Archives du mot-clé eaux pluviales

La gestion des eaux

Dans le cadre du projet, il est prévu d’utiliser au maximum l’eau disponible hors circuit de distribution communale.

distribution eau potable lobbying

La ressource naturelle ainsi que le recyclage sont donc de mise.

Les ressources naturelles sont :

– les nappes phréatiques ou puits (inexistantes sur le terrain),

nappe phréatique

– les eaux de pluie.

eaux de pluie

Les ressources recyclées sont :

– la récupération des eaux ménagères issues du réseau de distribution.

eaux ménagère

Pour cela il est prévu deux circuits de récupération :

plan plomberie garage plan plomberie habitation

– celui de l’eau pluviale au moyen des gouttières (chenaux),

goutières

– celui de l’eau utilisée pour rincer les fruits et légumes, cuire les aliments et autres utilisations diverses sans utilisation de produits « toxiques » ou non recyclables.

rinçage

Ces deux circuits seront dirigés vers une cuve enterrée, de 3000 litres.

SAM_3194

Un circuit d’eau non consomable sera réalisé en parallèle de celui de l’eau potable, pour alimenter les WC, la machine à laver le linge ainsi qu’un robinet de puisage extérieur pour arroser par exemple le jardin.

schéma circuit eau pluie et cuisine

Il peut même être fait un circuit spécifique de récupération des eaux de salle de bain pour être recyclées dans les sanitaires avant de partir à l’égout.

Toutefois, ce circuit ne peut être réalisé lorsque l’installation de traitement des eaux ménagères a obligation de passer par un bac dégraisseur déstiné à prétraiter les eaux grasses.

La raison en est que les eaux vannes (des WC) ne transitent jamais par un bac dégraisseur.

circuit recyclage WC

Dans ce cas il faut une deuxième cuve ainsi qu’une deuxième pompe surpression.

Prenons un exemple simple :

Une famille comptant 4 personnes consommerait environ :

– 4 x 40 litres pour la douche soit 160 l,

– 4 x 20 litres pour se laver les mains, petite toilette, lavage des dents soit 80 l,

– 4 x 2 litres pour boire,

– 4 x 10 litres pour la cuisine soit 40 l,

– 1 x 50 litres pour le lave linge de catégorie A,

– 1 x 15 litres pour le lave vaisselle de catègorie A,

– 1 x 40 litres pour les tâches ménagères,

– 4 x 9 litres x 5 pour les toilettes soit 180 l.

Cependant, cela dépend du comportement de cette famille qui suivant le cas peut voir ces chiffres doubler voir tripler.

Si vous réalisez une installation avec récupération des eaux pluviales, chaque jour le contenu de votre cuve se complètera de 40 litres en plus de l’eau de pluie.

Si vous complètez votre installation avec un circuit spécifique WC, chaque jour le contenu de votre cuve se complètera de 240 litres, vous donnant la possibilité de tirer 26 chasses d’eau par jour pour un réservoir de 9 litres, 40 pour un réservoir économique de 6 litres, soit une moyenne de 33 chasses d’eau/jour.

Dans l’exemple notre famille de 4 personnes utilise 20 fois la chasse d’eau par jour soit une moyenne de 150 litres/jour représentant sur une année 365 x 150l = 54750 litres soit une économie de 54,75 m3 d’eau.

Il vous suffit de prendre votre facture d’eau et de multiplier 54,75 par le prix du m3 pour connaître l’économie sur l’année.

Mais dans tous les cas vous n’aurez pas soutiré 54,75 m3 de ressources naturelles.

Quant au prix de l’installation il variera en fonction des choix des équipements et de l’installateur.

Comptez environ 300,00 € comme premier prix.

 

 

 

 

Récupération des eaux pluviales

Dans certaines de nos régions, l’eau se fait parfois rare et suivant les saisons il peut être mis en place des mesures de restriction. Cependant, lorsque vous disposez d’un jardin quel qu’il soit, le besoin d’eau peut se faire ressentir.

Même sans jardin cette eau peut être utilisée pour :

– les toilettes, la machine à laver le linge,

wc

– la mise à niveau d’une piscine ou d’un bassin,

piscine

– l’animation d’un petit plan d’eau ou d’une fontaine en circuit fermé,

fontaine

–  l’abreuvement d’animaux,

abevreument

– les nettoyages divers tels que terrasse, voiture, etc…

lavage voiture

La solution est de se faire sa propre réserve, car en effet, les pluies ne se commandent pas, mais leur stockage lui, peut être géré à la demande.

Une eau stockée en cuve fermée et non exposée aux UV, vous conservera l’eau de pluie pour de nombreuses utilisations.

En fonction de la fréquence des précipitations, de la superficie de votre toiture et de la consommation envisagée, il reste facile de calculer le volume d’eau à stocker pour être le plus autonome possible.

précipitation

exemple :

Une chasse d’eau représente 6 à 9 litres d’eau. Si nous prenons 9 litres, avec une cuve de 1000 litres vous pouvez tirer 111 fois la chasse. Si vous tirez 10 fois la chasse par jour, vous tiendrez en autonomie 11 jours.

Une précipitation de 5 millimètres pour une toiture de 100 m² complètera votre réserve de 500 litres soit 5,5 jours d’autonomie.

Si vous installez une cuve de 3000 litres, il faudra pour cette même toiture de 100 m² :

30 mm de précipitation ==> 3000 / 500 = 6 précipitations ==> 6 X 5 mm = 30 mm.

Le volume de la cuve défini, il ne reste plus qu’à choisir son emplacement ainsi que sa position enterrée ou hors sol.

Il va de soi qu’une cuve enterrée aura plusieurs avantages :

– pas de gêne visuelle puisque invisible, bien qu’elle puisse être habillée,

– pas d’emprise au sol, donc pas d’imposition sur celle-ci, la place disponible au-dessus peut être aménagée en massif,

– possibilité de collecter toutes les eaux au-dessus de son niveau. Un article sera consacré à la récupération des eaux ménagères saines,

– une meilleure conservation, car non exposée aux UV ainsi qu’aux températures positives,

mais quelques inconvénients :

– des travaux de terrassement plus contraignants,

– l’obligation de mettre une pompe, l’écoulement naturel ne pouvant pas fonctionner.

Toutefois, l’utilisation d’un vide sanitaire ou d’un sous-sol, si celui-ci le permet, peut être un emplacement intéressant.

Quelle cuve choisir :

Alors là, on entre encore dans le commercial, car si vous prêtez une petite attention sur une majeure partie des cuves, vous vous apercevrez du peu de différence entre certaines, destinées à la récupération des eaux pluviales et les fosses toutes eaux.

fosse eaux de pluie 1cherchez l’erreur ?         fosse toutes eaux 1

Les revendeurs vous expliqueront bien que la différence entre les deux est que l’une a vocation à rester pleine alors que l’autre à être régulièrement vidée.

Donc, il va de soi que celle destinée à la récupération de l’eau est de conception bien plus résistante pour résister à la poussée du terrain.

Quelle belle attention, car si vous comparez les cuves ou fosses visuellement semblables souvent exposées les unes à côté des autres chez ces mêmes revendeurs, vous pourrez constater qu’elles ont la même conception à l’exception des « systèmes » internes de gestion de l’eau.

Alors, il faudrait que l’on m’explique pourquoi le cas de la résistance aux poussées du terrain n’est pas mise en avant lorsque ces mêmes revendeurs vous vendent une membrane EPDM pour la réalisation d’une réserve d’eau couverte.

réserve d'eau en EPDM

Pour information :

Chez moi je dispose d’une réserve couverte de 8 m3 d’eau utile en membrane EPDM recouvrant un trou formant un parallélépipède de 2 m x 3 mx 1,7 m et n’ai jamais eu de soucis.

J’ai réalisé trois réserves d’eau avec des fosses toutes eaux, parallélépipédes de 3000 litres.

Mais question tarif, c’est autre chose, cela est particulièrement intéressant.

Pour notre installation, la cuve a été installée en partie haute du terrain (dénivelé moyen : 4%).

Nous n’avons pas pu descendre en-dessous de 120 cm (rocher), mais le terrain a été remblayé d’environ 70 cm.

SAM_3185   SAM_3307

Les écoulements d’eaux pluviales ne poseront pas de problèmes, seule la récupération de l’eau ménagère propre est un peu contrariée, cependant j’ai déjà la solution, mais celle-ci fera l’objet d’un autre article….

Pose de la cuve sur lit de sable afin de la protéger des roches et pour sa mise à niveau.

SAM_3194   SAM_3204

Remblayage autour avec du sable.

SAM_3197     SAM_3200

Un PVC de diamètre 100 mm est en attente pour récolter l’eau en sortie de descente d’eau.

Un autre en sortie de cuve à usage de trop plein a été dirigé vers le drain pour évacuer l’excédent.

trop plein

Par la suite, une pompe avec un sur-presseur sera installée dans le vide sanitaire. Elle servira à refouler l’eau de la cuve vers un robinet extérieur, mais également vers le sanitaire qui sera équipé d’une vanne 2 voies pour basculer soit sur l’eau de ville, soit sur l’eau de la cuve. (Un article sera réalisé sur ce branchement).

pompe surpresseur