Archives pour la catégorie 17 Agencement / Décoration

Le garage « la buanderie »

Le garage présente deux volumes :

  • l’aire de stationnement pour la voiture,
  • une buanderie.

L’aire de stationnement fait environ 4,5 m par 6,5 soit 29 m²

La buanderie offre une surface d’environ 4,5 par 3 soit 13,5 m².

Pour y accéder, une porte donnant directement face à l’escalier d’accès au retour de terrasse côté Ouest.

SAM_1860

Entre le volume destiné à la voiture et la buanderie nous avons mis en place une ancienne porte récupérée.

SAM_1479

Un châssis vitré permet l’échange de luminosité. Celui-ci ne s’ouvre pas.

Il est réalisé avec un ventail pris sur une fenêtre également récupérée. Après quelques passages de scie circulaire pour rectifier les 4 côtés, la suppression du jet-d’eau, celui-ci est venu prendre sa place sans rouspéter.

SAM_1482

Le garage bâti, des solives ont été mises en place pour permettre d’y fixer le plafond et de récupérer le volume sous pente pour du rangement.

Le plafond est réalisé au moyen de plaques d’OSB de 15 mm.

De la fibre de bois sera mise en place entre les solives par dessus, afin d’assurer l’isolation thermique de la buanderie.

SAM_1840    SAM_1844

Après avoir tiré toutes les gaines et fils électriques, la cloison intermédiaire et également réalisée en OSB.

Quant aux murs extérieurs, ils seront isolés avec de la fibre de bois et finis avec le lambris restant de l’habitation.

SAM_1839     SAM_1841    SAM_1845    SAM_1846

Emplacement du tableau électrique du garage dans la cloison intermédiaire. Il est alimenté au départ du tableau général par un câble 3 X 5 mm² et protégé par un interrupteur différentiel de 30 Mamp et sa mise à la terre.

SAM_1847

Le volume au dessus de la buanderie est accessible côté stationnement. Pas très haut, mais toujours utile.

Le plancher en OSB protégera la fibre de bois et permettra le rangement.

SAM_1848    SAM_1849

Pose d’un carrelage au sol pour finition et propreté.

SAM_1852 SAM_1853

 

le garage façades huilées

Les façades bardées, il ne reste plus qu’à poser les couvre-joints, mais le temps des vacances scolaire arrivant à terme, il faut aller à l’essentiel.

Alors avant cela les façades doivent être huilées.

Toujours à l’huile de tournesol bio, donnant cette superbe couleur miel.

Pour huiler la maison nous avions utilisé un pistolet à air de type carrosserie, mais entre temps Babeth à fait l’acquisition d’un pistolet électrique avec un réservoir dorsal de 5 litres.

Un appareil génial.

Et voilà Babeth en plein travail sur la façade Nord :

SAM_1814    SAM_1813

Façade Est :

SAM_1815    SAM_1816    SAM_1860

façade Sud :

SAM_1808

Façade Ouest :

SAM_1854

 

Le garage « l’ossature de la toiture »

L’ossature des murs enfin réalisée je peux passer à celle de la couverture.

SAM_1485

Je réalise donc dans un premier temps les deux demi-pignons reliant l’ossature du mur de façade au Sud et celui arrière au Nord.

La pente est de 30/100 afin d’optimiser la production des panneaux photovoltaïque.

SAM_1487    SAM_1488    SAM_1489

Coupes à l’oblique et ajustements.

Mise en place de la lisse d’extrémité haute ou viendrons prendre appuis les pannes. Cette lisse ferme l’ossature

SAM_1490

Mise en attente des pannes de l’ossature.

SAM_1491   SAM_1493        SAM_1495

Réalisation de l’assemblage des 5 premières pannes côté Ouest.

Des entailles disposées pour s’opposer aux contraintes liées aux forces d’appui, permettent leur emboîtement et avec les pannes et la résistance de l’ensemble.

SAM_1494

La panne d’extrémité étant suspendue, il faut qu’elle soit bien soutenue, pour cela les 5 premières pannes sont assemblées entre elles par deux entretoises.

Elle est fixée et réglée suivant les appuis haut et bas et la position des entretoises.

SAM_1499    SAM_1504

Les pannes suivantes sont positionnées tout les 50 cm d’axe en axe en appui contre la lisse d’extrémité haute.

SAM_1497    SAM_1500

La réglementation sur l’urbanisme ayant imposée un angle côté façade Nord dans le cadre de la construction en limite de propriété afin que l’accès du garage soit perpendiculaire au mur mitoyen, l’ossature de la toiture doit suivre cet contrainte.

plan garage corrigé    SAM_1391

Les pannes sont donc mises en place en « éventail »

SAM_1501    SAM_1503

Et voilà il ne reste plus qu’à mettre les entretoises côté sablière et celles intermédiaires pour rigidifier l’ensemble.

SAM_1759    SAM_1507  SAM_1506  SAM_1505    SAM_1511

Bon ben c’est fait.

SAM_1762

Lise en place de l’ossature du plafond de la buanderie au fond du garage.

SAM_1510

Et pour finir mise en place des voliges

SAM_1764    SAM_1765    SAM_1766    SAM_1768

Il ne reste plus qu’à poser le par-pluie et les contre-liteaux pour recevoir la couverture photovoltaïque.

 

Aménagement de la cuisine

le sol fini,

SAM_0750

celui-ci peut recevoir les différents aménagements.

SAM_0812

Babeth c’est chargée de monter les meubles.

Quant à moi, je me suis lancé à la réalisation des plans de travail.

SAM_0817

Lors du sciage sur Belpech, j’avais mis de côté des plateaux coupé dans une belle billes.

Le jour de leur utilisation a sonné.

Par la même occasion, je vais découvrir le combiner Lurem.

SAM_0820

Délignage, dégauchissage, rabotage pour obtenir des planches.

SAM_0822    SAM_0819

Passage à la toupie pour faire les rainures et les languettes.

SAM_0827

Collage.

Mise en place sur l’îlot centrale mobile.

SAM_0836    SAM_0837

Habillage du fond du placard, celui-ci restant visible au moyen du parquet restant.

SAM_0838

Ponçage vitrification.

SAM_0843

Côté cuisson et évier

SAM_0967

SAM_0968 SAM_0969

Petit mobilier isolé

SAM_0970

Restera à faire la hotte.

Les appareillages

les appareillages peuvent êtres :

– des monoblocs déjà assemblés non démontables. Moins chers, plus simple à la pose. Ils n’existent pas en double ou triple rendant la pose des boîtes encastrées délicate lorsque l’on souhaite en mettre plusieurs les unes à coté des autres,

appareillage monobloc

– des composables (support, mécanisme et plaque) à assembler. Plus cher, ils existent en double ou triple simplifiant l’alignement et réduisant l’encombrement et donnant la possibilité de personnaliser la composition,

appareillage à monter

– des blocs à poser en saillie (non encastré). Moins esthétique, ils permettent 5 prises alignées.

appareillage en saillie

– des modules étanches.

appareillage étanche

Prenez les avec bornes automatiques qui facilites grandement les branchements.

appareillagebornes auto

Pour le projet, le choix c’est porté sur des modules à composer.

– supports; simple, double ou triple,

appareillage supports

– mécanismes;

–> interrupteurs va-et-vient, simple ou double, variateur, sans fils, automatique, lumineux, pour volet roulant, VMC,

appareillage interrupteurs

–> bouton poussoir,

–> prises, prises TV simple ou TV/FM/SAT, téléphone, RJ 45, USB,

appareillage prisesappareillage tv rj45 usb

–> sortie de câble.

– plaques; simple, double ou triple.

appareillage plaque    SAM_0857     SAM_0862

Tout semble réalisable……

– les prises électriques,

Chronologie de pose

SAM_0680

Appareillage composable simple :

SAM_0681 SAM_0682 SAM_0683

Appareillage composable double :

SAM_0684    SAM_0685

– les interrupteurs,

SAM_0678

SAM_0675   SAM_0676    SAM_0677

– les prises spéciales telles :

-> TV,

SAM_0854  SAM_0856

-> RJ 45,

SAM_0855

-> sortie de câble

 

plancher de la pièce principale

La pièce principale compte :

– la cuisine,

– le salon salle à manger.

Pour ce qui est de la cuisine, le sol est réalisé en carrelage.

Il s’agit de carreaux aux 4 côtés irréguliers de 8 mm d’épaisseur et de 32 X 32  .

Celui-ci est posé sur un plancher en dalles de sol de 19 mm d’épaisseur.

Avant de commencer la pose il a fallu définir l’épaisseur de colle pour obtenir au final un sol de cuisine carrelé au même niveau que le sol du salon en parquet :

– mon choix c’est tourné sur des lames en OSB de 9 mm d’épaisseur portant la hauteur finie à :

–> 22 mm de parquet + 9 mm de calage = 31 mm.

Les dalles de plancher (19 mm) + le carrelage (8mm), l’épaisseur de colle devait faire :

–> 31 – 19 – 8 = 4 mm.

SAM_0714    SAM_0715

Les dalles de plancher posées en prenant soin de laisser les réservations pour les évacuations des eaux de cuisine ainsi que le débouché du puits Canadien, revêtement peut être posé.

J’ai commencé en équerre des côtés ou sera mis en place le parquet bois (sapin), car c’est la partie la plus visible et celle qui mettra en valeur la jonction carrelage/bois.

Afin de régler l’épaisseur de colle au départ, une cale réalisée avec 2 échantillons d’OSB 9 mm et de parquet 22 mm a servi d’épaisseur de référence.

SAM_0731    SAM_0719

Pour ne pas arrêter la pose du carrelage en angle droit, j’ai cassé celui-ci en tenant compte de la largueur des lames de parquet.

traçage du motif :

SAM_0720    SAM_0721    SAM_0722

Coupe et pose du motif :

SAM_0733

Au centre de la pièce, j’ai réalisé un motif posé en diagonale (45° par rapport à la pose de l’ensemble)

SAM_0734

Mise en place d’un gabarit pour réserver l’emplacement du motif :

SAM_0735

Traçage, puis découpe du motif dans un carrelage identique :

SAM_0729

Pose du motif :

Il s’agit tout simplement du repérage et du positionnement des points cardinaux.

le gravage du carreau a été fait au moyen d’un petite meuleuse d’angle.

SAM_0730    SAM_0737

Et voilà, les joints réalisés je peux passer à la pose du parquet dans la partie salon.

SAM_0750    SAM_0755

Les lames font 200 cm de long et 19 cm de large pour une épaisseur de 22 mm.

Pour ne pas risquer d’endommager les lames d’OSB 240 cm X 4 cm, elles sont clouées au fur et à mesure de l’avancement de la pose du revêtement.

SAM_0780    SAM_0781    SAM_0782

Le point le plus délicat a été la découpe à l’angle du carrelage :

SAM_0784    SAM_0785

Ce passage réalisé, la vitesse de croisière peut reprendre :

SAM_0787

En deux jours, l’affaire est réglée sans difficulté particulières.

SAM_0798    SAM_0795

Bien évidement tout au long de la pose des différents revêtements, un complément d’isolant en paille de lavande a été fait.

Ça sent bon l’emménagement.

 

 

 

Mise en place de la production de chaleur

La clémence du froid, nous a épargné, cependant cela ne durera certainement pas aussi longtemps que les impôts, alors il est temps d’installer la production de chaleur.

Elle est assurée par un bon poêle en fonte qui doit avoisiner les 80 kg.

Celui-ci est posé sur un sol incombustible (carrelage) réglementation oblige mais surtout bon sens.

En parlant réglementation :

N’oubliez pas d’équiper vos logement d’1 détecteur autonome de fumée avant le Premier Mars 2015.

Ce qui a été fait chez Babeth et nous avons également installé un détecteur de monoxyde de carbone (CO).

Le monoxyde de carbone : gaz incolore, inodore, particulièrement toxique, plus léger que l’air mais mortel et explosif (auto-inflammation 605°) provenant des mauvaises combustions.

Intoxications au CO : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.

SAM_0771

Les fumées sont évacuées par 4 tuyaux d’évacuation en inox de diamètre 153 mms et de 1 m de long.

Ils permettent de transmettre la chaleur des fumées par rayonnement  sur une longueur de 3,50 ml avant de traverser la couverture au travers de boisseaux en terre cuite.

Pour augmenter la surface de rayonnement, un caisson offrant une surface de 0,8 m² est traversé sur 1 ml par le conduit d’évacuation des fumées.

Et ce n’est pas fini :

Appuyé et fixé contre le mur d’inertie, la chaleur est transférée à celui-ci par conduction.

Et ce n’est pas fini :

le puits canadien alimente en air le caisson en partie basse puis après être réchauffé, cet air se dirige par convection dans un premier temps dans le groupe de ventilation d’air chaud qui une fois à température souhaitée se met en route pour souffler l’air dans les chambres et la salle de bain.

le récupérateur.

SAM_0809

SAM_0808 au centre le tuyau d’évacuation des fumées.

A droite en bas le tuyau (diamètre 125 mms) d’air frais provenant du puits Canadien.

SAM_0810

A gauche en haut le tuyau dirigeant l’air réchauffé au groupe de ventilation d’air chaud.

SAM_0811

le support « mur d’inertie ».

SAM_0666

l’emplacement du poêle est imposé par le conduit traversant la toiture.

Pour aligner l’ensemble, le niveau laser est très pratique.

SAM_0774

Une fois le poêle positionné, les tuyaux d’évacuation des fumées sont passés dans le caisson et celui-ci et calé de niveau au dessus du poêle.

Il est fixé au moyen de 6 chevilles métalliques, puis jointé avec un mortier à la chaux afin d’assurer l’étanchéité avec le mur.

Au débouché du boisseaux, l’espace entre le conduit inox et le boisseau est fermé au moyen d’un mortier de chaux et un chapeau couvre l’ensemble.

SAM_0802    SAM_0800

L’assemblage fini, il ne reste plus qu’a faire les essais.

SAM_0807

Après 3 heures la température de la pièce principale permet de retirer les pulls alors que 3 bûches (diamètre 15 cm longueur 40) ont été consommées.

Le poêle fonctionne au ralenti en fournissant une très bonne combustion et un super tirage.

Une bûche permettra de passer la nuit et le foyer est rallumé le lendemain matin avec un reste de braise.

En fin de matinée 2 bûches ont été utilisées et les températures avoisines les 25° dans la pièce principale et 20° dans les chambres.

Nous verrons à l’usage lorsque les températures seront moins douces, mais les premières conclusions semblent prometteuses.

A suivre….