Archives du mot-clé fabrication

Conception des caissons B, E et F

Ce mercredi sera consacré aux caissons B, E, F.

Chacun dispose d’une baie pour recevoir une fenêtre.

caissons B, E et F

caisson B, E, F

Le caisson B se trouve en périphérie de la plus grande des chambres, qui est située à l’Est :

plan caisson B

Le caisson E  est au droit de la chambre le plus à l’Ouest, contigüe à la salle d’eau :

plan caisson E

Le caisson F quant à lui, dispose d’une petite baie afin de recevoir la fenêtre de la salle d’eau :

plan caisson F

Caisson B :

caisson bois B

Caisson E :

caisson bois E

Caisson F :

caisson bois F

Et trois de plus ….., ou ……….

caissons B, E et F finis

Stockage en fin de journée de mercredi? Demain il faudra attaquer une nouvelle pile.

stock mercredi 30

Conception des caissons D et H

Mardi sera le jour des caissons D et H.

caissons D et H   caissons D, H

plan caisson D

Le caisson D comporte une baie qui recevra une fenêtre pour laisser rentrer la lumière dans la chambre centrale.

plan caisson H

Le caisson H se positionnera entre les 2 baies vitrées. Il comporte 2 montants plus courts sur lesquels les linteaux de baies vitrées viendront prendre appui.

Caisson D :

caisson bois D'

Caisson H :

Pas de photos, il arrive parfois qu’un oubli s’invite!

caisson D et H finis

Les jours se suivent mais heureusement pour l’avancé du projet, ne se ressemblent pas.

Et encore 2 de moins, ou alors de plus….

stock mardi 29

Conception des caissons G et G’

En ce lundi, début de semaine, je me suis attaqué aux caissons G et G’.

Il s’agit de 2 caissons de même conception, mais inversés. Le montant venant supporter le linteau, n’est pas fixé du même côté.

caisson G caisson G'

Ces caissons délimitent un côté des baies, dans lesquelles viendront prendre place une baie vitrée sur la façade Sud et la porte d’entrée sur la façade Ouest.

caissonG, G'

Ils sont associés à d’autres caissons afin de supporter les linteaux :

– pour la baie vitrée, le caisson G avec le caisson H,

– pour la porte d’entrée le caisson G’ avec le caisson J.

ressencement caissons

Plan de montage.

plan caisson G

Plan de fabrication.

SAM_3564

Le montant délimitant la baie, est doublé d’un montant sur lequel viendra prendre appui le linteau.

SAM_3565

La règle permet de maintenir l’alignement du montant support de linteau en prenant appui contre l’extrémité haute du caisson, qui pour l’occasion ne sera coupée qu’après l’assemblage total du caisson.

SAM_3567

Bien que de conception identique, le positionnement du montant destiné à supporter le linteau est inversé.

SAM_3568

Gros plan sur l’extrémité de l’assemblage du montant support de linteau.

caissons G et G' finis

En fin de journée, 2 caissons de plus réalisés ou au choix, 2 caissons de moins à fabriquer.

SAM_3570

Conception des caissons A

Les caissons A sont au nombre de 12, dont un en mur de refend séparant la partie jour (salon-salle à manger et cuisine) et la partie nuit (chambres, salle d’eau et wc).

Ils seront utilisés pour les façades Nord (9), Est (2) et pour une partie du mur de refend (1), l’autre partie de ce mur sera réalisé en pierre, comme mur d’inertie afin d’emmagasiner la chaleur produite par le poêle à bois et son système de récupération de chaleur, l’intégrant comme face arrière.

La première étape consiste à acheminer les sections de bois jusqu’à l’aire couverte où seront fabriqués les caissons.

Puis, le bois est  positionné sur le banc de la scierie pour être raboté à la cote souhaitée, soit dans notre cas : 0.25 m.

SAM_3515

Pour cela, au moment du sciage il faut prévoir de garder la marge pour le rabotage.

Celle-ci doit tenir compte de la précision du sciage qui peut en fonction des lames, présenter quelques défauts. Cependant 1 cm ou 1.5 cm permet les corrections.

SAM_3487

Les pièces rabotées, sont sciées aux dimensions d’assemblage.

SAM_3505  SAM_3504

Là, c’est moi. Je serai rarement sur les pages, car en général, je prend les photos.

Les caissons A sont les plus simples, mais ils représentent environ 1 tiers du travail.

SAM_3490

Leurs dimensions sont celles de base : largeur 2.40 m, hauteur 2.75 m et profondeur 0.25 m.

Ils se composent de :

– 2 extrémités de 2.40 m qui seront en contact avec les lisses basses et hautes,

SAM_3495

– 6 montants de 2.65 m,

SAM_3496

– 10 entretoises dont 8 de 0.43 m et 2 dont les dimensions peuvent varier en fonction des épaisseurs réelles des montants.

SAM_3497  SAM_3510

Concernant le caisson qui doit être placé comme mur de refend au droit du plan de travail de la partie cuisine, je vais profiter des espaces entre montants et entretoises pour faire des volumes de rangement.

Pour cela, j’ai supprimé un montant, et rajouté un niveau d’entretoises.

caisson cuisine

Une fois les pièces sciées, elles sont posées au sol pour être assemblées.

SAM_3485

les extrémités sont clouées aux montants avec 3 pointes. 2 de 140  et une de 110.

Le DTU prévoit pour un assemblage par pointes (torsadées, crantées ou annelées), 2 points pénétrant la pièce d’au moins une fois l’épaisseur de la dernière pièce assemblée.

Dans notre cas, les pièces faisant 45 mm, nous pourrions utiliser des pointes de 90.

Nous commençons l’assemblage des extrémités basse et haute aux montants extérieurs.

Après avoir assemblé la périphérie et avant la fixation des entretoises, un premier contrôle avec une équerre de bonnes dimensions, permet la correction des perpendiculaires.

SAM_3511

Puis nous fixons les entretoises aux montants en prenant soin d’avancer des extérieurs au centre.

Des piges permettent d’obtenir le positionnement des entretoises.

SAM_3506

L’équerre permet de placer l’entretoise correctement.

SAM_3507

Pour finir, nous clouons les extrémités aux montants.

L’assemblage terminé, un nouveau contôle permet de vérifier que l’ensemble est resté bien d’équerre.

SAM_3489

260 kg représentent le poids moyen d’un caisson.

Pour les manutentionner, il faut soit être très fort soit être malin. J’ai donc fait le choix d’être malin, car lorsque je me retrouve seul…..

Le stockage doit être fait de niveau, car il faut éviter les déformations.

SAM_3517

Deux madriers positionnés à l’horizontale au moyen de cales sont mis en place.

SAM_3501

Les caissons sont empilés les uns sur les autres, séparés par des rabelettes.

SAM_3508

Avec Yohan, dans la journée de mercredi et 08 heures de travail chacun, nous avons réalisé 4 caissons. Avec celui d’hier, cela représente pratiquement la moitié de ce type.

SAM_3520

La journée de jeudi nous a permis d’en fabriquer 05 sur 8 heures.

SAM_3527

Vendredi je me suis retrouvé seul, fait 6 heures et réalisé 2 caissons, dont celui de la cuisine.

Le soir, les 12 caissons de type A sont terminés et empilés.

SAM_3528      caissons fait semaine 5

La semaine prochaine, lundi, nous reprendrons par les caissons G, G’ et H.

Conception des caissons

Une fois le bois scié, la fabrication de l’ossature peut commencer.

SAM_3492

Plan de montage des caissons bas.

Il servira également au suivi de la fabrication.

ressencement caissons

Mais avant, il y a quelques préparatifs :

– conditionnement de l’aire de travail,

sous le hangard, un bon coup de balai s’imposait,

SAM_3522

– mise en service du rabot adapté sur le banc de sciage,

SAM_3516

dernièrement Nicolas a reçu son rabot électrique utilisable sur le banc de sciage de sa scierie mobile.

– outillages,

scie à onglet radiale, équerres, marteau, piges, mètre, serre-joint, pied de biche.

SAM_3524   SAM_3525

– moyen de manutention,

tracteur, remorque :

SAM_3512

pour transférer les bois de l’aire de stockage à l’aire de travail,

SAM_3513

puis les caissons, sur leur aire de stockage.

SAM_3514

SAM_3503

et yohan en stage chez Nicolas pour 3 semaines, qui va avoir la chance de monter l’ensemble de l’ossature avec moi.

Allez, on attaque dans le bois dur.

Calendrier prévisionnel des travaux première tranche

Comme son nom l’indique, le calendier prévisionnel sert à programmer les travaux en fonction du temps qu’on leur impartit en fonction de :

– leur complexité,

– leur difficulté,

– le temps nécessaire à leur mise en oeuvre,

– et autres contraintes diverses qui peuvent venir perturber l’estimation de base (panne d’un engin, report de livraison, découverte d’un os de dinausore, d’une roche pour laquelle un matériel spécifique doit être utilisé et sur laquelle il faut passer 2 jours supplémentaires etc…).

Mais rarement un coffre avec plein de louis, de pierres précieuses pouvant vous faire gagner du temps.

Il faut arriver à faire une évaluation la plus raisonnable possible, puis caser des travaux qui n’ont pas l’obligation d’être réalisés tout de suite, mais que si l’avancé des travaux impératifs se déroule bien il serait bon de les faire, surtout si vous avez, comme cela est le cas, la contrainte de ne pas être sur place.

Mon prévisionnel pour la tranche 1:

planning previsionnel des travaux 1

Cette première tranche prend en compte :

–  les travaux faits et restant à faire du terrassement et du soubassement de la maison,

– les travaux de sciage,

– la réalisation en atelier de l’ossature.

La deuxième tranche concernera le montage de la maison jusqu’à la phase hors eau, hors air.

La troisième tranche sera consacrée au second oeuvre.

Septembre : semaines 37 et 38 :

– Ceinturage et arase des murs de soubassement,

– coulage des piliers de terrasse et de la longrine centrale de soutainement du plancher,

– tout à l’égout, 70 m de tranchée à ouvrir avec un fort risque de rencontrer de la grosse roche,

tout à l'égout

– drainnage sur la périphérie ; protection du mur, drain , gravier, géotextil et recouvrement,

– enduit sur le mur de soubassement pour les parties visibles,

– réalisation de la partie enterrée du puits Canadien,

puits canadien

– enfouissement d’une cuve de 3000 litres pour la récupération des eaux pluviales et domestiques non polluées,

fosse touts eaux

– mise à la terre ; piquet, tresse, barrette de coupure,

– agencement du terrain côté Est et Sud-est en terrasse avec utilisation des grosses roches et de la terre végétale,

– remplacement de la terre végétale pour agencement  sur le chemin d’accès par les gravats issus des travaux de fouille,

– retrait des gravats, pierres et roches non utilisables.

Septembre semaines 39 et 40 / octobre semaines 40 et 41 et 42 :

Nicolas a prévu 3 semaines pour le sciage, mais le transport, même si il est fait au jour le jour, demandera peut être un temps supplémentaire pour le bois non utilisable pour la construction et qui représente environ 15 m3.

sciage bois

Octobre semaines 43, 44 / novembre semaines 44, 45, 46, 47, 48 :

Réalisation des caissons en atelier chez moi à Issel dans l’Aude près de Castelnaudary.

Puis le projet passera en phase 2 qui débutera par la livraison en semi-remorque d’Issel à Montjoyer.

Si vous êtes intéressés pour participer à certaines étapes du projet vous pouvez me contacter en cliquant sur le lien sur la page d’accueil.

Assurez-vous :

– que votre contrat d’assurance vous couvre bien en cas d’accident sur votre personne,

– d’avoir bien compris qu’il s’agit d’un chantier participatif à titre gracieux et donc non rémunéré.

La seule contrepartie est que je m’engage à prendre le temps de répondre à vos questions et à vous donner un maximum d’explications sur les travaux pour lesquels vous êtes venus, puisque vous participez également pour apprendre afin peut être de vous lancer dans un projet.

– qu’il est fortement recommandé d’être équipé au maximum d’équipement de sécurité individuel, mais qu’en fonction du nombre de participant nous ne serons pas en mesure de les fournir.

EPI

Le minimum à prévoir serait : des chaussures de sécurité, des gants, un casque, un casque antibruit, des vêtements pas trop amples et les cheveux attachés suivant les travaux. Vous pouvez trouver la plupart de ces matériels à petit prix dans les magasins de bricolage.

– qu’une fois sur le chantier, il faudra respecter les règles de sécurité, d’utilisation des outils pour ne pas vous mettre en danger.

Les plans de réalisation

Si des plans sont indispensables pour la demande de Permis de Construire , il est aussi préférable d’en disposer sur le terrain pour la construction de la maison.

plan des 4 façades

Si la construction traditionnelle maçonnée demande des plans assez simples, la construction en bois impose pour ce qui est de l’ossature, des plans précis, car chaque pièce de bois doit être à sa place.

Si vous réalisez vous-même l’ossature, il devient indispensable de réaliser les plans de chaque élément à fabriquer individuellement afin qu’à l’assemblage ses éléments prennent leurs places naturellement.

plan ossature habitation façade sud

Dans notre projet, pour des raisons d’organisation familiale, je vais fabriquer l’ensemble des caissons en atelier chez moi dans l’Aude près de Castelnaudary, puis les faire transporter afin de les assembler dans la Drôme à Montjoyer. Seules les ossatures du plancher et de la toiture seront totalement assemblées sur place, en raison du volume que cela représente ; cependant, les pièces de bois seront préparées en atelier.

Quels sont ces plans de réalisation ?

– Les plans de fondations,

– de structure de plancher (éléments horizontaux),

– de caissons d’ossature (éléments verticaux),

– de toiture (éléments obliques),

– de distribution intérieure (cloisons),

– techniques extérieur :

. d’alimentation de la construction (l’eau, l’électricité, le téléphone, renouvellement d’air),

 . d’évacuation (eaux usées, de pluie),

. d’équipement du terrain (eau, électricité).

– technique intérieur :

. de distribution (eau, électricité, téléphone, hifi, internet, chauffage).

Ces plans permettent non seulement de ne rien oublier lors de la réalisation, de respecter les emplacements, les cotations, les quantités, mais par la suite ils permettront d’intervenir sur les installations en cas de problème, en facilitant le repérage.

Les prochains articles présenteront les différents plans du projet.