Archives du mot-clé étanchéité

le générateur photovoltaïque.

La préparation pour la couverture étant finie, l’entreprise prévue pour l’installation du générateur photovoltaïque est intervenue dans la première quinzaine d’octobre.

A son arrivée le pare-pluie et les contre-liteaux étaient en place.

SAM_1808

Deux jours plus tard, le générateur de 25 panneaux d’une puissance de 6.5 KwC était posé.

SAM_1869    SAM_1871    SAM_1867

Il ne me restait plus qu’a finir la périphérie :

  • bacs aciers sur la partie triangulaire côté Ouest, accès au garage,

IMG_20151027_102115    IMG_20151027_153409    IMG_20151027_153336    IMG_20151027_153322    IMG_20151027_102100

  • faîtage,

Désolé, mais je n’ai pas de photos, mais celui-ci est en acier.

  • rives,

Avant de positionner la rive, j’ai fais un calage, car il me faudra revenir pour finir le bardage de la périphérie de la toiture.

IMG_20151027_153451    IMG_20151027_153437

Ce calage permet de mettre en place les rives tout en laissant l’espace nécessaire au passage du bardage et des couvres-joints.

IMG_20151030_152719    IMG_20151030_152833    IMG_20151030_152706

Les bacs acier de couleur ardoise ne jure en rien avec les panneaux.

IMG_20151027_153311

  • sablière.

Après avoir posée en extrémité de solive des voliges, j’ai mis en place des rives acier afin de permettre la continuité de l’écoulement des eaux de pluies, des panneaux à la gouttière.

IMG_20151030_152742

Et voilà la gouttière est en place

IMG_20151030_152803    IMG_20151030_152827    IMG_20151030_152918

Et la couverture et terminée.

IMG_20151030_152731

La salle de Bains : préparation des supports

La partie la plus délicate d’une salle d’eau avec douche Italienne, est la réalisation de la cabine de douche en raison du risque d’inondation.

Il est donc particulièrement important de bien traiter l’étanchéité.

le receveur (sol) peut être réalisé avec :

– un bac prêt à poser,

– un receveur à carreler ou avec sa finition d’usine,

– un receveur fait maison.

Comme vous l’avez certainement compris, j’ai fait le choix de réaliser moi même le receveur.

C’est plus de travail, mais bien mois chère et sans limite quant aux dimensions.

Celui réalisé fait 1 m X 1,80 m et à fait appelle à:

– un mélange sable/ciment un peut riche,

– l’incorporation un produit d’étanchéité pour béton ou mortier dans ce mélange,

– la mise en place d’un film plastique au dessus de la paille pour ne pas souiller celle-ci,

– le respect d’une pente pour l’écoulement de l’eau,

– une bonde de fond préparée à l’avance et positionnée avant le coulage du mortier celle-ci étant noyée dans la masse.

SAM_5243    SAM_5242

Mise en place de plaques de plâtre hydrofuge sur les parois, pour la résistance à l’eau.

SAM_0176    SAM_0330

Le support en place, il faut maintenant le rendre étanche.

Pour cela j’ai utilisé un kit d’étanchéité. (attention les prix vont du simple au triple)

Dans un premier temps :

– application d’une couche de fixateur permettant l’adhérence des produits d’étanchéité et des colles,

SAM_0493

sur l’ensemble des supports ou du carrelage sera posé.

SAM_0491    SAM_0492

Dans un second temps :

– application de deux couches d’étanchéité,

SAM_0494

– il s’agit d’une patte avec une bande de liaison aux angles,

SAM_0496    SAM_0495

à badigeonner sur la totalité du sol de la cabine et de la partie basse de ses parois.

SAM_0498     SAM_0501

Quant au plafond, celui-ci est de type plafond suspendu à une hauteur de 2,40 m et est réalisé en lambris cérusé blanc.

Mais avant il a fallu préparer le support :

– mise en place d’une structure métallique, fixée sur la périphérie et à l’ossature de la toiture,

SAM_0336    SAM_0452

– vissage de tasseaux en bois sous l’ossature métallique pour clouer le lambris,

SAM_0450 SAM_0453 SAM_0454

Percement des traversée de cloison pour permettre le passage de la plomberie arrivée et distribution de l’eau mais également les évacuations :

– pour la cabine de douche

SAM_0294=> branchement dans la cabine du mitigeur douche,

SAM_0295=> alimentation du mitigeur de douche,

SAM_0333=> distribution non apparente de la douche.

– pour la vasque :

SAM_0351=> alimentations et évacuation.

Après toutes ces préparations, la décoration peut être envisagée.

 

 

Traversées de plancher

Lors de la construction d’une maison, quels que soient les matériaux utilisés, il est pratiquement indispensable de traverser les planchers pour passer diverses canalisations et gaines.

SAM_5225

Pour les éléments en maçonnerie, soit les canalisations et gaines sont :

– placées avant réalisation de la dalle,

– passées après coulage, des réservations étant prévues, ou par percement au moyen de mèches béton ou par carottage,

– mises en place dans des gaines techniques, qui traversent toute la hauteur du bâtiment.

Dans la construction en bois, il est préférable de réaliser les traversées :

– dans le cas d’un plancher simple couche, après la pose du plancher afin de réaliser des percements d’une précision maximale.

– dans le cas d’un plancher double couche avec (ou sans isolant), au fur et à mesure de l’avancement de la pose non seulement pour la précision de percements, mais également pour la facilité de passage surtout lors de l’emploi de gaines souples.

SAM_5223 mise en place d’un joint pour l’étanchéité à l’air.

SAM_5222

Dans le cas de gaines (électriques) devant passer dans les cloisons, il faut également tracer l’axe de la future cloison afin de mettre en attente la gaine.

SAM_5215   préparation pour gaines dans cloisons

Une fois les canalisations ou les gaines passées, les joints d’étanchéité faits, il ne reste plus qu’à mettre en place l’isolant et poursuivre la pose.

Petite astuce :

butée PVC pour tube

Afin d’éviter la descente des canalisations PVC, je colle autour un morceau de tube (diamètre identique en le coupant sur sa hauteur).

Celui-ci fait office de butée.

 

Le bardage : façade Nord

Lundi 15 juin 2014, comme prévu, nous nous lançons dans la réalisation des façades.

Nous commençons par la façade Nord.

Il s’agit de la plus importante en surface, cependant elle ne compte aucune ouverture.

Comme pour l’ensemble des façades, nous procèderons de la sorte :

– mise en place du pare-pluie sur l’ossature,

SAM_4523

Le mistral soufflant vivement depuis 6 jours et ne faiblissant toujours pas, nous pensons que ce sera un handicap, mais finalement non puisque celui-ci finit par nous prêter la main en maintenant le pare-pluie contre l’ossature.

SAM_4524

Quant au pare pluie, il est équipé de bandes adhésives :

– en partie basse côté intérieur,

– en partie haute côté extérieur.

Cela permet un collage, ainsi que l’étanchéité au niveau du chevauchement des deux toiles sans avoir à utiliser un adhésif.

– fixation des lames de bardage à la verticale :

— une lame pour toute la hauteur pour ne pas avoir d’aboutement. Sur cette façade elles mesurent 4,10 m,

SAM_4523

— pose bord à bord,

pose bord à bord

— en buté contre la lisse haute sortante de 0,05 m,

fixation en buté

— clouage sur :

— la lisse d’extrémité basse du plancher,

fixation lisse d'extémité

— les entretoises intermédiaires,

fixation lisse entretoises

— la lisse haute des caissons.

Lundi soir 62 lames sont en place, soit environ 9,50 m.

SAM_4535

Mardi soir après une demi journée et 32 lames supplémentaires en place, 14 ml sont bardés.

SAM_4537

Mercredi soir et 54 lames en plus :

-la façade Nord est bardée.

SAM_4557    SAM_4554

– la découpe en pied de mur à 0,20 m du sol est faite, la hauteur des lames est de 3,88 m,

SAM_4543    SAM_4547   SAM_4548

– l’huile a été pulvérisée,

SAM_4550    SAM_4553

bardage avant huilage SAM_4540    bardage après huilage SAM_4556

Il ne reste plus qu’à clouer les couvre-joints et les couper au droit du bardage, réaliser la finition du bandeau supérieur, puis huiler à nouveau.

Vue de l’intérieur, les caissons sont prêt à recevoir les gaines électriques, l’isolant, le frein-vapeur et le lambris.

SAM_4534

Passage de la gaine réservée au câble antenne.

Une fois le câble passé, l’orifice sera bouché pour éviter le passage de l’air.

SAM_4539

Après 2 jours et demi représentant 39  heures à deux, les 148 lames de la façade Nord sont en place.

Il aura fallu 16 x 148 = 2368 clous.

La superficie est de 86,10 m².

Afin de ne pas avoir de raccord verticalement du pare-pluie et d’éviter ainsi une rupture d’étanchéité à l’eau mais également au passage de l’air, celui-ci est déroulé en continuité tout autour de la périphérie du mur.

SAM_4545    SAM_4544

Demain jeudi nous barderons la façade Est.

 

La couverture 3 : l’étanchéité

Cette semaine sera consacrée à la réalisation de l’étanchéité de la couverture.

Pour cela il nous faudra :

– huiler la volige,

– mettre en place une couche de protection de soubassement de fondation pour permettre une ventilation afin d’évacuer les excédents de vapeur d’eau provenant de l’activité intérieure de l’habitation,

– effectuer la fixation de carrelets sur toute la longueur du bâtiment, destinés à maintenir la couche de protection de soubassement, mais également pour bloquer un éventuel glissement de la membrane EPDM.

La saturation en huile de la volige s’est réalisée au fur et à mesure de la progression de la mise en place de la protection de soubassement, afin de limiter les risques de glissade.

SAM_4358

La protection de soubassement se présente sous forme de rouleaux de 20 ml sur 1,5 m de large.

SAM_4359

Pour lui permettre de jouer son rôle dans la respiration de la couverture, cette protection doit au minimum dépasser l’aplomb des murs périphériques.

toiture échanges1   toiture échange2

La membrane EPDM ne pouvant permettre la ventilation, cette dernière ne peut être possible uniquement par la sous-face des débords de toiture.

SAM_4367   SAM_4374   SAM_4382

Les rouleaux sont posés pour permettre l’écoulement de l’eau.

pose en tuiles

Cependant, le premier est déroulé en bordure de faîtage.

SAM_4362

Ils sont fixés au moyen de pointes spéciales.

SAM_4360    SAM_4361

Les suivants, sont déroulés puis glissés de 10 à 20 cm sous le précédent.

SAM_4363    SAM_4366    protection soubassement    SAM_4375

Sur chaque chevauchement, un carrelet est fixé au niveau des pannes de l’ossature sur toute la longueur du bâtiment.

SAM_4357    pose des carrelets     SAM_4376

Les protections de soubassements en place, les carrelets fixés :

– nous pouvons dérouler la membrane d’étanchéité,

SAM_4386 SAM_4385

– la mettre en place.

SAM_4392 SAM_4390

Tenir compte des débords sur l’extérieur afin :

–> de couvrir la pièce de bois à usage de retenue de terre,

–> de laisser suffisamment de retombée (environ 20 cm) pour permettre la fixation par le bardage.

– réaliser la traversée du conduit,

SAM_4387 SAM_4394

en découpant le passage de celui-ci, puis une fois la membrane en place, en y mettant un mortier de chaux pour finaliser la souche.

– la fixer sur toutes les faces,

SAM_4393

dans un premier temps au moyen de tasseaux, puisque par la suite elle sera maintenue par le bardage des débords de toiture ainsi qu’un couvre-joint sur le dessus.

Et voila un mortier de chaux sur les boisseaux et la finition du conduit est réalisée.

SAM_4425 SAM_4426

 

L’étanchéité est obtenue comme pour un solin en zinc ou plomb. La membrane est prise en sandwich entre les couches de mortier.

Et voila, une fois le bardage extérieur posé, il ne restera pour cette toiture, plus qu’à y déposer la terre, semer et attendre que ça pousse.

Pose d’une membrane EPDM. Vidéos particulièrement intéressantes :

Conception de notre couverture

Comme je l’écrivais dans l’article précédent, la couverture compte 7 couches.

10 couverture du projet

– la végétation de type jachère fleurie enrichie par des iris, jonquilles et diverses fleurs ou plantes permettant une coloration tout au long de l’année.

– le mélange de terre et de paille de lavande décomposée pour réduire le poids, d’une épaisseur de 150 mm,

2 végétalisation toiture

– la membrane (bâche) EPDM 1,15 mm assurant l’étanchéité de la couverture.

C’est un revêtement monocouche synthétique en caoutchouc, destiné à réaliser l’étanchéité de toitures-terrasses planes ou courbes, et toitures inclinées, dont l’élément porteur est constitué de maçonnerie, bois et panneaux dérivés de bois, isolés ou non isolés, de tôles d’acier nervurées isolées.

L’EPDM est un matériau recyclable et inerte qui ne contient pas de chlore ou plastifiants et qui bénéficie d’un impact environnemental bas pendant sa production et son utilisation. Firestone RubberGard EPDM bénéficie de la certification ISO 14001 (certification de gestion environnementale). C’est aussi une membrane fortement durable offrant une résistance forte à l’ozone et à la radiation UV.

L’EPDM est une membrane d’étanchéité qui possède de nombreux avantages :

– Bonne résistance : l’ EPDM a une résistance élévée aux UV, à l’ozone, aux acides (le contact avec les acides forts, les produits dérivés d’huile qui peuvent endommager la membrane, doit être évité), aux températures extrêmes comprises entre -50 et 130°C. Elle possède une capacité d’allongement de 380 %. Sa durée de vie est de plus de 50 ans. La membrane EPDM est garantie 20 ans par le fabricant.

– Respect de l’environnement : stable chimiquement, l’EPDM ne relargue pas de produit indésirable dans les eaux d’évacuation pluviales. L’EPDM est reclyclable à 100 %.

– Facile à mettre en oeuvre : la surface étanchée est rapidement recouverte grâce aux grandes largeurs de rouleaux disponibles.

– des accessoires comme coins, rélevés, jonctions, joints, ancrage, etc. existent pour simplifier la mise en oeuvre.

– Le collage et l’assemblage se font à froid (vulcanisation).

– Compatible avec la végétalisation des toitures : elle résiste à la perforation des racines issues des végétaux des systèmes de culture extensifs, semi-intensifs et intensifs.

Les dimensions permettent de prendre en compte l’ensemble des recouvrements et peuvent permettre de n’avoir aucun raccord afin de garantir une parfaite étanchéité (maximum environ 60 ml X 15 ml soit 900 m²)

3 étanchéité de la couverture     epdm

– une protection pour murs de soubassement. Elle permet une circulation de l’air, ainsi que l’évacuation de la vapeur d’eau excédente pour assurer le principe du mur respirant.

protection soubassement    circulation de l'air

Pour cette fonction, les picots seront mis côté volige, et entre chaque bande de protection, un chevron sera fixé pour le maintien en place.

4 ventilation sous membrane EPDM

– une volige de 17 mm qui supportera et répartira les charges sur l’ossature,

5 volige support de couverture

– l’ossature de 300 mm pour la résistance de la structure, garnie en paille de lavande pour l’isolation,

SAM_4074   7 solives et isolation

– le frein-vapeur, pour permettre la transmission de la vapeur de l’intérieur vers l’extérieur. Cette caractéristique technique s’appelle la perméance,

frein vapeur   8 frein vapeur

– le lambris de douglas calibré en trois largeurs (11, 15 et 19 cm) pour une épaisseur de 19 mm.

9 revêtement de plafond

Dans cette conception, je ne mets pas de pare-pluie, partant du principe que les caractéristiques de la membrane EPDM font que si celle-ci doit être transpercée, cela entraînera le percement de ce qu’il y aura dessous et donc du pare-pluie.

Nous avons donc commandé une membrane EPDM de 9,15 mètres pour le sens de la pente par 23,50 mètres pour couvrir la longueur, les remontées étant incluses dans ces dimensions. Son poids est d’environ 300 Kg.

 

Calendrier prévisionnel des travaux deuxième tranche

Cette deuxième tranche comprend :

– l’assemblage de la structure,

assemblage murs

– la pose des bardages extérieurs et intérieurs sur les murs et le plafond ainsi que du plancher,

bardage avec couvre joint

– la mise hors eau et hors air,

mise hors eau  mise hors air

– le passage des gaines, câbles et des tuyauteries,

électricité plomberie

– l’isolation de la toiture, du plancher et des murs extérieurs,

isolation lavande

– la réalisation de la toiture végétalisée,

toiture végétalisée 2

Le planning prévisionnel des travaux :

Planning travaux tranche 2

Dans le cas où le planning de la première phase est tenu et que le transport soit bien réalisé fin novembre, la deuxième phase des travaux pourra commencer en semaine 49.

Semaine 49 (décembre) :

– montage de la structure du plancher bois : longrines, entretoise, pièces d’extémité et sous-face en OSB 3″,

– mise en place de la lisse basse.

Semaines 49 / 50 :

– assemblage des caissons bas,

– mise en place de la lisse haute,

– assemblage des caissons hauts donnant la pente de la toiture,

– mise en place de la lisse supérieure.

Semaine 51 :

– montage de la structure de la toiture : longrines, entretoises, pièces d’extrémité et « volige » en dalle d’OSB 3. L’OSB sera fixé provisoirement afin d’être retiré pour la mise en place de l’isolant, une fois le plafond réalisé,

– protection de la « toiture » par la mise en place d’une bâche (mise hors eau provisoire).

Semaines 52 de 2013 et 1 de 2014 :

– les fêtes de Noël arrivant, ces deux semaines seront repos.

Semaines 2 / 3 (janvier 2014) :

– pose du bardage périphérique extérieur. Celui-ci fait office de contreventement.

Semaine 4 :

– mise en place des menuiseries extérieures (mise hors air),

– réalisation des tableaux et appuis de baies.

Semaine 5 :

– repos.

Semaine 6 (février) :

– réalisation du plafond.

Semaine 7 :

– passage des gaines, fils électriques et des tuyauteries de plomberie.

Semaines 8 et 9 :

– isolation de la toiture,

– réalisation de l’étanchéité,

– mise en place de la terre.

Semaine 10 (mars) :

– repos.

Semaine 11 :

– isolation du plancher,

– mise en place du revêtement bois.

Semaines 12 / 13 :

– isolation des murs périphériques,

– fixation des revêtements intérieurs sur les murs périphériques.

Si nous tenons le cap, la deuxième phase devrait se terminer pour la fin mars et céder la place à la troisième phase, qui avec l’arrivée du printemps pourrait bien débuter par le plancher de la terrassse extérieure.

A suivre……