Assemblage de la structure

Dans une semaine, la structure sera livrée sur le chantier à Montjoyer.

SAM_3304 SAM_3310

Nous allons aborder la phase du montage du projet.

assemblage murs

Pour assembler les caissons nous utiliserons principalement des clous.

clousil en faudra pas loin de 150 kg.

Leur longueur correspond à trois fois l’épaisseur de la section de bois à fixer.

Le DTU de  mai 1993 donnait une multitude de règles à respecter :

Les pointes devaient entrer dans le bois

– de 45 mms minimum pour la réalisation de l’ossature,

– de 35 mms minimum pour les voiles travaillant

Le DTU de  janvier 2011 ne donne plus rien.

Le trois fois la section correspond à ce que l’on appelait les règles de l’art.

Aujourd’hui on peut assembler avec des vis (d’une certaine marque), avant 2011 on ne pouvait pas.

Il faut utiliser des clous torsadés ou crantés, mais pas de clous lisses.

Comme si il y a plusieurs siècles de cela, à l’époque ou l’on bâtissait en bois il y avait les pointes torsadées, crantées, les vis et j’en passe.

Vive les lobyings, ils prennent bien soin de nos intérêts….

Donc nous assemblerons avec des pointes, mais celles-ci ne permettant pas le raprochement des pièces de bois entre elles, chaque côté des caissons seront fixés entre eux et avec les lisses basses et hautes par des tiges filetées de diamètre 8 nmms, avec rondelles larges au contact avec l’écrou.

SAM_3856

il m’a fallu préparer environ 200 pièces d’assemblage de 15 cm de long à partir de tiges filetées.

SAM_3854 tiges filetées coupées,

SAM_3853 rondelles plus écrous,

Après quelques heures de travail :

SAM_3858 200 pièces d’assemblage.

Dans le cas ou il viendrait à en manquer, on les réalisera sur place.

Modification du calendrier des travaux.

La première phase des travaux ayant bien démarrée, elle s’est vue perturbée par divers événements :

– le sciage a pris un peu plus de temps que prévu, en effet les trois semaines programmées à la base se sont avérées trop justes et 5 semaines auraient été plus juste. Toutefois, ayant souvant scié seul bien que Philippe ai répondu présent, chaque fois que je l’ai sollicité pour les 3 dernières semaines, il a fallu les multiplier par trois, représentant finalement 1 mois et demi de plus, qui ont été particulièrement hachurés du fait des autres événements,

le temps qui passe

– une panne importante sur la scierie est survenue, la rendant indisponible 2 bonnes semaines,

percement soupape

– la précision de coupe de la scierie n’a pas permis de réaliser le bardage et le lambris brut. Il a donc fallu passer l’ensemble des « planches » à la corroyeuse pour les finir sur les faces apparentes et de contact. Remarque l’esthétisme n’en est que mieux,

SAM_3683

– le temps s’en est méchament mêlé et là, catastrophe impossible de se faire liver le Douglas, car bloqué sur les lieux d’abattage car le débardage occasionnerait trop de dégats dans les forêts. Cependant, il est bien que les forestiers se préoccupent de l’état de nos forêts.

jour de pluie

Il a donc fallu s’adapter en fonction de ces événements qui font qu’aujourdhui il me reste à réaliser :

– 140 lames de bardage en 4 ml,

– 140 lames de bardage en 3,3 ml,

– 70 lames de bardage en 2,6 ml

– autant de couvre-joints dans les mêmes dimensions plus 140 en 4,5 ml

– 180 m² de lambris.

Cependant, il faut tenir compte que nous avons 4 bennes de 27 m3 de paille de lavande qu’il nous faut libérer pour juin, alors le montage doit commencer au plus tôt et pour cela le transport est programmé pour le lundi 3 mars.

Le chargement de la semi-remorque se fera le samedi 01 mars et son déchargement le mardi 04 à Montjoyer.

Enfin, le chargement du premier vayage, car dans les aventures, il arrive toujours des mésaventures et concernant le transport l’énigme est la suivante :

– le cubage de bois entre dans la semi,

– le poids du chargement est inférieur à la capacité de la semi,

Alors pourquoi un voyage ne suffit pas ?

?

?

?

Tout simplement parce que le rapport poids/hauteur a de grande chance de faire se coucher la semi remorque au premier virage.

Le montage s’en suivra avec les aléas du temps. Espérons que celui-ci sera enfin clément mais …..

Voici donc le nouveau planning prévisionnel des travaux de la deuxième phase qui consiste au montage :

Le premier transport livrera l’ossature du plancher, des murs et de la toiture plus de la volige.

Le deuxième transport qui se fera vers le 20 avril livrera le reste de la volige, le lambris, le bardage et ses couvre-joints, le plancher de terrasse, ainsi que le reste des pièces de bois pour les finitions.

Entre temps, après une première phase de montage de la structure, je rentrerai 4 semaines pour finir le bardage, les couvre-joints, le lambris et le plancher.

planing travaux montage 1 planing travaux montage 2

Plan du circuit de protection par la terre

Dans un article précédent, le sujet abordé était la mise à la terre. Sans rentrer dans les détails du circuit, il traitait plutôt de la liaison principale et de la prise implantée dans le sol.

mise à la terre

Cet article abordera le côté des liaisons de protection entre les différents équipements ou installations que l’on peut trouver dans une habitation individuelle.

Schéma de principe de la mise à la terre d’une maison individuelle :

schémat général

La liaison équipotentielle principale :

Cette liaison (LEP) relie à la barrette de terre  barette de terre 2  l’ensemble des équipements :

– arrivant au bornier de terre du tableau principal et éventuellement tableau (x) secondaire (s) où arrivent :

–> les circuits normaux prises,

–> les circuits spécialisés prises ou sorties de câbles,

–> les circuits d’éclairage.

– les liaisons équipotentielles supplémentaires (LES), ou locales par lintermédiaire de la barrette de répartition,

borne principale de terre  :

–> l’ensemble des matériaux ferreux (donc conducteurs) apparents constitutifs de la construction tels charpentes, poteaux, structures de plancher et planchers métalliques,

–> les huisseries, portes, fenêtres, baies coulissantes,

–> les canalisations d’eau, gaz, fuel, chauffage etc…,

–> la plupart des équipements de la salle de bain.

Comment définir la section du conducteur principal de protection :

Sa section dépend des conducteurs alimentant l’installation,

section du cable    cependant il doit avoir :

– la même section que les conducteurs d’alimentation du tableau principal, si ceux-ci ont une section inférieure ou égale à 16mm²,

– une section de 16mm², si les conducteurs d’alimentation ont une section de 25 ou 35mm²,

– une section minimale égale à la moitié de celle des conducteurs d’alimentation, si ils ont une section supérieure à 35 mm².

– pour connaissances d’homme du monde, car la situation est peu courante, certains équipements qui peuvent avoir besoin pour fonctionner d’une liaison au moyen d’un conducteur de mise à la terre.

Il s’agit d’une mise à la terre fonctionnelle et dans ce cas la couleur du fil ne sera jamais en jaune/vert.

Liaison équipotentielle des appareils et équipements situés dans une salle de bain :

liaison équipotentielle 2

Cette liaison équipotentielle peut être réalisée de 2 façons :

– en reliant les équipements en série puis à la terre, d’une prise de courant par exemple,

– en installant hors volumes, une boîte de connexion spécifique.

Sont concernés, tous les équipements, matériels électriques ou matériaux conducteurs (cuivre ou métallique) tels :

– les tuyaux d’arrivée d’eau chaude et froide si ils sont conducteurs (PER et autres « synthétiques » non concernés),

– les canalisations de chauffage central,

– le corps de la baignoire ou du receveur de douche (acier ou fonte),

– les bondes de vidange (baignoire, douche, lavabo) si elles sont reliées à des canalisations conductrices (PVC non concerné),

– les huisseries métalliques de portes et de fenêtres,

– les bouches de ventilation si la gaine est métallique,

– les armatures métalliques du sol.

Il n’est pas nécessaire de relier les accessoires métalliques : grille d’aération naturelle, porte-serviette, armoire métallique, … si ils ne sont pas électriques.

La liaison équipotentielle secondaire :

Elle est réalisée par un conducteur dont la section est :

– 2,5mm² si il est protégé mécaniquement (posé sous conduit ou sous moulure),

– 4mm² si il ne l’est pas et si il est fixé directement aux parois.

Les conducteurs ne doivent pas être noyés directement dans les  parois. Ils sont obligatoirement de couleur vert/jaune.

Plan de protection de notre projet :

plan mise à la terre

Du Douglas enfin du Douglas

Alors que tout a commencé dans de bonnes conditions en septembre, il a fallu que la pluie s’en mêle et depuis le 15 novembre, il est impossible de débarder les arbres coupés en forêt.

Une livraison devait être faite d’ici la fin novembre 2013 repoussée au 15 décembre 2013 pour être de nouveau déplacée vers la mi-janvier 2014.

Mais la pluie, encore la pluie, toujours la pluie………

jour de pluie

Cependant, je n’ai pas à me plaindre quand on voit ce que beaucoup ont vécu ces derniers mois avec les inondations.

inondations

Faute de bois à scier, courant janvier, j’ai décidé de programmer le transport le 17 février ainsi que le chargement au cours du week-end du 15 et 16, de toutes les pièces réalisées, afin de débuter le montage rapidement, car il nous faut restituer 4 bennes de 27 m3 remplies de paille de lavande d’ici le début juin.

Il faut donc avancer.

Fin janvier il ne me restait à confectionner plus que le bardage ainsi que le lambris, que forcé et contraint je confectionnerais et transporterais lors de mes allers et retours entre l’Aude et la Drôme.

Chose bien moins pratique, mais vu le problème de plus en plus inévitable.

Mais notre forestier, devant cette situation a réussi à trouver du Douglas et à le livrer le mercredi 29 janvier.

grumier

Des arbres magnifiques.

SAM_3838    SAM_3839    SAM_3840    SAM_3842

15 mètres de long, des diamètres avoisinant les 60 centimètres à la base et les 45 à l’autre extrémité.

Malheureusement nous ne connaissons pas les dates de coupe et bien que la nature soit au repos, les arbres ne sont pas épurés comme ils le seraient en période de lune favorable.

Du coup, revirement de situation, je reporte le transport au 03 mars 2014 avec un chargement au cours du week-end du 01 et 02, cela simplifiera la livraison, le déroulement du montage et seuls quelques dizaines de m² de bardage et lambris de dimensions inférieures à 3,50 m resteront à promener à la remorque.

Voilà, on fait au mieux pour s’adapter aux circonstances et il me faudra encore modifier mon calendrier.