Archives du mot-clé découpe

Carrelage : réaliser ses propres décors

Le carrelage peut être un budget conséquent et réaliser soit même ses décors peut s’avérer intéressant:

– originalité,

– personnalisation,

– simplicité ou complexité, tout est possible,

– recyclage des chutes,

– prix.

Pour cela il faut :

– un brin d’imagination,

– une poignée d’outillage,

– un soupçon de précision,

– une pincée de patience suivant le motif.

Choisir les carreaux.

SAM_0527    SAM_0544

Positionner sur un plan le nombre de carreau nécessaire au futur motif.

SAM_0528

Superposer les carreaux devant composer le motif.

SAM_0529

Tracer le motif pour guider la coupe.

SAM_0530

Il peut être possible de réaliser plusieurs découpes en superposition.

SAM_0532    SAM_0531

Une fois les découpes faites, vérifier si l’ensemble est conforme.

SAM_0533

Coller le motif à son emplacement.

SAM_0534

Cas d’un carrelage en alignement.

SAM_0547        SAM_0548         SAM_0549          SAM_0550

Tracer les repères.            Centrer de la mosaïque.    Tracer les trais de coupe.    Réaliser la découpe.

Positionner et tracer pour la découpe de la mosaïque.

SAM_0551    SAM_0552

Positionner et tracer pour la découpe de la mosaïque centrale.

SAM_0553    SAM_0554

Découper.

SAM_0555

Présenter l’ensemble.

SAM_0556

Cas d’un carrelage posé en quinconce

SAM_0557    SAM_0558    SAM_0559

Le principe est identique que pour le modèle si dessus.

Le bardage : façade Nord

Lundi 15 juin 2014, comme prévu, nous nous lançons dans la réalisation des façades.

Nous commençons par la façade Nord.

Il s’agit de la plus importante en surface, cependant elle ne compte aucune ouverture.

Comme pour l’ensemble des façades, nous procèderons de la sorte :

– mise en place du pare-pluie sur l’ossature,

SAM_4523

Le mistral soufflant vivement depuis 6 jours et ne faiblissant toujours pas, nous pensons que ce sera un handicap, mais finalement non puisque celui-ci finit par nous prêter la main en maintenant le pare-pluie contre l’ossature.

SAM_4524

Quant au pare pluie, il est équipé de bandes adhésives :

– en partie basse côté intérieur,

– en partie haute côté extérieur.

Cela permet un collage, ainsi que l’étanchéité au niveau du chevauchement des deux toiles sans avoir à utiliser un adhésif.

– fixation des lames de bardage à la verticale :

— une lame pour toute la hauteur pour ne pas avoir d’aboutement. Sur cette façade elles mesurent 4,10 m,

SAM_4523

— pose bord à bord,

pose bord à bord

— en buté contre la lisse haute sortante de 0,05 m,

fixation en buté

— clouage sur :

— la lisse d’extrémité basse du plancher,

fixation lisse d'extémité

— les entretoises intermédiaires,

fixation lisse entretoises

— la lisse haute des caissons.

Lundi soir 62 lames sont en place, soit environ 9,50 m.

SAM_4535

Mardi soir après une demi journée et 32 lames supplémentaires en place, 14 ml sont bardés.

SAM_4537

Mercredi soir et 54 lames en plus :

-la façade Nord est bardée.

SAM_4557    SAM_4554

– la découpe en pied de mur à 0,20 m du sol est faite, la hauteur des lames est de 3,88 m,

SAM_4543    SAM_4547   SAM_4548

– l’huile a été pulvérisée,

SAM_4550    SAM_4553

bardage avant huilage SAM_4540    bardage après huilage SAM_4556

Il ne reste plus qu’à clouer les couvre-joints et les couper au droit du bardage, réaliser la finition du bandeau supérieur, puis huiler à nouveau.

Vue de l’intérieur, les caissons sont prêt à recevoir les gaines électriques, l’isolant, le frein-vapeur et le lambris.

SAM_4534

Passage de la gaine réservée au câble antenne.

Une fois le câble passé, l’orifice sera bouché pour éviter le passage de l’air.

SAM_4539

Après 2 jours et demi représentant 39  heures à deux, les 148 lames de la façade Nord sont en place.

Il aura fallu 16 x 148 = 2368 clous.

La superficie est de 86,10 m².

Afin de ne pas avoir de raccord verticalement du pare-pluie et d’éviter ainsi une rupture d’étanchéité à l’eau mais également au passage de l’air, celui-ci est déroulé en continuité tout autour de la périphérie du mur.

SAM_4545    SAM_4544

Demain jeudi nous barderons la façade Est.

 

Réalisation de la Volige, du Bardage, du Plancher…..

Au cours du sciage, pour obtenir des pièces de bois d’ossature, nous réalisons des sections de plus faibles épaisseurs en tournant la grume afin de confectionner les 4 façes planes de cette dernière (voir article sur le sciage d’une grume).

Après avoir retiré les dosses, nous réalisons des planches qui dans notre cas font 0.023 m d’épaisseur et qui serviront à confectionner l’ensemble des pièces pour :

– la sous face du plancher,

– la volige de toiture,

– le bardage intérieur pour les murs et le plafond.

Il sera procédé à l’identique pour le bardage extérieur mais en Douglas, jusqu’à la réalisation des pièces de section importantes, puis les grumes seront travaillées en totalité pour le bardage et le plancher de la terrasse.

Dans un premier temps, les planches issues du sciage sont mises de côté.

SAM_3365

Lorsqu’il y en a suffisamment, les planches sont positionnées sur le banc de sciage et maintenues entre elles avec un serre-joint.

SAM_3366

Le délignage peut commencer.

Pour cela, il faut définir la largeur des pièces de bois finies en tenant compte du passage à la corroyeuse afin d’obtenir un produit fini.

Pour notre projet nous envisageons des largeurs de 0.20, 0.16, 0.12,0.08 m. Cela permet d’obtenir un panachage et également de limiter les pertes en bois, car si vous n’envisagez que des pièces de 0.15 m de large, un nombre considérable de planches seront perdues, tout au moins pour la construction.

SAM_3367

Les planches sont retirées ou tournées au fur et à mesure des passages jusqu’à ce que leurs deux champs (de l’épaisseur) soient corrects.

SAM_3357     SAM_3371

Dans notre cas, les voliges supérieures à 0.20 m, soit les 0.24, voir les 0.28, sont mises de côté pour être repassées à 0.16 (pour les 0.28) afin d’obtenir une volige de 0.16 et une de 0.12 et à 0.12 afin obtenir deux voliges de 0.12 (pour les 0.24)

SAM_3368

Une fois les deux côtés délignés, les voliges sont sorties du banc,

SAM_3369

pour être stockées.

Entre chaque rangée de volige, des rablettes sont mises en place pour permettre à l’air de circuler et de compléter le séchage.

Le tracteur permet le transfert de la zone de sciage à celle de stockage.

SAM_3370

l’ensemble des « chutes » est transformé soit :

SAM_3372  SAM_3373

– en rablette, pour dans un premier temps permettre la ventilation entre les rangées de voliges ou autre pièces de bois, puis par la suite pourront trouver un usage en fonction de l’imagination de chacun……

SAM_3374

– en tasseaux ou autres pièces à usage divers,

SAM_3375

– comme combustible pour la cheminée ou le barbecue.

cochon   et bien dansle boisc’est la même chose

En effet, le bois c’est comme le cochon, tout se consomme.

Le délignage fini, les « voliges » sont stockées pour permettre leur séchage.

Entre deux rangées de volige, des rablettes sont positionnées pour permettre le passage de l’air, faciliter le séchage et éviter le contact entre elles afin de supprimer l’apparition de champignons qui feraient pourrir le bois.

Le bois sera ensuite passé à la corroyeuse pour être mis aux côtes finales et raboté sur sa face visible et éventuellement travaillé en fonction des profils souhaités.