Archives du mot-clé mur

Lambris côté salon en images

Après 10 jours de travail la pièce principale, cuisine salon est doublée :

Côté Nord :

SAM_4973

Côté Est :

SAM_4974  SAM_4799

Côté Sud :

SAM_4772     SAM_4774     SAM_4773

Côté Ouest :

SAM_4789

Et maintenant en vidéo :

Lambris coté salon, sam:

Sous-face de plancher 2ème partie

En dernière période de travail, nous avions commencé la fermeture de la sous-face du plancher.

Nous avons donc repris là où nous nous étions arrêtés.

SAM_4407

En fin de première journée, il ne restait plus que les deux extrémités :

– Est, une bande d’environ 0,50 m sur 4,50 m,

SAM_4489

– Ouest, une bande d’environ 1,15 m sur 4,50 m.

SAM_4477 SAM_4478

Vues de dessous et de dessus.

SAM_4482 SAM_4484

La fin se fait sentir.

SAM_4488  SAM_4490

Et voilà pour ça, mais c’est pas fini.

SAM_4497

Car maintenant il faut huiler.

SAM_4506   1/ remplir le pistolet,

SAM_4501    2/ mettre en marche le compresseur,

SAM_4502    3/ pulvériser l’huile sur la sous-face.

La fin de journée étant arrivée, je me sens particulièrement poisseux et une bonne douche ne pourra faire que du bien après cette après-midi brumeuse.

Mais un traitement de peau à l’huile de tournesol bio ne peut faire que du bien.

Le lendemain vendredi, pendant que je finissais le mur d’inertie,

SAM_4514   SAM_4520

travail de jointoiement.

Philippe a commencé à mettre en place le pare-pluie en sous-face de plancher dans le volume situé sous la cuisine et le salon.

SAM_4517 SAM_4518 SAM_4519

Cette semaine de trois jours nous a permis de faire 54 heures à deux.

Après avoir fini le bardage sur les façades, mardi 24 juin nous reprenons le chemin du vide sanitaire.

Après 1 heure 30 minutes, la deuxième moitié du volume situé sous la cuisine et salon est recouverte du pare-pluie.

Mercredi nous avons fixé le pare-pluie dans le volume situé sous les chambres, salle d’eau et WC.

SAM_4636    SAM_4638    SAM_4643    SAM_4644

Après cette protection en place, nous l’avons fixé en périphérie et transversalement avec des tasseaux larges pour assurer son parfait maintien.

SAM_4645    SAM_4646    SAM_4647

SAM_4651    SAM_4652

20 heures de travail à deux ont permis de finir la protection de cette sous-face.

Album photos

La structure étant pratiquement assemblée, un petit rappel en images:

2 perspective est  3 terrain

Début 2013 la carte communale est approuvée par la préfecture,

projet final masse      3D sud 2

l’engagement sur le terrain pris, la conception et la finalisation du projet peuvent se réaliser,

foret de belesta 7

Juillet 2013 visite sur les lieux de la coupe en forêt de Belesta,

mise à niveau de la plate forme 3 coulage beton 3

Août 2013 terrassement, fondations et réalisation des murs de sous-bassement,

alimentation de la limite à la maison SAM_3244 SAM_3310

Septembre 2013 VRD et finalisation des murs de sous-bassement,

SAM_3312

Mi-septembre 2013 livraison des grumes pour l’ossature,

SAM_3353 SAM_3361

Fin septembre début du sciage,

SAM_3489

Novembre, réalisation de la structure sous forme de caissons,

SAM_3839

Janvier 2014 livraison du Douglas après 2 mois d’attente en raison des pluies,

SAM_3894

Samedi 01 mars 2014, chargement pour un premier transport,

SAM_3918

Mardi 04 mars 2014, déchargement sur les lieux du chantier,

SAM_3941 SAM_3961

Mercredi 05 à vendredi 07 mars 2014 montage de la structure du plancher,

SAM_3964 SAM_3977 SAM_3988 SAM_4051

Lundi 10 à vendredi 14 montage de la structure verticale « murs »,

SAM_4060 SAM_4072 SAM_4088 SAM_4091

Lundi 17 à mercredi 19 mars 2014 montage de la structure de toiture.

Et voilà où nous en sommes fin mars 2014 :

SAM_4103

Assemblage de la structure « les murs ».

La structure de plancher en place, calée et alignée, celle-ci peut recevoir la lisse basse.

lisse basse

La lisse basse permet :

– de ceinturer la périphérie de l’habitation afin de figer la structure du plancher,

– de recevoir les murs porteurs et les murs de refend.

SAM_3490

Elle transmet en les répartissant, les descentes de charges provenant des murs.

Elle doit être parfaitement alignée et stable.

SAM_3961

Les lisses basses Est, Ouest et du mur de refend venant recouvrir les panes de plancher et formant un volume fermé inaccessible, il nous a fallu le garnir de paille de lavande.

SAM_3957    SAM_3959    SAM_3956

Pour l’assemblage des caissons de murs nous sommes partis de l’angle nord-ouest.

Les caissons A et G’ forment l’angle.

SAM_3962

Les cordeaux  sont mis en place pour l’alignement du mur nord et du mur ouest.

SAM_3970  SAM_3972

Le fil à plomb quant à lui, permet la mise à la verticale.

SAM_3967   SAM_3966

Chaque caisson est aligné et mis à la verticale au fur et à mesure de l’avancement des travaux puis, calé à l’aide d’une béquille.

SAM_3964   SAM_3977   SAM_3976   SAM_3986   SAM_3988   SAM_3994   SAM_3995

Les caissons sont assemblés à la lisse basse et entre eux au moyen de deux tiges filetées par côtés de manière à rapprocher les pièces en contact.

SAM_3971    SAM_3973    SAM_3972

Assemblage des caissons entre eux dans les angles.

SAM_3985 SAM_3984 SAM_3983

Cet assemblage sera complété par un clouage en quinconce dans chaque alvéole.

SAM_3999     SAM_4034

Les caissons bas en place, nous mettons en place la lisse haute sur toute la périphérie.

SAM_3997   SAM_4000

Dans un premier temps, celle-ci est clouée, puis une fois les caissons supérieurs en place, l’ensemble caissons bas, lisse, caissons hauts, est assemblé au moyen de deux tiges filetées.

Nous plaçons les deux angles pour permettre la mise en place du cordeau.

SAM_4001   SAM_4004   SAM_4025   SAM_4014

Puis alignons au fur et à mesure les sept autres ainsi que le caisson de refend.

SAM_4051

Pour finir, nous alignons la lisse unissant les caissons supérieurs.

SAM_4036

Et voila la semaine est finie, l’assemblage de la structure verticale également.

90 heures à 2 ont eu raison de la structure verticale.

total de pièces de bois : 470.

Lundi nous nous attaquerons à la structure de la couverture.

Murs respirants

Sachant que :

– les déperditions de chaleur représentent :

déperdition chaleur

– le coût de l’énergie n’a aucune chance de se stabiliser dans l’avenir :

augmentation énergie

– l’énergie consommée impacte directement sur la santé de la planète et donc sur notre santé :

consequence sur la santé

– chacun d’entre nous, à son niveau, a des moyens d’agir :

éco geste

L’isolation, devient incontournable pour réduire notre consommation en énergie.

isolants

Cependant, la société actuelle ou tout au moins le clan des « dirigeants », non pas ceux qui dorment sur les bancs de l’assemblée, qu’il faut pardonner sur le plan technique car ne connaissant rien :

politique ecologique

mais bien ceux assoiffés d’or qui ne se soucient nullement de l’avenir de nos enfants et qui conseillent dans leurs bons sens nos dirigeants « naïfs ? » pour faire passer des lois….

prix de l'énergie

Bien évidemment, sur le fait d’empêcher la chaleur produite dans une maison de s’échapper, personne ne pourrait argumenter le contraire, telle cette évidence aux nombreux avantages est incontestable :

– diminution de la consommation d’énergie :

 diminution consommation énergie

– maintien d’une température constante :

tempérer

– impact positif sur la planète :

belle planète

– respect de notre santé et de nos conditions de vie :

santé planète

Toutefois, c’est que le problème pour lequel le législateur nous demande des efforts considérables pour le minimiser, est transféré sur l’industrie :

l'industrialisation

– pétrochimique, en créant des isolants à base de matières plastiques,

–  ou particulièrement gourmande en énergie grise,

et pour quel résultat ?

prêt de la terre       il ne nous reste peu de temps pour prendre des mesures

Un habitat tellement étanche qu’il devient indispensable de mettre des équipements de traitement de l’air particulièrement sophistiqués ; la VMC :

– source de nuisances sonores telles souffles, vibrations, propagation des bruits par les gaines,

–  coûteux à l’achat et à la maintenance,

– consommatrices d’énergie,

– à long terme plus entretenues,

– générant des nids à micro-organismes,

– par dépressurisation facilite la prolifération possible de toxiques tels le radon,

– inefficace dans les cas de coupure de courant, de plus en plus fréquentes lors des intempéris,

– générant une dépendance à la technologie et donc aux lobbyings (tiens encore eux, décidément…..).

rt2012

Alors, la RT 2012 répond-t-elle justement et écologiquement à ce que doit être l’habitat qui doit garder à l’esprit d’offrir à ses occupants une ambiance de confort ? :

– fraicheur l’été,

– chaleur l’hiver,

– exempte de polluant,

– économique,

Mais pourquoi ne pas rester simple ?

Une fois encore faisons appel à nos anciens, qui n’ont jamais attendu l’industrialisation, les DTU,  pour construire sainement. Par ailleurs, le dicton « Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple » prend tout son sens.

Alors que le législateur n’a de cesse de vouloir nous faire croire entre autre que nous sommes dans l’ère écologique, tout est fait dans ses décisions pour vendre du chimique.

comment va la terre

Mais le principe simple et naturel existe depuis des lustres :

mur respirant

Il s’agit tout simplement de la parois respirante, issue des caractéristiques des murs traditionnels massifs autorégulés qui permettent le passage de la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur.

L’isolant doit posséder de bonnes propriétés hygroscopiques pour lui permettre d’absorber sans dommage aux caractéristiques techniques, les excédents  ponctuels de vapeur d’eau, de les stocker au besoin en attendant de les restituer quand les conditions le permettent.

Simplement :

l’humidité produite par l’activité humaine suite aux réactions liées aux différences de température entre deux milieux correspond entre autre à :

humidité humaine

– la respiration, entre la différence de température extérieure et intérieure au corps,

– la transpiration, qui en séchant ne fait que s’évaporer,

– la cuisson d’aliments, dégageant de la vapeur d’eau,

– les séchages de linges, de sol et bien d’autres qui également ne sont autres que l’évaporation de l’eau contenue sur ou dans les matières,

– l’hygiène corporelle, qui lors de la prise de douche produit de la vapeur d’eau (buée).

Ces phénomènes souvent non visibles à l’oeil le deviennent surtout lorsque les différences de température sont importantes, en périodes froides mais également en milieux confinés et mal ventilés.

Pour savoir si chez vous vous êtes dans ce cas, faites le point :

– vos vitrages, suintent-ils en période froide ?

désumidificateur

– utilisez-vous des déshumidificateurs ?

Si oui, dans ce cas votre habitat respire mal, l’humidité reste à l’intérieur, l’air respiré est malsain, vous hébergez des millions de bactéries et votre santé peut être atteinte :

humidité dans maison

L’humidité relative conseillée, pour des raisons d’hygiène dans l’habitat, varie de 30 à 70 %. Ces pourcentages sont suffisamment bas pour ne pas engendrer de problèmes de moisissures dans les matériaux hygroscopiques.

Dans notre projet, la paille de lavande est un très bon régulateur hygrothermique (régulation de l’humidité sans dégradations des performances thermiques) :

Pour réaliser un mur respirant il doit être utilisé des matériaux perméants.

perméance

Plus un matériau est perméant, plus il permet le transfert de la vapeur d’eau.

La perméance  permet d’évaluer le niveau de perméabilité à la vapeur d’eau d’un matériau homogène pour une épaisseur donnée. Elle caractérise la quantité de vapeur d’eau traversant un mètre carré de matériau en une heure pour une différence de pression d’un millimètre cube de mercure de part et d’autre des deux faces.

La perméabilité à la vapeur d’eau  représente la quantité d’humidité traversant un mètre d’épaisseur de matériau par heure pour une différence de pression d’un millimètre de mercure entre les deux faces. Plus cette valeur est faible, moins le matériau laisse transiter la vapeur d’eau.

La résistance à la diffusion de vapeur d’eau représente la capacité d’un matériau à résister à la diffusion de vapeur d’eau.

Pour atteindre cet objectif et compte tenu du fait que pratiquement la totalité des isolants sont non hygroscopiques et que les matériaux composant les murs et les couvertures sont peu ou pas respirants, les normes imposent des pare-vapeur très peu perméants, donc pas respirants, qui par ailleurs ne servent à rien puisque pour rendre étanche à l’air et honorer le test à l’étanchéité à la pression, les normes obligent l’emballage de la construction par un « sac plastique ».

 pare vapeur    sac plastique

Par contre, l’isolation respirante prend en compte les qualités hygroscopiques qu’ont la plupart des matériaux naturels.

Le mur respirant a pour carractéristique principale la perméabilité à l’eau et à l’air qui entraîne l’élimination de l’humidité du fait d’une meilleure circulation et en l’occurence, la régulation de l’hygrométrie.

Paroi étanche répondant à la RT 2012 :

– imperméabilité à la vapeur d’eau,

– absence totale de régulation hygrométrique,

– obligation de l’installation d’une VMC,

Paroi respirante :

– absorbe et restitue l’humidité ambiante tout en laissant passer les excédents (régulation),

– évacue les toxiques tels le radon.

Cependant, pour être eficaces, les matériaux utilisés ne doivent en aucun cas être exposés aux intempéris (pluie).

Les points à ne pas négliger sont :

– les débords de toit importants pour protéger la façade des pluies et des éclaboussures. Cette mesure est complémentaire à celle de la protection contre l’effet du soleil dans l’habitat l’été (conservation de la fraîcheur) :

débord de toiture

– mise en place d’une coupure de capilarité entre les parties maçonnées (fondations, dalles) et les parties construction (murs en bois, paille) pour faire barrage au phénomène de remontée des liquides provenant dans ce cas, du sol et migrant au travers des matériaux de construction :

coupure de capilarité

–  drainage, complété par la protection des murs de sous-bassement à la base des fondations pour enrailler les remontées capilaires :

drainage

–  respect d’une hauteur entre le sol et les éléments de construction en bois ou paille (le DTU donne 20 cm au moins) pour éviter les contacts humides :

respect d'une hauteur de non contact

– accentuer les mesures sur les façades situées au Nord,

– éviter si possible les constructions en limite de propriété ne permettant pas les débords de toitures, ou les constructions avec toitures terrasses s’arrêtant dans le prolongement des murs de façades.

Cependant lorsque l’on ne peut pas faire autrement ou par choix architectural :

– faites avec la contrainte comme nous sur la façade nord, puisqu’en limite de propriété,

– ou alors faites vous plaisir.

Toutefois, imposez-vous une surveillance et un entretien plus suivis.

La résistance thermique des parois du projet

Pour calculer les valeurs thermiques des parois de toute construction, trois parois au contact avec l’extérieur sont à prendre en compte:

– le plancher,

– le mur de périphérie,

– la toiture.

Toutefois, les calculs qui suivent ne donnent pas la valeur pour l’ensemble du mur et les baies, mais uniquement la valeur du mur sans ouverture.

Dans notre projet, les murs Nord et Est ne possèdent aucune baie.

La réglementation thermique RT 2012 donne les valeurs à atteindre des parois donnant sur l’extérieur.

valeur RT 2012

Dans notre projet:

l’épaisseur du plancher fait au total 33 cm:

– 1.4 cm d’OSB,

– 30 cm de paille de lavande,

– 2.1 cm de plancher sapin.

L’épaisseur du mur de périphérie fait au total 29 cm:

– 1.5 cm de bardage intérieur en pin,

– 25 cm de paille de lavande,

– 2.5 cm de bardage extérieur en douglas.

L’épaisseur de la toiture fait au total 48.5 cm:

– 2 cm de revêtement intérieur pin,

– 30 cm de paille de lavande,

– 1.5 cm d’OSB,

– 15 cm de terre végétale.

valeur lambda matériaux

Ci-dessous les tableaux de calcul:

calcul 1 R mur projet

calcul 2 R mur projet

Dans ces calculs je n’ai pas pris en compte les éléments fins, tels le pare-pluie, pare-vapeur, membrane EPDM, etc…, l’influence de leur lambda n’ayant que très peu d’incidence en raison de leur très faible épaisseur.