ 30 centimètres de terre avant de rentrer en contact avec le vif du sujet.

Montjoyer est un petit village paisible et accueillant en surface, mais en sous-face il est construit sur du rocher et là, le godet a commencé à chauffer et les dents ont pris des formes plus arrondies.

mise à niveau de la plate forme 2  mise à niveau de la plate forme 3

Toutefois, nous avons eu de la chance, car nous n’avons pas eu droit au rocher, mais juste à un avertissement, composé d’une couche de roche calcaire, fragmentée et d’une épaisseur d’environ 50 centimètres. imaginez un puzzle, avec quand même de belles pièces qu’il a fallu secouer parfois un bon moment pour y frayer un passage pour le godet.

Jeudi soir après un jour et demi représentant 30 heures de travail intense à 2, la plateforme est faite.

Nous pourrons demain nous attaquer au creusement des fondations dans une nouvelle couche encore plus hostile.