Archives du mot-clé cordeau

Assemblage de la structure « les murs ».

La structure de plancher en place, calée et alignée, celle-ci peut recevoir la lisse basse.

lisse basse

La lisse basse permet :

– de ceinturer la périphérie de l’habitation afin de figer la structure du plancher,

– de recevoir les murs porteurs et les murs de refend.

SAM_3490

Elle transmet en les répartissant, les descentes de charges provenant des murs.

Elle doit être parfaitement alignée et stable.

SAM_3961

Les lisses basses Est, Ouest et du mur de refend venant recouvrir les panes de plancher et formant un volume fermé inaccessible, il nous a fallu le garnir de paille de lavande.

SAM_3957    SAM_3959    SAM_3956

Pour l’assemblage des caissons de murs nous sommes partis de l’angle nord-ouest.

Les caissons A et G’ forment l’angle.

SAM_3962

Les cordeaux  sont mis en place pour l’alignement du mur nord et du mur ouest.

SAM_3970  SAM_3972

Le fil à plomb quant à lui, permet la mise à la verticale.

SAM_3967   SAM_3966

Chaque caisson est aligné et mis à la verticale au fur et à mesure de l’avancement des travaux puis, calé à l’aide d’une béquille.

SAM_3964   SAM_3977   SAM_3976   SAM_3986   SAM_3988   SAM_3994   SAM_3995

Les caissons sont assemblés à la lisse basse et entre eux au moyen de deux tiges filetées par côtés de manière à rapprocher les pièces en contact.

SAM_3971    SAM_3973    SAM_3972

Assemblage des caissons entre eux dans les angles.

SAM_3985 SAM_3984 SAM_3983

Cet assemblage sera complété par un clouage en quinconce dans chaque alvéole.

SAM_3999     SAM_4034

Les caissons bas en place, nous mettons en place la lisse haute sur toute la périphérie.

SAM_3997   SAM_4000

Dans un premier temps, celle-ci est clouée, puis une fois les caissons supérieurs en place, l’ensemble caissons bas, lisse, caissons hauts, est assemblé au moyen de deux tiges filetées.

Nous plaçons les deux angles pour permettre la mise en place du cordeau.

SAM_4001   SAM_4004   SAM_4025   SAM_4014

Puis alignons au fur et à mesure les sept autres ainsi que le caisson de refend.

SAM_4051

Pour finir, nous alignons la lisse unissant les caissons supérieurs.

SAM_4036

Et voila la semaine est finie, l’assemblage de la structure verticale également.

90 heures à 2 ont eu raison de la structure verticale.

total de pièces de bois : 470.

Lundi nous nous attaquerons à la structure de la couverture.

Assemblage de la structure du plancher.

Mercredi 05  mars nous commençons l’assemblage du plancher au moyen de clous 125 mms.

Hier au déchargement, nous avions déposé les pièces de plancher directement au-dessus du mur de soubassement.

SAM_3919

Nous commençons par scier leurs extrémités côté nord, afin qu’elles soient d’équerre et qu’elles s’appuient correctement contre la lisse d’extrémité.

SAM_3924

Les deux extrémités des lisses sont coupées afin de s’abouter correctement.

SAM_3932 SAM_3935

Nous plaçons une première lisse et marquons les emplacements de solives (0.50 m d’entraxe).

SAM_3927

Les solives sont positionnées parallèlement aux murs pignons (Est et Ouest).

Les deux premières sont placées de manière à ce que leur écartement soit identique à l’épaisseur du mur (0.25 m). Il en sera de même à l’extrémité opposée.

SAM_3931

L’équerrage est contrôlé au fur et à mesure de l’assemblage des angles ; individuelement puis dans l’ensemble.

Pour cela nous pratiquons la technique du 6,8,10 expliquée dans un précédent article.

Il est également prévu de positionner une solive sous chaque future cloison.

SAM_3941

L’alignement au cordeau de la lisse d’extrémité nord du plancher permet d’obtenir une belle rectitude (un prochain article détaillera la technique).

SAM_3926

Jeudi 06 mars, nous procédons à l’ajustage des lisses côté Sud, afin de fermer la structure du plancher.

SAM_3923  SAM_3936

Une fois le périmètre terminé, il faut mettre en place les entretoises.

SAM_3946

Pour cela, une fois celles-ci coupées et mises en place, nous rapprochons l’ensemble au moyen de sangles à cliquets.

SAM_3939

La dernière entretoise située au centre de la structure est rentrée en force afin de mettre l’ensemble en tension.

Il ne nous reste plus qu’à assembler la structure du plancher de la terrasse.

SAM_3943

Les solives sont coupées pour obtenir :

– la longueur nécessaire,

SAM_3947

– une finition esthétique.

SAM_3952

Angle entre la terrasse Sud et celle Ouest.

SAM_3953

La couleur rosée du bois est celle du Douglas.

En fin de journée, l’ensemble des solives est associé aux lisses d’extrémités. Seules les entretoises de la terrasse restent à être fixées.

En trois journées de 9 heures à deux, nous aurons assemblé, aligné et calé 220 pièces de bois.

Les fondations

Après la réalisation de la plateforme, c’est au tour du traçage pour creuser les fondations.

Le traçage au sol :

Dans un premier temps, un cordeau est positionné sur la limite de propriété. Il aligne la maison et le garage.

cordeau de ref

Puis nous réalisons les trois tracés perpendiculaires en procédant avec la règle des 6 / 8 / 10 avec un deuxième cordeau ainsi que du matériel de mesure. Le plus simple est d’être 3 (un par angle du triangle rectangle).

cordeau règle des 6 8 10            cordeau perpendiculaire

Il est préférable de répéter l’opération pour chaque tracé afin d’éviter un report d’erreur.

Par la suite, il faut faire un contrôle de l’ensemble par métrage simple.

Il est bien, également, d’avoir autant de cordeaux que de tracés. Dans notre cas nous avons utilisé 5 cordeaux.

Pour finir, il faut mettre en place un cordeau parallèle à celui de référence (dans notre cas : limite de propriété) et obtenir un rectangle parfait.

cordeau parallèle

Les cordeaux en place, il suffit de tracer au sol des traits suffisament visibles pour que le chauffeur de l’engin puisse les suivre.

mise à niveau de la plate forme 2

Nous les avons tracé avec un reste de ciment et de plâtre.

S’agissant des tracés pour la réalisation des fouilles de fondation, ne cherchez pas non plus la perfection, d’autant plus que sur un terrain comme celui de ma soeur le résultat final faisait peur.

Le traçage fait au sol, le travail de creusement des fouilles peut commencer.

Le creusement des fouilles :

Dès le départ, le tractopelle a été informé que son godet allait encore chauffer et même plus que jusqu’à présent, et que ses dents allaient encore s’arrondir.

creusement des fondations

La deuxième couche de roches a été plus coriasse avec des blocs ne rentrant même pas dans le godet. Jugez-en par vous même.

creusement des fondations blocs

Au total, une soixantaine de m3 de pierres et de roches a été sortie.

Le resultat, c’est qu’avec un godet de 50, les fouilles présentent une largeur variant entre 70 et 100 cm pour une profondeur de 30 à 40 cm (roches obligent).

creusement des fondations blocs 2

Mais avec l’expérience de Jean-Marie, la puissance de la machine malgrés son grand âge et 15 hrs de persévérance, samedi soir les fouilles sont faites.

creusement des fondations 3  creusement des fondations 2

Un avantage toutefois d’un tel sol, c’est qu’il est particulièrement porteur.

Mise en place des armatures, des gaines et tuyaux enterrés :

J’ai passé commande de trois toupies de béton pour mardi matin. Chacune représente 7,5 m3, est c’est dès le dimanche matin que j’ai mis en place les armatures d’une part,

armature 2   armature 1

les gaines et tuyaux d’alimentation en fluide, d’autre part.

vrd 1 gaines et tuyaux

Lundi soir après 16hrs de mise en place, de ligaturage, de nivellement, de calage et rebouchage, le chantier est prêt à recevoir le béton.

Coulage du béton :

La fourniture de béton dans ce coin de la Drôme c’est un peut l’aventure, car un grand groupe règne et pour trouver les petites boîtes, ce n’est pas simple.

Mais il faut savoir que dans le temps, lorsqu’une toupie arrivait, elle disposait de plusieurs gargouilles et même d’un tube PVC de gros diamètre pour permettre de gagner 4 m supplémentaires. Vous donniez la pièce au chauffeur, qui n’hésitait pas s’il le fallait, à donner un coup de main et le tour était joué.

Mais ce temps là est révolu. Dans ce grand groupe, les 2 gargouilles dépassent difficilement les camions, les chauffeurs sont pressés de vous dépoter la marchandise parcequ’ils ont la pression puisqu’une autre livraison est déja en attente, ils ne présentent aucune tâche sur leur vêtement et n’ont pas besoin de chaussures de sécurité. D’ailleurs dans quelques années, ils ne descendront peut être même plus des camions.

Alors vous demandez au commercial de vous envoyer un tapis afin de faciliter la distribution, mais là il vous répond que ce grand groupe n’utilise plus de tapis, cependant il est possible de disposer d’une pompe (400 € la mise à disposition + 19 € par m3 passés) voyez-vous cela, il a le coeur sous la main ce grand groupe.

C’est honteux, alors j’ai fait une gargouille qui a très bien servi et que l’on a promené au fur et à mesure.

Lourde comme un âne mort, dès le premier déplacement nous avons gardé uniquement le bac acier et le tréteau pour un résultat largement satisfaisant.

rampe de coulage

–  08 heures la première toupie est sur place avec 7,5 m3,

Gérard un copain de ma soeur rencontré à 23 heures la veille de retour d’une pièce de théatre, s’est joint à nous et à 3 le coulage a été plus facile.

Grand Merci Gérard……

– 09 heures 15 environ la deuxième avec 7,5 m3,

– et 10 heures 30 la dernière avec toujours 7,5 m3.

22,5 m3 de béton plus tard, à midi 15 et à trois, les fondations ainsi que la dalle du garage sont coulées.

coulage beton 3  coulage beton 2  coulage beton 1

Etant donné la rapidité de mise en oeuvre, et la longueur des fondations (23 m) je n’ai pas cherché une mise à niveau précise. Je rattraperais au montage des murs de soubassement.

L’après-midi, de retour après un bon repas, je n’ai pas pu talocher la dalle, car elle avait déja durci, heureusement je l’avais pas mal arrangée en la tirant.

La  livraison pour les murs de soubassement étant reportée au lendemain et après un peu de rangement, nous partons faire quelques achats pour le branchement de l’eau au réseau de ville.

Durée consacrée aux fondations : 48 heures.

Les murs de soubassement

Le béton en place est durci, les murs de soubassement peuvent être montés, d’autant plus que les matériaux sont arrivés ce mercredi matin.

Mais avant, il est indispensable de tracer à nouveau leurs emplacements en procédant à l’identique que pour les fondations.

Cependant, les tracés ainsi que l’équerrage doivent être le plus précis possible.

tracage 1 tracage 2 tracage 3

Les tracés sont faits au cordeau à tracer.

Le niveau à eau donne un écart de :

–  20 cm entre le point choisi comme référence au Nord-est et le relevé 23 m au Nord-ouest (fondation en limite de propriété d’une longueur de 23 m),

– 5 cm sur la largeur Est,

– 1 cm sur la largeur Ouest.

Le montage commence rangée par rangée.

montage soubassement 1  montage soubassement 2  montage soubassement 4

La troisième rangée terminée je procéde à la mise à niveau par coffrage et remplissage au béton.

montage soubassement 7  montage soubassement 8  montage soubassement 6

Le temps consacré au montage des murs de soubassement : 35 heures.

Il ne me reste plus que la rangée de bloc de ceinturage à mettre en place, monter les piliers sur fondations isolées, couler la longrine centrale puis araser correctement afin de recevoir le plancher bois.