Archives du mot-clé grume

Du Douglas enfin du Douglas

Alors que tout a commencé dans de bonnes conditions en septembre, il a fallu que la pluie s’en mêle et depuis le 15 novembre, il est impossible de débarder les arbres coupés en forêt.

Une livraison devait être faite d’ici la fin novembre 2013 repoussée au 15 décembre 2013 pour être de nouveau déplacée vers la mi-janvier 2014.

Mais la pluie, encore la pluie, toujours la pluie………

jour de pluie

Cependant, je n’ai pas à me plaindre quand on voit ce que beaucoup ont vécu ces derniers mois avec les inondations.

inondations

Faute de bois à scier, courant janvier, j’ai décidé de programmer le transport le 17 février ainsi que le chargement au cours du week-end du 15 et 16, de toutes les pièces réalisées, afin de débuter le montage rapidement, car il nous faut restituer 4 bennes de 27 m3 remplies de paille de lavande d’ici le début juin.

Il faut donc avancer.

Fin janvier il ne me restait à confectionner plus que le bardage ainsi que le lambris, que forcé et contraint je confectionnerais et transporterais lors de mes allers et retours entre l’Aude et la Drôme.

Chose bien moins pratique, mais vu le problème de plus en plus inévitable.

Mais notre forestier, devant cette situation a réussi à trouver du Douglas et à le livrer le mercredi 29 janvier.

grumier

Des arbres magnifiques.

SAM_3838    SAM_3839    SAM_3840    SAM_3842

15 mètres de long, des diamètres avoisinant les 60 centimètres à la base et les 45 à l’autre extrémité.

Malheureusement nous ne connaissons pas les dates de coupe et bien que la nature soit au repos, les arbres ne sont pas épurés comme ils le seraient en période de lune favorable.

Du coup, revirement de situation, je reporte le transport au 03 mars 2014 avec un chargement au cours du week-end du 01 et 02, cela simplifiera la livraison, le déroulement du montage et seuls quelques dizaines de m² de bardage et lambris de dimensions inférieures à 3,50 m resteront à promener à la remorque.

Voilà, on fait au mieux pour s’adapter aux circonstances et il me faudra encore modifier mon calendrier.

l’équarissage et le sciage d’une grume en vidéos

L’équarissage consite à tailler quatre faces à angles droits dans une grume.

La grume est positionnée sur le banc de sciage puis calée contre les béquilles à l’aide des chandelles à vis.

Les premiers passages permettent d’obtenir en fonction de la décroissance,  les dosses (partie arrondie du tronc), puis des planches dans l’aubier.

Ces planches demandent à être délignées afin d’avoir leurs bords rectilignes.

Vidéo : sciage d’une grume face 1 :

Tourner manuellement la grume demande un effort considérable en cas de gros diamètre.

Il peut être utilisé un tourne-bille rendant la manoeuvre bien plus aisée.

Pour cette manoeuvre, positionner le tourne-bille à l’une des extrémités de la grume, s’assurer que la griffe pénètre bien le bois, puis faire pivoter la grume en manoeuvrant d’un quart de tour l’outil.

La grume est appuyée contre la béquille puis maintenue à nouveau avec la chandelle à vis.

Vidéo : tournage d’une grume face 2 :

Vidéo : sciage d’une grume face 2 :

Ce sciage, permet d’obtenir le premier angle droit ainsi que le délignage d’un côté des planches obtenues.

Il faut également dans cette phase, commencer à calibrer la pièce de bois en cours d’équarissage.

Vidéo : tournage d’une grume face 3 :

Vidéo : sciage d’une grume face 3 :

Ce travail sur la grume, permet d’obtenir un deuxième angle droit ainsi que deux faces de grume opposées et parallèles.

Il faut dans cette phase, calibrer la hauteur séparant les deux faces opposées de la pièce de bois en cours d’équarissage qui servira soit de retombée,

calibrage de l'équarissage

soit de hauteur dans laquelle sera débitée l’épaisseur des planches.

Vidéo : tournage d’une grume face 4 :

Vidéo : sciage d’une grume face 4 :

Cette étape, permet le dernier calibrage, puis le sciage des pièces de bois dans leur épaisseur.

Et voila, à la suivante…….

Le débardage

Le débardage consiste à sortir les arbres coupés en forêt de leur lieu d’abattage,

SAM_3730  SAM_3736

pour les diriger sur le lieu de stockage provisoire,

SAM_3814

dans l’attente de leur chargement sur le véhicule,

SAM_3818   SAM_3816

qui les transportera sur le lieu de sciage.

SAM_3313  SAM_3356

Materiel :

– un engin, ici un tracteur,

– un treuil. Sa puissance doit correspondre aux arbres à sortir, ainsi qu’au gabarit de l’engin.

SAM_3732 SAM_3735

Positionnement du tracteur dans l’axe de la traction :

SAM_3731   SAM_3734

l’arbre coupé, celui-ci est ébranché puis amarré au treuil pour être provisoirement positionné en bordure de chemin.

SAM_3738 SAM_3739

Mais avant il faut amener le câble du treuil au niveau de l’arbre à sortir et là ce n’est pas forcément de tout repos :

SAM_3749 SAM_3750

SAM_3752 SAM_3756

puis il est tiré au moyen du treuil jusqu’en bordure de chemin :

Voir vidéo :

SAM_3809 Et toujours Philppe avec à côté Samy le fils de Babeth.

Maintenant que j’ai découvert le débardage, il ne me reste plus qu’à couper des arbres. La lune étant en phase d’être descendante, il se pourrait bien qu’avec Nicolas, nous allions passer une journée en forêt pour abattre quelques arbres, car le forestier devant nous livrer le reste de bois en grumes, me pose des lapins depuis le 15 décembre.

Une fois c’est trop humide et l’autre fois c’est la gastro, mais comme il faut avancer, les plus courageux trouvent des solutions, alors si les arbres ne viennent pas à nous, nous, nous allons aux arbres.

Souvenez-vous :

1 problème = 1 ou plusieurs solution (s)

contrairement à :

Résolution des PB

Comptabilité du sciage

Comme je vous en ai informé dans un article précédent, en début de sciage, la méthode choisie pour le comptage des pièces de bois sciées m’avait empêché de dormir pendant trois nuits et il m’a fallu ensuite plusieurs jours pour refaire le point et trouver une gestion bien plus simple et précise.

la reflexion

Alors je vais vous en faire profiter, bien qu’il y en ai certainement d’autres, mais après avoir réfléchi sur plusieurs possibilités c’est celle-ci que personnellement, je retiendrai pour mon prochain projet.

à moins que  idée je trouve mieux…..

Avec la livraison des fustes, le forestier remet la liste de cubage sur laquelle pour chaque fuste est attribué :

– un numéro,

– une longueur,

– un cubage.

Fiche cubage bois 2 090913           Fiche cubage bois 1 090913

A partir du numéro et des mensurations de la fuste,

mensurations

il peut en être tiré des sections pour la réalisation de montants, lisses, entretoises, traverses, bardages, voliges etc……

Tableaux de référence :

Avant toutes choses, l’ensemble des pièces de bois doivent être recensées :

– pour l’habitation :

long bois habitation 1 long bois habitation 2 long bois habitation 3

– pour le garage :

long bois garage 1long bois garage 2

Tableaux de comptage :

Le premier tableau concerne la gestion du sciage de chaque grume. Il s’agit du comptage journalier.

Dans ce tableau, doit ressortir :

– les retombées,

– les longueurs,

– les épaisseurs,

– la superficie pour la volige.

comptage journalier

Pour chaque grume il suffit de reporter les pièces de bois réalisées.

Le deuxième tableau reprend le sciage de chaque semaine et permet une vision plus globale.

En cours de sciage cela permet de faire le point sur les pièces de bois qui pourraient ne pas avoir été réalisées en raison de grumes trop petites soit en diamètre, soit en longueur.

En fin de sciage l’ensemble des semaines peut être comptabilisé rapidement, leurs longueurs additionnées par catégorie et celles-ci comparées avec les longueurs additionnées dans le tableau de recensement des pièces de bois (tableau de référence).

comptage hebdomadaire

Toutefois, ce n’est pas parceque l’on dispose de la longueur additionnée, que l’on pourra réaliser toutes les pièces de bois indispensables à la construction.

D’autant plus que lorsque vous commandez des grumes à un forestier, celui-ci ne fait pas d’épicerie.

En effet, le forestier et le transporteur s’ils ne sont pas les mêmes, rentabilisent le transport avec des longueurs correspondant au véhicule utilisé (camion simple, camion + remorque, grumier), mais ces longueurs, ne sont pas toujours adaptées à vos dimensions.

Ce qu’il faut savoir :

– plus les grumes seront longues, moins vous risquerez d’avoir de la perte, mais faut-il encore pouvoir les stocker, car pour les travailler il suffit de les couper aux dimensions adaptées au projet.

– les grumes de 4 m sont difficilement gérables et mal adaptées à la construction de caissons pour des hauteurs sous plafond « normalisées ».

Bien que dans notre cas nous en avions beaucoup, je suis arrivé à pratiquement zéro perte, mais avec quelques noeux au cerveau. Peut être que notre projet par le plus grand des hazards s’adaptait bien aux grumes. Cependant, des grumes de 5 à 6 mètres auraient simplifié bien des choses.

Le troisième tableau quant à lui, recense l’ensemble des pièces finies destinées à la construction.

C’est en remplissant ce tableau que l’on voit si toutes les pièces ont été réalisées

comptage raprochement des pièces

Le quatrième tableau quant à lui, est déstiné à la gestion principale des sections qui seront utilisées pour l’extérieur tel le bardage, le plancher de la terrasse, les solives sous terrasse, les poteaux, tableaux de fenêtres, les planches de rives et autres pièces de bois, ainsi que pour les pièces non réalisées en fin de premier sciage (6 solives de 0.25 x 0.045 x 5.20 m pour le plancher et 10 solive de 0.30 x 0.045 x 6.10 m pour la toiture).

comptage douglas

Les colonnes de droites sont complétées en fonction du nombre de jours nécessaires à la réalisation du bardage.

Je pense que sur un tel projet, la gestion globale du bois reste le poste le plus complexe et délicat à gérer.

Il reste particulièrement important d’y apporter une attention et une précision toute particulière.

Les supports doivent être simples et tenus à jour avec la plus grande minutie.

Le sciage quatrième semaine

La semaine quatre a vu la fin du sciage de la première livraison, soit 44,434 m3 brut.

Elle a permis d’affiner le sciage de certaines fins de série et plus particulièrement celles des pièces de 0.20 de retombée.

D’ autant que les grumes restantes étaient les plus petites en diamètre.

Cette semaine j’ai bossé seul sur quatre jours et environ 40 heures.

j’ai même découvert la mise en oeuvre de la mimi-pelle.

mini pelle

En autodidacte forcément, suite à une anecdote.

Allez, je raconte.

Cette semaine j’ai bossé seul car Nicolas avait du travail par rapport à son entreprise et, jeudi matin avant de partir, il devait me préparer des grumes à côté du banc de sciage.

Grumes que je devais faire rouler pour leur mise en place.

Cependant, pris par le temps et comme il devait se rendre chez un client avec son tracteur lourd (1hre et demi de route) pour effectuer certains travaux, il en a profité pour me faire gagner du temps de me déplacer les voliges avec son puissant outil. Mais le monstre rugissant et soucieux de se rendre sur son chantier, il parti à l’issue, sans que ni lui, ni moi, nous nous préoccupions de la préparation des grumes.

C’est alors qu’arrivé sur mon aire de travail je vis le petit tracteur, la mini-pelle à l’emplacement des grumes et bien évidemment les grumes sur leur aire de stockage.

Il ne me restait qu’une chose à faire : apprendre à le métier de pelliste.

Le travail réalisé :

– environ 170 m² de volige brute, délignés

– 1 pièce de bois de 0.30 x 0.045 x 4 m

– 7 pièces de bois de 0.30 x 0.032 x 4 m

– 33 pièces de bois de 0.25 x 0.045 x 4 m

– 9 pièces de bois de 0.25 x 0.032 x 4 m

– 18 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 4 m

– 6 pièces de bois de 0.20 x 0.032 x 4 m

– 10 pièces de bois de 0.30 x 0.045 x 4 m

et voila le travail :

stock 4eme semaine stock 4 éme semaine 2

La semaine 5 va voir le début de la construction des caissons d’ossature.

Le sciage troisième semaine

Donc, les semaines se suivent et se ressemblent, sauf pour les stocks.

En effet et heureusement, chaque jour, voit le stock de grumes diminuer et celui des pièces de bois augmenter.

En fin de semaine, nous avons fait sur 4 jours environ 70 heures à deux.

Le travail réalisé :

– environ 100 m² de volige délignés brute,

– 10 pièces de bois de 0.30 x 0.045 x 4 m

– 41 pièces de bois de 0.25 x 0.045 x 8 m

– 4 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 8 m

– 37 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 4 m

Les pièces réalisées en cette fin de semaine permettent de faire un point sur la deuxième livraison de bois, car il reste en attente environ 12 m3 de douglas et 15 m3 d’épicéa.

Les estimations faites à la base ont été relativement bonnes et le bois exploité au maximum permet de tenir les chiffres. Mais attention, je ne garde pas que les pièces de bois aux quatre faces parfaites,sinon il faudrait revoir à la hausse le volume de grumes d’environ 25 bon %, avec une contrainte liée au diamètre de celles-ci pour les pièces de 0.30 m de retombée.

Demain, samedi 12 octobre avec Nicolas, nous allons voir une coupe en forêt pour du Douglas, car il n’est pas simple de trouver de cette essence dans le coin.

La visite de la coupe n’a pas été convaincante. Il n’y avait que 7 Douglas de bonne consistance parmi d’autres épicéas et petits Douglas, alors qu’il en faut le double. Il n’est donc pas rentable de prendre cette coupe, car il faudrait l’acheter et la couper dans sa totalité.

Cependant, de retour, nous sommes passés voir du Douglas coupé par Nicolas il y a trois ans (à la bonne Lune bien sûr) et toujours en zone d’attente. Nous avons donc fait une proposition d’achat au propriétaire qui avait un projet avec, mais qui pourrait accepter de s’en séparer d’une partie.

A suivre….

Réalisation de la Volige, du Bardage, du Plancher…..

Au cours du sciage, pour obtenir des pièces de bois d’ossature, nous réalisons des sections de plus faibles épaisseurs en tournant la grume afin de confectionner les 4 façes planes de cette dernière (voir article sur le sciage d’une grume).

Après avoir retiré les dosses, nous réalisons des planches qui dans notre cas font 0.023 m d’épaisseur et qui serviront à confectionner l’ensemble des pièces pour :

– la sous face du plancher,

– la volige de toiture,

– le bardage intérieur pour les murs et le plafond.

Il sera procédé à l’identique pour le bardage extérieur mais en Douglas, jusqu’à la réalisation des pièces de section importantes, puis les grumes seront travaillées en totalité pour le bardage et le plancher de la terrasse.

Dans un premier temps, les planches issues du sciage sont mises de côté.

SAM_3365

Lorsqu’il y en a suffisamment, les planches sont positionnées sur le banc de sciage et maintenues entre elles avec un serre-joint.

SAM_3366

Le délignage peut commencer.

Pour cela, il faut définir la largeur des pièces de bois finies en tenant compte du passage à la corroyeuse afin d’obtenir un produit fini.

Pour notre projet nous envisageons des largeurs de 0.20, 0.16, 0.12,0.08 m. Cela permet d’obtenir un panachage et également de limiter les pertes en bois, car si vous n’envisagez que des pièces de 0.15 m de large, un nombre considérable de planches seront perdues, tout au moins pour la construction.

SAM_3367

Les planches sont retirées ou tournées au fur et à mesure des passages jusqu’à ce que leurs deux champs (de l’épaisseur) soient corrects.

SAM_3357     SAM_3371

Dans notre cas, les voliges supérieures à 0.20 m, soit les 0.24, voir les 0.28, sont mises de côté pour être repassées à 0.16 (pour les 0.28) afin d’obtenir une volige de 0.16 et une de 0.12 et à 0.12 afin obtenir deux voliges de 0.12 (pour les 0.24)

SAM_3368

Une fois les deux côtés délignés, les voliges sont sorties du banc,

SAM_3369

pour être stockées.

Entre chaque rangée de volige, des rablettes sont mises en place pour permettre à l’air de circuler et de compléter le séchage.

Le tracteur permet le transfert de la zone de sciage à celle de stockage.

SAM_3370

l’ensemble des « chutes » est transformé soit :

SAM_3372  SAM_3373

– en rablette, pour dans un premier temps permettre la ventilation entre les rangées de voliges ou autre pièces de bois, puis par la suite pourront trouver un usage en fonction de l’imagination de chacun……

SAM_3374

– en tasseaux ou autres pièces à usage divers,

SAM_3375

– comme combustible pour la cheminée ou le barbecue.

cochon   et bien dansle boisc’est la même chose

En effet, le bois c’est comme le cochon, tout se consomme.

Le délignage fini, les « voliges » sont stockées pour permettre leur séchage.

Entre deux rangées de volige, des rablettes sont positionnées pour permettre le passage de l’air, faciliter le séchage et éviter le contact entre elles afin de supprimer l’apparition de champignons qui feraient pourrir le bois.

Le bois sera ensuite passé à la corroyeuse pour être mis aux côtes finales et raboté sur sa face visible et éventuellement travaillé en fonction des profils souhaités.

Le sciage : première semaine

Le sciage a commencé le mardi 24 septembre en début d’après-midi.

Il est indispensable d’être bien équipé.

Transfert d’une bille au moyen de la mini pelle :

SAM_3319  SAM_3320

Mise en place sur le banc de coupe :

SAM_3321 SAM_3322 SAM_3323

Réglage de coupe :

SAM_3317

Après le retrait de la dosse, (partie périphérique avec l’écorse) :

SAM_3333 SAM_3334

Nous débitons des épaisseurs qui serviront à réaliser les voliges, bardages intérieurs ou planches diverses :

SAM_3335

Le dernier passage doit tenir compte de la retombée des grosses pièces afin de pouvoir couper à l’opposé.

En fin de semaine avec Nicolas, nous avons fait 28 heures à deux de travail et réalisé :

– environ 75 m² de volige délignée brute et 20 m² restant à déligner,

– 25 pièces de bois de 0.30 x 0.045 x 8 m

– 35 pièces de bois de 0.25 x 0.045 x 8 m

– 15 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 8 m

qui serviront à confectionner les pièces de grandes longueurs dans un premier temps, telles :

– les lambourdes de plancher et de charpente,

– les lisses,

– les montants et les extrémités de caissons,

ainsi que dans les restes, les pièces moins longues telles :

– les entretoises ou autres pièces de baies,

– les montants de petites dimensions.

De cette première semaine, j’ai constaté deux difficultés qui demandent une réorganisation :

– la première est liée aux dimensions des pièces de bois, qui sur papier n’impressionnent pas de trop, mais lorsque l’on voit une lambourde de 8 m de long x 0,30 m de retombée et 0.045 m d’épaisseur et qu’ensuite on la saisit, la première question qui se pose, c’est comment la transporter ? (je ne parle pas jusque dans la Drôme car pour ce trajet, il s’effectura en semi remorque).

– la deuxième concerne la gestion des pièces, car il est impossible de débiter quelques longueurs que ce soit avant d’avoir scié toutes les billes d’une longueur de 8 m qui sont imdispensables à la confection des pièces comprises entre 5 m et 8 m, d’autant plus que pour les lamboudes de retombée de 0,30 m il est compliqué de les réaliser, bien que les troncs soient particulièrement jolis.

Je serai sûrement obligé de compléter certaines lambourdes de 0,30 par des 0,25 + 0,05.

Cependant, j’ai passé le week-end ainsi que le début de semaine très perturbé, car la première livraison de grumes (8 m et 4 m) ne permet pas de réaliser l’ensemble des pièces de retombée de 0,30 m et complique grandement la réalisation des montants, extrémités de caissons car pour les billes de dimension de 4 m, il est indispensable de bien calculer. Un mauvais calcul peut entraîner un gaspillage non négligeable ou de revoir certains assemblages.

Il est donc particulièrement important de définir :

– les longueurs de grumes en fonction des longueurs de pièces à réaliser,

–> cependant cet exercice :

— reste assez aléatoire, car le choix des grumes n’est pas toujours facile à faire. L’arbre sur pied peut être perçu différemment une fois couché,

— ne convient pas forcément au transport, qui pose la contrainte du véhicule et celle du tarif.

grumier 2 grumier

— le nombre de pièces pouvant être sciées dans la grume.

– la comptabilité des pièces sciées avec le plus de minutie possible :

comptabilité

–> fiche de coupe journalière pour comptabiliser les sections et les longueurs,

–> récapitulatif en fin de semaine, avec tenue à jour des pièces aux dimensions finies pouvant être réalisées avec le sciage de la semaine pour permettre la gestion globale de l’ensemble des pièces de bois à réaliser.

Surtout ne pas partir sur les petites pièces. Se débarasser des sections et longueurs les plus contraignantes.

poutres

Le choix de passer par cette filière est donc passionnant,

  passion

mais complexe.

  complexité

Rendez-vous pour la deuxième semaine……

Le sciage d’une grume

De l’arbre à la planche, deux principales étapes sont indispensables :

– la coupe (l’abattage de l’arbre, son ébranchage et son tronçonnage pour permettre le transport),

– le sciage (transformation de la bille en pièces de bois, soit utilisable immédiatement pour le bois de charpente, soit à transformer pour les bois d’ébénisterie).

Concernant le sciage artisanal, la scierie mobile est donc un outil intéressant.

Après avoir choisi la grume dans le stock, il faut la mettre en place sur le banc de coupe.

La mini-pelle est un engin pratique pour la manutention, cependant pour les grumes de 8 mètres et de diamètre imposant, un engin plus lourd s’impose.

Mise en place d’une grume de 8 mètres :

SAM_3342

La grume posée sur le banc, la laisser prendre sa place contre les béquilles d’appuis, remonter la chandelle mobile pour maintenir la grume le temps des passages de scie :

SAM_3343

Après le réglage du premier passage de coupe afin de retirer la partie extérieure du tronc (la dosse), faire progresser la scie le long de la grume :

SAM_3344   SAM_3341

Petit à petit au fur et à mesure des passages, les pièces coupées sont triées.

Seules les pièces pouvant, après délignage, être utilisées pour faire de la volige, du bardage, des planches, clin ou autres sont gardées.

Pour le reste, certaines pièces peuvent être utilisées pour diverses réalisations, quant aux autres, elles participeront à allumer le feu dans la cheminée ou cuire les aliments au barbecue.

Sur cette grume, 4 passages ont êté réalisés. On peut voir trois traits de coupe :

SAM_3345

Les pièces de bois sont retirées,

SAM_3356

SAM_3346

puis la grume est tournée la face sciée en appuis contre les béquilles fixes, afin de permettre la réalisation d’une deuxième face.

Cette manoeuvre s’effectue au moyen d’un outil à tourner les grumes : __________________

SAM_3347

La deuxième face est réalisée, les pièces de bois sont triées en fonction de leur future destination :

SAM_3351   SAM_3348

Pièces de bois issues du sciage en attente de triage :

SAM_3349

Pièces de bois non destinées à la construction, mais pouvant être utilisées pour d’autres usages divers :

SAM_3350

Réalisation de la troisième face.

Les pièces de bois de faible épaisseur sont réalisées jusqu’à la cote permettant la réalisation de pièces plus importantes :

SAM_3352

Réalisation de 4 pièces de 0,045 m d’épaisseur qui serviront à la confection de l’ossature.

Les pièces de faible épaisseur ont été sciées jusqu’à la cote de 4 X 0,045 m plus 3 X 0.003 m correspondant à l’épaisseur de la lame soit : 0,189 m.

SAM_3353

Les 4 pièces sont tournées afin de réaliser la quatrième face de la grume.

Le sciage doit s’arrêter à la dimension souhaitée pour la hauteur de la solive.

Le sciage fait, nous obtenons dans ce cas 4 solives de 0.25 m de retombée (hauteur) X 0.045 m d’épaisseur et 8 mètres de long :

SAM_3354

Sur les 4 solives l’une d’entre elles ne présente pas ses 4 faces planes.

Ce fait ne présente pas de problèmes particuliers à un usage dans la construction. Je les utiliserai pour la réalisation d’entretoises.

SAM_3355

Ce qu’il faut s’avoir, c’est que des pièces de bois réalisées avec 4 faces planes, demandent près de 50 % de grumes en plus et n’apportent pas grand chose en matière de résistance, mais colle bien moins en matière de projet respectueux de l’environnement.

Calcul du volume de bois et de l’isolant

Cet article est une approche très simplifiée et n’a pas vocation à être un cours. Cependant il devrait vous permettre de suivre les étapes dans le cas du choix de ne pas passer pas la filiale bois traditionnelle.

Afin d’effectuer le calcul du volume de bois pour la réalisation de la structure, il est indispensable de dessiner l’ensemble des pièces de bois composant l’ossature.

– les lisses basses et hautes,

– les montants, pièces d’extrémités et délimitant les baies, entretoises, pièces pour linteaux, nécessaires à la fabrication des caissons,

– les lambourdes pour le plancher,

– les solives pour la toiture,

– les poteaux, bardages, voliges et autres entrant dans le projet.

ossature habitation

Pour notre projet, j’ai réalisé les plans de chaque type de caisson.

ensemble de caissons

Chaque type de caisson est ensuite référencé par une lettre de l’alphabet puis comptabilisé.

ressencement caissons

Exemple : pour les éléments verticaux composant le niveau rez-de-chaussée, plan ci-dessus, il faut :

–  12 caissons de type A,

– 1 caisson de type B, C, D, E, F, H, I, J,

– 2 caissons de type G,

– 1 linteau de type L2

– 2 linteaux de type L1

Pour calculer le cubage du volume de bois nécessaire, il suffit:

– de faire le cubage de chaque type de caisson,

– de multiplier le résultat de chaque type de caisson par le nombre de caissons nécessaires.

Cas des 12 caissons de type A :

caisson A

Détails des pièces de bois :

– 2 extrémités (basse et haute) d’une longueur de 2,40 m,

– 6 montants d’une longueur de 2,65 m,

– 10 entretoises d’une longueur de 0,45 m

L’épaisseur est de 0.045 m,

La profondeur des pièces est 0.25 m.

Sur un tableur, j’ai réalisé un tableau pour chaque type de caisson.

cubage caisson A  tableau calcul caisson A avec légende

Principe de calcul :

Section = Epaisseur  X  Profondeur : 0.045 m  X  0.25 = 0.011 m²

– Extrémités   X  Section : 2,40  0.011  X  2   = 0.054 m3

– Montants     X  Section : 2,65 X  0.011  X  6     = 0.178 m3

– Entretoises  X  Section :  0,45  X  0.011  X  10  = 0.048 m3

– Total du volume de bois pour un caisson          = 0.281 m3

– nombre de caissons de type A                                = 12

– Total du volume de bois pour les caissons A     = 3.37 m3 : 0.281  X  12

L’addition de la totalité des caissons, pièces de plancher, pièces de charpente et autres tels poteaux, bardage, etc. permet d’obtenir le volume de bois scié pour le projet.

Mais de cet état sciage grumes à celui-ci sciage section bois

Comment évaluer le nombre, le diamètre et la longueur des grumes ?

dendromètrie 1

La Dendrométrie : technique d’évaluation du volume des arbres et de leur croissance.

Cependant, en majorant le volume de bois final de 30% qui représente les parties non utilisables pour le projet :

 – dosses,

– sciure du corroyagedégauchissage, rabotage,

dégauchissage      Dégauchissage

rabotage     Rabotage

– chutes du délignage,

délignage

on obtient le volume nécessaire au projet.

Pour notre projet, le volume de bois fini est de 50 m3 donc 50 + (50 X 30 / 100) = 50 + 15 soit 65 m3 en grumes.

La longueur des grumes est liée aux longueurs des pièces de bois.

Il faut définir le nombre de pièces par longueur et rapporter leur addition à la surface de grume utilisable.

évaluation de grume

Mais rassurez-vous, votre scieur sait le faire et dans tous les cas choisissez le par rapport à l’ensemble des compétences indispensables nécessaires à optimiser votre coupe.

Concernant le volume d’isolant, le calcul est plus simple quel que soit le choix de celui-ci.

Dans notre projet nous avons fait le choix de la paille de lavande broyée, mise en place dans l’ossature entre le bardage et le revêtement intérieur.

paille de lavande 1

Une fois le calcul du volume de bois fait, le plus simple est de calculer le volume de chaque caisson et de déduire le volume de bois :

Exemple:

Cas des 12 caissons de type A :

Dans le calcul du total du volume de bois pour un caisson nous avions trouvé : 0.281 m3

Il faut maintenant calculer le volume du caisson en multipliant la longueur par la hauteur par la profondeur.

caisson A2.40  X  2.75  X 0.25  =  1.65 m3

Le volume de paille se calcule en déduisant le volume de bois du volume du caisson soit :

1.65 – 0.281 = 1.37 m3

caisson A avec paille

pour les 12 caissons :

1.37 m3  X  12  =  16.44 m3

caisson A avec paillecaisson A avec paillecaisson A avec paille ECT….

Pour l’ensemble de la maison, murs, plancher, toiture, il nous faut 110 m3 de paille de lavande.

désignation caisson habitation

Cet été au moment de la distillation de la lavande, nous réaliserons les ballots de paille broyés:

ballot de paille 0.46  X  0.95  X  0.31  =  0.135 m3 par ballot.

Pour 110 m3 il faudra réaliser : 110 / 0.135  =  815 ballots.

Cela représente 4.60 m  X  9.5 de surface au sol (43.7 m²) sur 2.5 m de hauteur.