Mise en place de la production de chaleur

La clémence du froid, nous a épargné, cependant cela ne durera certainement pas aussi longtemps que les impôts, alors il est temps d’installer la production de chaleur.

Elle est assurée par un bon poêle en fonte qui doit avoisiner les 80 kg.

Celui-ci est posé sur un sol incombustible (carrelage) réglementation oblige mais surtout bon sens.

En parlant réglementation :

N’oubliez pas d’équiper vos logement d’1 détecteur autonome de fumée avant le Premier Mars 2015.

Ce qui a été fait chez Babeth et nous avons également installé un détecteur de monoxyde de carbone (CO).

Le monoxyde de carbone : gaz incolore, inodore, particulièrement toxique, plus léger que l’air mais mortel et explosif (auto-inflammation 605°) provenant des mauvaises combustions.

Intoxications au CO : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.

SAM_0771

Les fumées sont évacuées par 4 tuyaux d’évacuation en inox de diamètre 153 mms et de 1 m de long.

Ils permettent de transmettre la chaleur des fumées par rayonnement  sur une longueur de 3,50 ml avant de traverser la couverture au travers de boisseaux en terre cuite.

Pour augmenter la surface de rayonnement, un caisson offrant une surface de 0,8 m² est traversé sur 1 ml par le conduit d’évacuation des fumées.

Et ce n’est pas fini :

Appuyé et fixé contre le mur d’inertie, la chaleur est transférée à celui-ci par conduction.

Et ce n’est pas fini :

le puits canadien alimente en air le caisson en partie basse puis après être réchauffé, cet air se dirige par convection dans un premier temps dans le groupe de ventilation d’air chaud qui une fois à température souhaitée se met en route pour souffler l’air dans les chambres et la salle de bain.

le récupérateur.

SAM_0809

SAM_0808 au centre le tuyau d’évacuation des fumées.

A droite en bas le tuyau (diamètre 125 mms) d’air frais provenant du puits Canadien.

SAM_0810

A gauche en haut le tuyau dirigeant l’air réchauffé au groupe de ventilation d’air chaud.

SAM_0811

le support « mur d’inertie ».

SAM_0666

l’emplacement du poêle est imposé par le conduit traversant la toiture.

Pour aligner l’ensemble, le niveau laser est très pratique.

SAM_0774

Une fois le poêle positionné, les tuyaux d’évacuation des fumées sont passés dans le caisson et celui-ci et calé de niveau au dessus du poêle.

Il est fixé au moyen de 6 chevilles métalliques, puis jointé avec un mortier à la chaux afin d’assurer l’étanchéité avec le mur.

Au débouché du boisseaux, l’espace entre le conduit inox et le boisseau est fermé au moyen d’un mortier de chaux et un chapeau couvre l’ensemble.

SAM_0802    SAM_0800

L’assemblage fini, il ne reste plus qu’a faire les essais.

SAM_0807

Après 3 heures la température de la pièce principale permet de retirer les pulls alors que 3 bûches (diamètre 15 cm longueur 40) ont été consommées.

Le poêle fonctionne au ralenti en fournissant une très bonne combustion et un super tirage.

Une bûche permettra de passer la nuit et le foyer est rallumé le lendemain matin avec un reste de braise.

En fin de matinée 2 bûches ont été utilisées et les températures avoisines les 25° dans la pièce principale et 20° dans les chambres.

Nous verrons à l’usage lorsque les températures seront moins douces, mais les premières conclusions semblent prometteuses.

A suivre….