Archives du mot-clé lambris

Mise en Décoration des cloisons

Les cloisons montées, les enduits réalisés, il ne reste plus que la décoration.

Pour cela, Babeth s’est chargée de l’application des peintures

SAM_0581

et moi de l’enduit de type crépi lissé.

Les 2 chambres centrales comptent le mur Sud en lambris et les 3 cloisons en peinture. pour chacune d’entre elles, 2 couleurs ont été appliquées.

SAM_5231

La chambre côté Est quant à elle compte 3 murs (Sud, Est, Nord) en lambris et 1 cloison (Ouest) en peinture.

Chambre 1

– la cloison sud est en lambris

SAM_5031

– la cloison nord est en gris claire,

SAM_0643    SAM_0646

– la cloison ouest est en marron raphia,

SAM_0645    SAM_0647

– la cloison est est en gris et raphia.

Chambre 2

– la cloison sud est en lambris,

SAM_5031

– les cloisons est et nord sont en rose pâle,

SAM_0641

– la cloison ouest en raphia.

SAM_0644    SAM_0642

Chambre 3

– les murs extérieurs sud, est, nord sont en lambris,

SAM_5167    SAM_5030

– la cloison ouest est en gris sourie.

SAM_0639    SAM_0640

Couloir

– le mur nord est en lambris,

SAM_5198

– la cloison entre les chambres et la salle de bains est de type colombage avec entre les chevrons un crépi lissé ton pierre.

SAM_0608    SAM_0609    SAM_0610

Salle de bains

– le mur Sud en lambris et carrelage,

SAM_0564

– le mur Ouest en carrelage et la cloison Nord en lambris,

SAM_0613    SAM_0572

– la cloison Est et l’accès en crépi lissé.

SAM_0611    SAM_0616

Pour ce qui est des WC, il faudra attendre car le carrelage n’est toujours pas arrivé.

Lambris côté nuit en photos

La pose du lambris dans ce volume est réalisée à l’identique que pour la pièce principale.

La seule différence, c’est que ce volume sera cloisonné afin de recevoir 3 chambres, la salle de bain, le WC, le local technique, le tout distribué par le couloir.

Le lambris a donc été posé pour ne pas avoir de raccords dans les pièces.

Pour cela toutes les coupes sont positionnées au droit des axes de cloisons.

Réalisation du doublage de la façade Sud :

Mise en place de frein vapeur.

SAM_4977

Pose de 3 rangées de lambris.

SAM_4978

Perçage, pose et isolation au plâtre des boîtes pour appareillage électrique.

SAM_4981

Fixation de plaques d’OSB sur un des murs de la cabine de douche. Un doublage en BA 13 hydrofuge sera ensuite réalisé pour la pose du carrelage.

SAM_4983 SAM_4984

Après le clouage de quelques rangées de lambris, pose du frein vapeur en partie haute.

SAM_4986

Rabattage du frein vapeur pour permettre le garnissage des caissons en isolant (paille de lavande).

SAM_4990

Remise en place du frein vapeur et poursuite de la pose du lambris.

SAM_4991    SAM_4992

Doublage de la façade Sud terminé.

SAM_5030 SAM_5031 SAM_5032

Réalisation du doublage de la façade Est :

SAM_5033 SAM_5035 SAM_5037 SAM_5042

Réalisation du doublage de la façade Nord :

SAM_5167

Le lambris de la partie de mur de la chambre du fond est mis en place indépendamment du couloir.

SAM_5168

Un remplissage en paille est fait avant la pose du lambris, cependant il est nécessaire de le compléter au fur et à mesure du clouage des lames afin de le tasser au maximum.

A chaque sortie de gaines, prises ou interrupteurs, le caisson n’est pas rempli afin de pouvoir isoler le boitier au moyen de plâtre (protection de la paille contre les risques liés à l’électricité).

SAM_5169    SAM_5166

Le lambris dans le couloir est monté jusqu’à 2,40 mètres (hauteur de plafond),

SAM_5174 SAM_5183

puis dans le comble technique, il est remplacé par de l’OSB.

SAM_5194    SAM_5198

Afin de ne pas avoir de raccord entre les lames, nous les avons fait au droit de l’axe vertical des futures cloisons.

coupe 1    coupe 2    coupe 3    coupe 4

Les gaines destinées à être rattachées à une boîte de connexion, sont passées au travers de l’OSB puis mises en attente.

SAM_5189 SAM_5191

9 jours plus tard et 180 heures à 3 s’en est terminé pour l’isolation et le doublage des murs extérieurs.

SAM_5199

 

Et pour finir une petite vidéo à 360°

Lambris coté nuit:

 

mise en place du lambris

Mardi 15 juillet débute la mise en place du lambris.

Pour cela, 5 principales opérations doivent être menées de front :

– pose du frein vapeur réfléchissant,

SAM_4726 SAM_4727 SAM_4728

– clouage du lambris,

SAM_4721    SAM_4729    SAM_4731    SAM_4743    SAM_4745

– traçage, perçage et fixation des boîtes pour les prises et interrupteurs,

SAM_4734 SAM_4735

– mise en place des gaines électriques et isolement au moyen de plâtre des boîtes de la paille,

SAM_4737 SAM_4738

 

Les boîtes sont en place, les gaines figées, les câbles prêts à être branchés aux prises ou interrupteurs.

SAM_4744    SAM_4754

– garnissage des caissons au moyen de la paille.

SAM_4751    SAM_4742

Après avoir monté environ 50 cm de lambris, le frein vapeur est dégrafé et les caissons sont remplis.

SAM_4750

Mise en place en partie haute du frein vapeur.

SAM_4752 SAM_4753

SAM_4759   SAM_4758    SAM_4757    SAM_4756

Le frein vapeur réglé, il faut le rabattre pour finir de remplir les caissons de paille.

SAM_4763

Puis monter à nouveau du lambris.

SAM_4770    SAM_4771

Façade Sud.

SAM_4765    SAM_4772    SAM_4774    SAM_4773    SAM_4775

Liaison entre le mur en lambris et le plafond en OSB.

SAM_4782

Façade Ouest.

SAM_4784    SAM_4789

Mise en place du frein-vapeur sur le mur Nord.

SAM_4788    SAM_4796

La largeur du rouleau étant supérieure à la partie restant à couvrir, un traçage est fait après le réglage du frein-vapeur, suivi de la découpe.

SAM_4790 SAM_4792

Vendredi 25 juillet la pièce principale est pratiquement finie.

Malheureusement le travail étant long et laborieux, il n’a pas été possible de remplir les derniers caissons et bien sûr ni de les fermer. Ce sera fini le 05 août pour la nouvelle période de travail.

SAM_4798

Le mur de refend quant à lui est fait pour ce qui est du lambris.

Il ne reste plus qu’à poser 2 couches de placo-plâtre résistant au feu (couleur rose) au-dessus du mur d’inertie pour permettre de protéger l’ossature de la chaleur dégagée par le conduit d’évacuation du poêle.

SAM_4799 SAM_4800 SAM_4801

Il aura fallu 128 heures à deux (Babeth et moi) pour en arriver là.

 

Conception de notre couverture

Comme je l’écrivais dans l’article précédent, la couverture compte 7 couches.

10 couverture du projet

– la végétation de type jachère fleurie enrichie par des iris, jonquilles et diverses fleurs ou plantes permettant une coloration tout au long de l’année.

– le mélange de terre et de paille de lavande décomposée pour réduire le poids, d’une épaisseur de 150 mm,

2 végétalisation toiture

– la membrane (bâche) EPDM 1,15 mm assurant l’étanchéité de la couverture.

C’est un revêtement monocouche synthétique en caoutchouc, destiné à réaliser l’étanchéité de toitures-terrasses planes ou courbes, et toitures inclinées, dont l’élément porteur est constitué de maçonnerie, bois et panneaux dérivés de bois, isolés ou non isolés, de tôles d’acier nervurées isolées.

L’EPDM est un matériau recyclable et inerte qui ne contient pas de chlore ou plastifiants et qui bénéficie d’un impact environnemental bas pendant sa production et son utilisation. Firestone RubberGard EPDM bénéficie de la certification ISO 14001 (certification de gestion environnementale). C’est aussi une membrane fortement durable offrant une résistance forte à l’ozone et à la radiation UV.

L’EPDM est une membrane d’étanchéité qui possède de nombreux avantages :

– Bonne résistance : l’ EPDM a une résistance élévée aux UV, à l’ozone, aux acides (le contact avec les acides forts, les produits dérivés d’huile qui peuvent endommager la membrane, doit être évité), aux températures extrêmes comprises entre -50 et 130°C. Elle possède une capacité d’allongement de 380 %. Sa durée de vie est de plus de 50 ans. La membrane EPDM est garantie 20 ans par le fabricant.

– Respect de l’environnement : stable chimiquement, l’EPDM ne relargue pas de produit indésirable dans les eaux d’évacuation pluviales. L’EPDM est reclyclable à 100 %.

– Facile à mettre en oeuvre : la surface étanchée est rapidement recouverte grâce aux grandes largeurs de rouleaux disponibles.

– des accessoires comme coins, rélevés, jonctions, joints, ancrage, etc. existent pour simplifier la mise en oeuvre.

– Le collage et l’assemblage se font à froid (vulcanisation).

– Compatible avec la végétalisation des toitures : elle résiste à la perforation des racines issues des végétaux des systèmes de culture extensifs, semi-intensifs et intensifs.

Les dimensions permettent de prendre en compte l’ensemble des recouvrements et peuvent permettre de n’avoir aucun raccord afin de garantir une parfaite étanchéité (maximum environ 60 ml X 15 ml soit 900 m²)

3 étanchéité de la couverture     epdm

– une protection pour murs de soubassement. Elle permet une circulation de l’air, ainsi que l’évacuation de la vapeur d’eau excédente pour assurer le principe du mur respirant.

protection soubassement    circulation de l'air

Pour cette fonction, les picots seront mis côté volige, et entre chaque bande de protection, un chevron sera fixé pour le maintien en place.

4 ventilation sous membrane EPDM

– une volige de 17 mm qui supportera et répartira les charges sur l’ossature,

5 volige support de couverture

– l’ossature de 300 mm pour la résistance de la structure, garnie en paille de lavande pour l’isolation,

SAM_4074   7 solives et isolation

– le frein-vapeur, pour permettre la transmission de la vapeur de l’intérieur vers l’extérieur. Cette caractéristique technique s’appelle la perméance,

frein vapeur   8 frein vapeur

– le lambris de douglas calibré en trois largeurs (11, 15 et 19 cm) pour une épaisseur de 19 mm.

9 revêtement de plafond

Dans cette conception, je ne mets pas de pare-pluie, partant du principe que les caractéristiques de la membrane EPDM font que si celle-ci doit être transpercée, cela entraînera le percement de ce qu’il y aura dessous et donc du pare-pluie.

Nous avons donc commandé une membrane EPDM de 9,15 mètres pour le sens de la pente par 23,50 mètres pour couvrir la longueur, les remontées étant incluses dans ces dimensions. Son poids est d’environ 300 Kg.

 

Finalisation du sciage

Après 11 jours de montage,

SAM_4090 SAM_4104 SAM_4105

avec Philippe nous sommes redescendus dans l’Aude pour y passer quelques semaines durant lesquelles le travail de sciage se poursuit.

Dans un premier temps il m’a fallu reprendre la feuille de coupe et y rajouter certains détails qui sont apparus lors du montage, suite à des modifications pour des raisons techniques ou d’esthétisme, voir d’oublis.

En effet, gérer un tel projet de A à Z seul, reste particulièrement complexe et certains détails apparaissent au fur et à mesure de son avancement.

Pour le moment je ne me plaind pas, car aucune grosse ou mauvaise surprise n’est venue perturber la réalisation.

mauvaise surprise

Pendant ces 5 semaines il faudra réaliser près de 1200 pièces de bois, dans diverses longueurs, largeurs et épaisseurs :

– sciage,

SAM_3356

– rabotage, délignage,

SAM_3516    SAM_3683

– rainurage, bouvetage,

SAM_3682

Puis le 26 avril nous procèderons au chargement de la deuxième et dernière semi-remorque, avec pour l’essentiel de la volige, du bardage et du lambris.

L’important c’est que de semaines en semaines :

–  le stock de grumes diminue,

SAM_4112   SAM_4113

– celui de pièces de bois sciées, mais en attente de finition, circule,

SAM_4110    SAM_4111

– quant à celui de pièces de bois finies, il augmente.

SAM_4107 SAM_4108 SAM_4109

Aller, encore deux petites semaines et le sciage devrait être fini.

Livraison à Montjoyer le 29 avril au matin.

Babeth prépares le terrain, on arrive.