Archives du mot-clé NF C15-100

Installation électrique – Généralités

symbol elecelect      danger elec 2

L’installation électrique d’une maison est un point particulièrement sensible car pouvant être à l’origine de nombreux problèmes à l’usage. Je n’entre pas en compte le coupe-circuit ou disjoncteur qui coupe en raison d’un défaut de branchement sur le circuit et qui se traite immédiatement, mais, des problèmes invisibles qui peuvent avoir des conséquences dramatiques.

Sans entrer dans des détails techniques, que moi-même suis pour certains bien incapable d’expliquer, je veux juste :

– dégrossir les principales règles,

– attirer votre attention sur les risques,

 – vous permettre de comprendre, d’analyser, de dessiner les plans et de vous lancer dans la réalisation d’une installation simple.

Cependant les normes ainsi que les matériels évoluent. N’hésitez pas à vous documenter et à vous procurer si besoin, un ouvrage spécifique aux installations électriques au moment de votre lancement dans l’aventure afin de ne pas vous mettre en défaut.

Seule la Norme Française  C 15 . 100 est référence en ce domaine.

[Souvenez-vous :

Le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur le bouton vert.

Seulement les boutons sont blanc et bleu. Comment faire……

Solution : on a retrouvé la 7ème Cie  

le fil b avec le b le fil r avec le rouge

Résultat : si je connaissais l’con qu’a fait sauter l’pont….. ]

– disfonctionnement avec coupures répétitives dans les cas de surcharge des circuits ou mauvais calibrage de la puissance,

==> situation : votre abonnement correspond à une puissance de 9 kVA, seulement l’ensemble de vos appareils représente 12 kVA. Bien sûr en temps normal, ils ne fonctionnent pas tous en même temps, cependant lors du démarage de l’un d’entres eux, la puissance demandée à cet intsant peu dépasser la puissance de votre abonnement. En effet, bien souvant, les puissance au démarrage.

==> conséquence : le disjoncteur permet de couper l’ensemble de votre installation électrique en cas de surchauffe ou surcharge de celle-ci.

==> remède : faire une demande à votre fournisseur pour augmenter la puissance et l’adapter aux équipements.

Mettre en place un délesteur qui reste facultatif mais ingénieux car il gère automatiquement l’alimentation électrique en alimentant les équipements prioritaires et mettant en attente les secondaires.

– mauvais serrages ou protection non adaptée entraînant des risques de surchauffe des contacts ou des fils pouvant évoluer vers des risques de départ d’incendie,

==> situation : un mauvais serrage sur les connexions d’un équipement électrique peut entraîner réaction en raison de l’activité créée dans l’espace situé entre les contacts.

==> conséquence : il peut y avoir une baisse de l’intensité d’éclairage, la surchauffe ou l’apparition d’étincelles au niveau de la connexion  puis la propagation vers les autres composants de l’équipement pouvant entraîner un incendie.

==> remède : bien serrer toutes les connexions, ou faire le choix d’équipements avec connexions automatiques.

==> situation : un disjoncteur d’une capacité d’ampérage trop importante pour un circuit  peut entraîner la surchauffe des fils suite à une forte demande de courant.

==> conséquence : cette situation peut occasionner un incendie.

 incendie elec

==> remède : respecter l’ampérage du disjoncteur en fonction du circuit installé.

– absence ou disfonctionnement des protections pouvant entraîner une électrisation,

électrisation

avec des conséquences plus ou moins graves pouvant aller jusqu’à la mort, une électrocution.

électrocution

==> situation : défaillance ou absence de protection.

==> conséquence : risque d’incendie ou d’atteinte à la santé de la personne.

 danger elec 1

==> remède : installer ou faire installer les protections.

                          tester régulièrement les protections.

                          toujours travailler sur une installation en prenant soin de la mettre hors service et de le signaler visiblement.

 protection coupure

Maintenant que vous êtes au courant on va tacher de mieux y voir et pour cela je vais vous brancher en essayant de ne pas vous faire disjoncter.

Mais le législateur a pensé à tout car après la réalisation et pour avoir votre contrat définitif il vous faudra faire contrôler votre installation par un organisme agréé appelé CONSUEL qu’il vous faudra payer.

Ce contrôle n’est qu’une formalité à partir du moment où votre installation est conforme. Cependant pour éviter les complications, faites en sorte de soigner la présentation, la visibilité et le repérage tant dans le tableau, qu’après. Pensez à réaliser des plans des réseaux clairs et propres. Soyez capables de répondre aux éventuelles questions sur votre installation.

Avant la limite de propriété c’est l’affaire d’ERDF mais après c’est la vôtre.

Il vous faut emmener l’électricité (courant fort), le téléphone, internet (courant faible) dans la maison, voir l’article sur les branchements de la maison.

Toutefois, dans l’article précédent je n’avais pas parlé du câble.

Le tableau qui suit est une correspondance entre la section des câbles minimum à utiliser par rapport à la distance entre la limite de propriété et l’emplacement dans la maison du tableau sur lequel prendra place le Disjoncteur  DA 500 mA et la somme des puissances de l’ensemble des appareillages disponibles dans l’habitat.

tableau diam cable

CAT :

– définir la puissance totale (appareils électroménagers, techniques, lumière, etc….) = xxxx KW,

– définir la distance entre le coffret ERDF sur la voirie et votre tableau dans la maison = xxx mètres

taleau elec

Protéger l’installation avec un parafoudre est obligatoire :

– dans les zones AQ 2 [niveau kéraunique > 25( Ng > 2.5)] dont la ligne d’alimentation est aérienne ou partiellement aérienne :

 zones parafoudre

– si votre bâtiment est équipé d’un paratonnerre :

paratonnerre

Cependant la protection reste la meilleure des assurances.

Notre projet se situant dans la Drôme, zone AQ 2 le parafoudre fera partie de l’installation.

Protégez-vous avec les interrupteurs différentiels 30 mA.

L’interrupteur différentiel de type AC est utilisé pour la protection des circuits éclairage et des prises de la maison et reconnaissable grâce au symbole AC inscrit au-dessus du bouton de test.

L’interrupteur différentiel de type A est utilisé pour la protection des circuits spécifiques, tels l’électroménager machine à laver, plaque de cuisson dotée de composants électroniques et reconnaissable grâce au symbole A inscrit au-dessus du bouton de test.

L’interrupteur différentiel de type Hi / Si / Hpi est utilisé pour les appareils sensibles aux coupures de courant intempestives : congélateur, alarme, informatique et reconnaissable grâce au symbole Hi Hpi ou Si inscrit au-dessus du bouton de test.

Pour ce dernier, n’étant pas spécialiste et n’ayant trouvé aucune réponse pour me convaincre, je me demande encore à quoi il peut bien servir, car une coupure intempestive qui est liée soit à un problème interne se doit de couper le circuit quel qu’il soit pour assurer la protection et donc la catégorie AC ou Hi, Si, Hpi n’a pas me semble-t-il une incidence à empêcher cela bien heureusement et il suffit de corriger le problème pour que l’incident cesse, soit externe donc sur le réseau ERDF et dans ce cas quelle que soit la catégorie, aucune coupure ne se fera puisque pas de problème en aval. Cependant à titre d’information, un interrupteur différentiel de type Hi / Si / Hpi est pratiquement 3 fois plus cher. Bien évidemment dans ce cas c’est une bonne raison de l’installer.

Pour une maison de surface > à 35 m² mais < à 100 m² notre cas, il est demandé :

– 2 type AC 40 A pour :

– pour les circuits non spécifiques prises, éclairages,

– 1 type A 40 A pour :

==> le circuit spécifique cuisinière ou plaque de cuisson,

==> le circuit spécifique lave linge,

==> un maximum de 2 circuits prises ou éclairages,

====> un maximum de 2 circuits spécifiques supplémentaires pour un type A porté à 63 A.

Protégez vos circuits avec des coupe-circuits c’est assurer la protection en cas de surcharge ou de court-circuit.

Principaux matériels se trouvant dans un tableau :

matériel elec tableau

Une installation devrait comprendre au moins 4 circuits spécialisés suivant votre équipement :

– 1 circuit protégé par un disjoncteur 32 A dédié cuisinière/plaque de cuisson

– 3 circuits au moins protégés par un disjoncteur 20 A pour l’alimentation d’appareils du type (lave-linge, « four », congélateur)

– voir d’autres (lave vaisselle, sèche linge)

– 1 circuit dédié à l’alimentation du chauffage électrique.

Quelles sections de câble et protection pour votre installation

Il est bien entendu que les informations qui suivent sont issues de la norme et sont générales et que chaque installation est à étudier et réaliser au cas par cas.

Plaque de cuisson ou cuisinière monophasé : Section 6mm² protégé par disjoncteur 32A,

– Four : Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A,

– Lave-vaisselle : Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A,

– Lave-linge : Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A sur une prise de courant,

– Sèche-linge : Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A sur une prise de courant,

– Congélateur : (il est conseillé un branchement indépendant) Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A sur une prise de courant,

– Prises de courant :

==> Section 1,5mm² protégé par disjoncteur 16A si le circuit compte 5 prises de courant maximum,

==> Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A si le circuit compte 8 prises de courant maximum,

– lumière : Section 1,5mm² protégé par disjoncteur 16A pour un circuit comptant 8 points lumineux maximum. Un point lumineux étant la partie du circuit commandé par un interrupteur simple ou par va et vient ou par télérupteur, même si plusieurs ampoules sont éclairées en même temps,

– Cumulus / Chauffe-eau / Ballon eau chaude :

==> Section 2,5mm² protégé par disjoncteur 20A ,

==> pour les thermodynamiques se reporter aux données constructeur,

– Balnéo : se reporter aux données constructeur,

– Volets roulants : Section 1,5mm² protégé par disjoncteur 10 ou 16 A . Tenir compte de la puissance cumulée,

– VMC : Section 1,5mm² protégé par un disjoncteur 2A sauf cas particuliers avec un maximum de 16A,

– Alarme : Section 1,5mm² protégé par un disjoncteur 2A,

– Portail automatique : Section 1,5mm² protégé par disjoncteur ou fusible 16A,

– Interphone, sonnette : Section 1,5mm² protégé par disjoncteur 2A,

– Dépendances suivant l’importance et l’aménagement mais au minimum une protection dédiée, voir la mise en place d’un tableau,

– Pompe de relevage ou de puits : Section des câbles et protection selon données constructeur en fonction de la puissance,

– Chauffage électrique : suivant l’installation, type clim réversible, géothermie, plancher chauffant, convecteurs, etc  il est préférable de voir cas par cas. Cependant pour les convecteurs, il est recommandé de raccorder 1 chauffage électrique par circuit protégé (obligatoire pour les salles de bain) généralement par disjoncteur 10A.

Les prochains articles seront consacrés aux différents circuits, à la réalisation des plans puis aux travaux du projet.