Archives du mot-clé forêt

Le Dauphiné en parle

MONTJOYER

Le référent local du Dauphiné Libéré du secteur après contact a réalisé un article publié le dimanche 1er juin 2014.

La maison de Babeth, Un exemple à suivre, titre le journal.

article dauphiné 01062014

Le journaliste met l’accent sur l’aspect sain du principe :

– du bois issu d’une coupe à dates précises,

foret de belesta 3 effet de la lune 1 lune croissante SAM_3312

– l’isolation en paille de lavande,

paille en botte  SAM_4340

– le toit végétal,

SAM_4393  3 étanchéité de la couverture    toiture végétalisée 2

– le caractère écologique du projet.

prêt de la terre  éco geste

Merci au référent local pour l’intérêt porté au projet et au Dauphiné pour la publication.

 

 

Du Douglas enfin du Douglas

Alors que tout a commencé dans de bonnes conditions en septembre, il a fallu que la pluie s’en mêle et depuis le 15 novembre, il est impossible de débarder les arbres coupés en forêt.

Une livraison devait être faite d’ici la fin novembre 2013 repoussée au 15 décembre 2013 pour être de nouveau déplacée vers la mi-janvier 2014.

Mais la pluie, encore la pluie, toujours la pluie………

jour de pluie

Cependant, je n’ai pas à me plaindre quand on voit ce que beaucoup ont vécu ces derniers mois avec les inondations.

inondations

Faute de bois à scier, courant janvier, j’ai décidé de programmer le transport le 17 février ainsi que le chargement au cours du week-end du 15 et 16, de toutes les pièces réalisées, afin de débuter le montage rapidement, car il nous faut restituer 4 bennes de 27 m3 remplies de paille de lavande d’ici le début juin.

Il faut donc avancer.

Fin janvier il ne me restait à confectionner plus que le bardage ainsi que le lambris, que forcé et contraint je confectionnerais et transporterais lors de mes allers et retours entre l’Aude et la Drôme.

Chose bien moins pratique, mais vu le problème de plus en plus inévitable.

Mais notre forestier, devant cette situation a réussi à trouver du Douglas et à le livrer le mercredi 29 janvier.

grumier

Des arbres magnifiques.

SAM_3838    SAM_3839    SAM_3840    SAM_3842

15 mètres de long, des diamètres avoisinant les 60 centimètres à la base et les 45 à l’autre extrémité.

Malheureusement nous ne connaissons pas les dates de coupe et bien que la nature soit au repos, les arbres ne sont pas épurés comme ils le seraient en période de lune favorable.

Du coup, revirement de situation, je reporte le transport au 03 mars 2014 avec un chargement au cours du week-end du 01 et 02, cela simplifiera la livraison, le déroulement du montage et seuls quelques dizaines de m² de bardage et lambris de dimensions inférieures à 3,50 m resteront à promener à la remorque.

Voilà, on fait au mieux pour s’adapter aux circonstances et il me faudra encore modifier mon calendrier.

Le débardage

Le débardage consiste à sortir les arbres coupés en forêt de leur lieu d’abattage,

SAM_3730  SAM_3736

pour les diriger sur le lieu de stockage provisoire,

SAM_3814

dans l’attente de leur chargement sur le véhicule,

SAM_3818   SAM_3816

qui les transportera sur le lieu de sciage.

SAM_3313  SAM_3356

Materiel :

– un engin, ici un tracteur,

– un treuil. Sa puissance doit correspondre aux arbres à sortir, ainsi qu’au gabarit de l’engin.

SAM_3732 SAM_3735

Positionnement du tracteur dans l’axe de la traction :

SAM_3731   SAM_3734

l’arbre coupé, celui-ci est ébranché puis amarré au treuil pour être provisoirement positionné en bordure de chemin.

SAM_3738 SAM_3739

Mais avant il faut amener le câble du treuil au niveau de l’arbre à sortir et là ce n’est pas forcément de tout repos :

SAM_3749 SAM_3750

SAM_3752 SAM_3756

puis il est tiré au moyen du treuil jusqu’en bordure de chemin :

Voir vidéo :

SAM_3809 Et toujours Philppe avec à côté Samy le fils de Babeth.

Maintenant que j’ai découvert le débardage, il ne me reste plus qu’à couper des arbres. La lune étant en phase d’être descendante, il se pourrait bien qu’avec Nicolas, nous allions passer une journée en forêt pour abattre quelques arbres, car le forestier devant nous livrer le reste de bois en grumes, me pose des lapins depuis le 15 décembre.

Une fois c’est trop humide et l’autre fois c’est la gastro, mais comme il faut avancer, les plus courageux trouvent des solutions, alors si les arbres ne viennent pas à nous, nous, nous allons aux arbres.

Souvenez-vous :

1 problème = 1 ou plusieurs solution (s)

contrairement à :

Résolution des PB

Le sciage troisième semaine

Donc, les semaines se suivent et se ressemblent, sauf pour les stocks.

En effet et heureusement, chaque jour, voit le stock de grumes diminuer et celui des pièces de bois augmenter.

En fin de semaine, nous avons fait sur 4 jours environ 70 heures à deux.

Le travail réalisé :

– environ 100 m² de volige délignés brute,

– 10 pièces de bois de 0.30 x 0.045 x 4 m

– 41 pièces de bois de 0.25 x 0.045 x 8 m

– 4 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 8 m

– 37 pièces de bois de 0.20 x 0.045 x 4 m

Les pièces réalisées en cette fin de semaine permettent de faire un point sur la deuxième livraison de bois, car il reste en attente environ 12 m3 de douglas et 15 m3 d’épicéa.

Les estimations faites à la base ont été relativement bonnes et le bois exploité au maximum permet de tenir les chiffres. Mais attention, je ne garde pas que les pièces de bois aux quatre faces parfaites,sinon il faudrait revoir à la hausse le volume de grumes d’environ 25 bon %, avec une contrainte liée au diamètre de celles-ci pour les pièces de 0.30 m de retombée.

Demain, samedi 12 octobre avec Nicolas, nous allons voir une coupe en forêt pour du Douglas, car il n’est pas simple de trouver de cette essence dans le coin.

La visite de la coupe n’a pas été convaincante. Il n’y avait que 7 Douglas de bonne consistance parmi d’autres épicéas et petits Douglas, alors qu’il en faut le double. Il n’est donc pas rentable de prendre cette coupe, car il faudrait l’acheter et la couper dans sa totalité.

Cependant, de retour, nous sommes passés voir du Douglas coupé par Nicolas il y a trois ans (à la bonne Lune bien sûr) et toujours en zone d’attente. Nous avons donc fait une proposition d’achat au propriétaire qui avait un projet avec, mais qui pourrait accepter de s’en séparer d’une partie.

A suivre….

Visite en forêt sur les lieux de la coupe

Vendredi 12 juillet nous sommes allés voir en forêt de Bélesta les arbres qui serviront pour la réalisation du projet.

foret de belesta 1 foret de belesta 2

De loin, on a du mal à imaginer des arbres pouvant être exploitables.

Mais une fois au coeur de la coupe assurant environ 300 m3 de fûts , la réputation de la rectitude ainsi que de la régularité des troncs se confirme.

En effet, le cône ne se réduit que très peu sur des longueurs entre 20 et 30 mètres voir plus sur certains spécimens.

Ces arbres seraient particulièrement intéressants pour une construction en fustes.

  foret de belesta 5  foret de belesta 3

Il est compréhensible que les chantiers navals au temps des grands navires du milieu du premier millénaire, tels les galions, caravelles, Frégates, vaisseaux, corvettes, etc… sont venus exploiter les résineux de Bélesta pour confectionner, principalement, leurs mâts.

 foret de belesta 8 foret de belesta 7

Ne sont-ils pas magnifiques ?

foret de belesta 10    foret de belesta 6  foret de belesta 9

Mais sur place ….

 « Tu trouveras quelque chose de plus dans les forêts que dans les livres.
      Les arbres et les pierres t’enseigneront ce qu’aucun maître ne te dira.»

Saint Bernard de clairvaux

L’exploitant ayant eu une surcharge de travail en juillet, ils ne seront coupés qu’en août entre le 03 et le 14 en évitant le 04 après-midi, le 07, et en favorisant le 05 et le 14, la Lune et les constellations étant favorables dans cette période.

Les bois choisis

Pour ce projet, le choix du bois compte deux essences:

– du Douglas : Fiche technique,

bois douglas

Introduit en Europe en 1827, le Douglas est un bois qui résiste au temps et possède d’excellentes propriétés mécaniques. Son cœur dur lui assure une remarquable résistance et le protège naturellement des attaques de la plupart des insectes et champignons. Ses propriétés anatomiques et structurelles en font un bois offrant d’excellentes performances mécaniques reconnues : densité, dureté, rétractabilité. Arbre à croissance rapide, le Douglas a une densité de 500 kg/m³ et, adulte, il présente une faible proportion d’aubier.

C’est l’un des résineux les plus durables qui a la propriété de durcir en vieillissant.

– de l’épicéa : Fiche technique,

l'épicéa

Conifère d’origine européenne, il atteint des hauteurs de 35 à 40 mètres, voir plus suivant les régions d’Europe. Son diamètre peut atteindre 1.5 m. Cet arbre peut vivre jusqu’à 300 ans. Par accroissement, l’épicéa fournit un bois haute qualité au tronc droit avec peu d’aubier. Ses caractéristiques en font un bon bois de charpente.

Les essences, pour notre projet, proviennent de Bélesta dans l’Ariège.

La forêt de Bélesta est composée principalement de résineux (épicéas, douglas, mélèzes, Weymouth et sylvestres). La forêt est située entre 800 et 1000 mètres d’altitude. Sa position géographique:

– proximité de la méditerranée,

– hors du couloir des grands vents sur le front nord,

– région présentant un niveau de pluviométrie important,

– une roche calcaire et l’acidité des aiguilles donnent un bon sol,

l’ensemble de ces éléments est donc favorable au développement des résineux.

L’ensemble de ces caractéristiques climatique fait que les arbres de Bélesta ont une bonne réputation.

A cela il suffit de les couper en bonne période pour accentuer les qualités de résistance et de conservation.

Mais quand les couper ?