Les plans des circuits électriques

Le confort d’une maison se mesure par la qualité de vie des occupants :

sensation de confort

– il doit y faire une température agréable tout au long des saisons. Cela passe avant tout par une bonne isolation, une exposition bien définie pour un ensoleillement maximum aux périodes froides et une architecture bien étudiée pour limiter la pénétration des apports de chaleur aux périodes chaudes avec la mise en place de techniques d’optimisation.

– les bruits parasites doivent être le plus réduits possible, en employant des matériaux absorbants lors de la construction, mais également en choisissant de l’ameublement ou de la décoration influant sur cette diffusion sonore.

– la santé doit y être préservée, (qualité de l’air, absence de radon et autres pesticides et toxiques de tout genre), en habitant une maison qui respire et en perturbant au minimum les ramifications du terrain dans lesquelles toutes sortes d’activités se déplacent.

Le fait par exemple de creuser des fondations, un sous-sol, peut perturber l’équilibre installé dans le sol en bloquant ou en la déviant une activité.

Pour ceux qui connaissent l’acupuncture, le sous-sol présente des similitudes avec le corps des êtres vivants dans le domaine du déplacement des énergies et le perturber provoque des noeuds contrariant leur bonne fluidité.

C’est l’énergie Téllurique issue de la Géobiologie.

énergie tellurique

article.

Cependant, vous n’êtes pas obligés d’y croire.

– le fonctionnement doit y être le plus pratique possible en permettant de limiter les contraintes liées aux équipements techniques.

Qui parle d’équipement technique parle forcément d’énergie électrique. Pour cela il est judicieux de bien y réfléchir et c’est là que l’on va aborder la confection des plans électriques.

la domotique

D’autant plus qu’à l’heure de la domotique et de l’iphone tout est possible.

Cependant, si on parle de maison saine, naturelle, voir écolo, les ondes ne font pas bon ménage avec l’idée première, mais que grand bien cela fasse aux pro-écolos qui roulent en gros 4×4, vivent dans une maison énergievore et roulent 100 000 Kms par an pour manifester contre la disparition de la couche d’ozone en se donnant bonne conscience parceque seuls à respecter la planète de toutes les manières cela ne changera rien aux choses.

bonne conscience 3

Alors restons simplement sur la réflexion que chacun adaptera ses plans à l’équipement qu’il envisagera.

1) Dans un premier temps, recenser l’ensemble des équipements techniques qui vous accompagnerons :

électricité légende et matériels

– l’éclairage intérieur et extérieur, qui définira les points lumineux ainsi que les interrupteurs manuels ou automatiques avec ou sans temporisation.

– l’emplacement des équipements audio, vidéo, hifi, informatique pour les prises d’alimentation, mais également les prises spéciales (RJ45, hifi, ect…..)

Question, souhaitez-vous que les fils soient apparents ou alors passent dans des gaines installées dans les murs et cloisons ?

– l’emplacement des équipements techniques tels chauffage, climatisation, chaudière, chauffe-eau,  projet photovoltaïque, pompe de relevage ou surpresseur,  etc……

– l’emplacement des équipements de confort, volets, stores électriques, piscine, portillon ou portail électrique, sonnette, motorisation pour porte de garage, une parabole rotative, les décorations de noël, etc……

On ne prévoit jamais suffisamment, alors essayez d’anticiper sur des possibilités d’équipements futurs car un petit investissement immédiat peut éviter une grosse dépense ultérieure.

J’en suis à ma troisième rénovation totale et je suis toujours en train de rajouter une gaine.

Le problème, c’est que quand ça n’a pas été prévu il est toujours plus compliqué de rattraper les choses.

Aujourd’hui, vous mettez une fenêtre de toit à un endroit un peu haut et vous vous dites qu’une perche ou un escabeau fera bien l’affaire, mais un jour vous ne supportez plus l’escabeau dans la pièce, ou cette perche qui finalement n’a rien de pratique et vous pensez qu’une motorisation serait super pratique, mais en réalité, c’est pas simple, de plus il va falloir refaire une partie de la pièce et le budget va exploser. Alors que si une gaine avait été passée au moment des travaux de base, se serait bien plus simple, bien moins long à faire et bien moins coûteux…….

2) Ce premier travail réalisé, il faut reporter tous ces équipements sur un, ou, pour une meilleure visibilité, plusieurs plans, sans oublier que la plupart fonctionnent avec des annexes :

plan élect prises positionnementpour l’exemple, ce plan recense uniquement les prises.

– un appareil de production de chaleur peut fonctionner avec une ou plusieurs sondes ainsi qu’avec un ou plusieurs thermostats. Attention, le sans fil oblige le remplacement des piles alors que le filaire permet une alimentation directe.

– l’éclairage d’un couloir peut compter 1 ou plusieurs points lumineux, 1 ou plusieurs interrupteurs ou boutons poussoirs, télérupteur, minuterie.

Il est donc particulièrement important de bien recenser l’ensemble des accessoires permettant le fonctionnement pratique et judicieux de l’équipement.

3) Les équipements et accessoires positionnés, tracer les liaisons par gaines.

plan électricité vide sanitaire extérieur   circuits prises et lumières sous-sol.

plan prises spécialisées circuits spécialisés.

 plan prises général  circuits prises.

plan électrique lumières général   circuits lumières.

plans prises TV et TEL   circuits TV et RJ45.

Cela permet de définir s’il faudra utiliser des boîtes de dérivations ou pas, leur nombre, mais également leur dimensionnement, mettre en place un ou des tableaux secondaires afin de repartir sur une installation distincte, choix judicieux pour alimenter une annexe qui nécessiterait plusieurs circuits.

plan élect prises 1 salon NOcircuit 1 prises salon Nord/Ouest

plan élect prises 2 salon S Ocircuit 2 prises salon Sud/Ouest

plan élect prises 3 salon Sudcircuit 3 prises salon Sud

plan élect prises 4 cuisine circuit 4 prises cuisine

 plan élect prises 5 chambre 1    circuit 5 prises chambre 1

plan élect prises 6 chambre 2  circuit 6 prises chambre 2

plan élect prises 7 chambre 3   circuit 7 prises chambre 3

plan élect prises 8 couloir_SDB_CH 3  circuit 8 prises couloir, salle d’eau et « chambre 3 »

  plan élect prises 9 garage_buanderie   circuit 9 garage, buanderie

plan élect prises 10 vide sanitaire_extérieur  circuit 10 sous-sol et extérieur

4) faire les plans circuit par circuit et noter sur les liaisons la distinction des fils passant dans les gaines.

électricité légende et couleur

En ce qui concerne les circuits prises, il n’est pas nécessaire de faire un repérage des fils car dans chaque gaine on trouve 3 fils dont 1 phase, 1 neutre et 1 terre en diamètre 2,5 mms.

Exemple pour éclairer un point lumineux comptant une ampoule au moyen d’un va et vient, il faut :

– du tableau à la boîte de dérivation : 1 neutre (bleu), 1 phase (rouge), 1 terre (jaune/vert). La section des fils sera de 1.5 mm²,

– de la boîte au premier interrupteur : la phase (rouge) et les 2 navettes (noir),

– de la boite au deuxième interrupteur : un retour de phase (rouge ou autre couleur) qui ira jusqu’au point lumineux et les 2 navettes (noir),

– de la boîte au point lumineux : le neutre, le jaune/vert et le retour de phase (rouge ou autre couleur) arrivant du deuxième interrupteur.

si le point lumineux compte 2 ampoules distinctes, il faudra rajouter une gaine avec : le neutre, le jaune/vert et un retour de phase (rouge ou autre couleur) arrivant du deuxième interrupteur.

Les connexions des neutres, terres et des retours de phase se réaliseront dans la boîte de dérivation au moyen de connecteurs automatiques adaptés ou de dominaux (sucres) à serrage par vis.

plan élect lum salon_terrasse_cuisine circuit 1 lumière salon, cuisine, terrasse

plan élect lum 2 couloir_chambres circuit 2 couloir et chambres

 plan élect lum 3 cuisine_SDB   circuit 3 lumière cuisine, salle de bain

plan élect lum 4 extérieur_vide sanitaire circuit 4 lumière sous-sol et extérieur

plan élect lum 2 couloir_chambres circuit 5 lumière garage

Cependant rien n’est figé, en effet, lors de vos travaux, si le projet a évolué, il suffit de suivre les choix nouveaux puis d’apporter les corrections sur les plans.

Une fois les travaux réalisés conforménant à la NF C15-100, il peut être monté un dossier électricité dans lequel on peut y retrouver :

–  les notices techniques et d’utilisation des équipements et matériels,

– le recensement et le repérage des différents circuits,

– l’ensemble des plans à jour.

L’avantage de faire de la sorte, c’est que le jour du passage du Consuel cela permet de répondre clairement à toutes questions qui pourraient être posées.

Le Bardage :

Le bardage définit le revêtement extérieur.

Il a un double but :

– protège la structure du bâtiment ainsi que l’isolant,

protection

– participe grandement à l’esthétisme de l’ensemble.

Pour répondre à ces deux buts, le bardage doit être résistant aux agressions du temps, mais égalements aux différents chocs accidentels.

Plusieurs possibilités sont envisageables, cependant pour le projet le choix a été fait de faire confiance aux anciens dont les acquis se sont accumulés au fils du temps.

Alors que l’être humain n’a de cesse de contrarier la nature pour encourager le profit en prétextant prendre des mesures afin de bloquer le processus engagé depuis la révolution industrielle de notre destruction à moyen, voir à court terme , il n’est pas forcément nécessaire de faire compliqué.

Revenons à la source, car il est évident : c’est la nature qui a raison.

c'est la nature qui a raison

« Ecoutes l’arbre dans la forêt, il t’enseignera bien plus que n’importe quel maître ».

l'arbre dans la forêt

« Il y a plus dans les forêts que dans les livres ».

St bernard      Dictons de Saint Bernard.

Nous avons choisi le projet le plus naturel en :

– faisant couper ou en coupant les arbres en respectant le calendrier lunaire,

– positionnant le bardage à la verticale afin que l’eau suive les veinages du bois pour s’écouler et non stagner,

– saturant le bois avec une huile naturelle et de plus bio (huile de tournesol). L’huile imprégnée dans le bois repoussera l’eau. Bien évidemment tout autre huile ferait l’affaire, cependant celle que nous allons utiliser a un tarif particulièrement intéressant.

huile de tournesol

Pour ce qui est de l’esthétisme d’un bardage posé à la verticale avec un couvre joint, les goûts et les couleurs de chacun jugeront ce carractère personnel, mais un aperçu pour le moment permet de se faire une première idée.

SAM_3822

Toutefois, il faudra attendre encore un peu pour voir une façade bardée, le forestier m’ayant planté sur la livraison du bois, mais je ne désespère pas de débuter le montage en deuxième quinzaine de février une fois le transport (de la plus grande partie des pièces) réalisé.

Pour le reste, la remorque complètera au fur et à mesure des allers et retours, le manque de sérieux de certains.

La route empruntée par les autocostructeurs est loin d’être un long fleuve tranquille mais remarques, si j’avais planté les arbres le jour de ma naissance, ils seraient matures aujourd’hui.

Comme quoi prévoir évite bien les problèmes.

pas de problème

l’équarissage et le sciage d’une grume en vidéos

L’équarissage consite à tailler quatre faces à angles droits dans une grume.

La grume est positionnée sur le banc de sciage puis calée contre les béquilles à l’aide des chandelles à vis.

Les premiers passages permettent d’obtenir en fonction de la décroissance,  les dosses (partie arrondie du tronc), puis des planches dans l’aubier.

Ces planches demandent à être délignées afin d’avoir leurs bords rectilignes.

Vidéo : sciage d’une grume face 1 :

Tourner manuellement la grume demande un effort considérable en cas de gros diamètre.

Il peut être utilisé un tourne-bille rendant la manoeuvre bien plus aisée.

Pour cette manoeuvre, positionner le tourne-bille à l’une des extrémités de la grume, s’assurer que la griffe pénètre bien le bois, puis faire pivoter la grume en manoeuvrant d’un quart de tour l’outil.

La grume est appuyée contre la béquille puis maintenue à nouveau avec la chandelle à vis.

Vidéo : tournage d’une grume face 2 :

Vidéo : sciage d’une grume face 2 :

Ce sciage, permet d’obtenir le premier angle droit ainsi que le délignage d’un côté des planches obtenues.

Il faut également dans cette phase, commencer à calibrer la pièce de bois en cours d’équarissage.

Vidéo : tournage d’une grume face 3 :

Vidéo : sciage d’une grume face 3 :

Ce travail sur la grume, permet d’obtenir un deuxième angle droit ainsi que deux faces de grume opposées et parallèles.

Il faut dans cette phase, calibrer la hauteur séparant les deux faces opposées de la pièce de bois en cours d’équarissage qui servira soit de retombée,

calibrage de l'équarissage

soit de hauteur dans laquelle sera débitée l’épaisseur des planches.

Vidéo : tournage d’une grume face 4 :

Vidéo : sciage d’une grume face 4 :

Cette étape, permet le dernier calibrage, puis le sciage des pièces de bois dans leur épaisseur.

Et voila, à la suivante…….

Le débardage

Le débardage consiste à sortir les arbres coupés en forêt de leur lieu d’abattage,

SAM_3730  SAM_3736

pour les diriger sur le lieu de stockage provisoire,

SAM_3814

dans l’attente de leur chargement sur le véhicule,

SAM_3818   SAM_3816

qui les transportera sur le lieu de sciage.

SAM_3313  SAM_3356

Materiel :

– un engin, ici un tracteur,

– un treuil. Sa puissance doit correspondre aux arbres à sortir, ainsi qu’au gabarit de l’engin.

SAM_3732 SAM_3735

Positionnement du tracteur dans l’axe de la traction :

SAM_3731   SAM_3734

l’arbre coupé, celui-ci est ébranché puis amarré au treuil pour être provisoirement positionné en bordure de chemin.

SAM_3738 SAM_3739

Mais avant il faut amener le câble du treuil au niveau de l’arbre à sortir et là ce n’est pas forcément de tout repos :

SAM_3749 SAM_3750

SAM_3752 SAM_3756

puis il est tiré au moyen du treuil jusqu’en bordure de chemin :

Voir vidéo :

SAM_3809 Et toujours Philppe avec à côté Samy le fils de Babeth.

Maintenant que j’ai découvert le débardage, il ne me reste plus qu’à couper des arbres. La lune étant en phase d’être descendante, il se pourrait bien qu’avec Nicolas, nous allions passer une journée en forêt pour abattre quelques arbres, car le forestier devant nous livrer le reste de bois en grumes, me pose des lapins depuis le 15 décembre.

Une fois c’est trop humide et l’autre fois c’est la gastro, mais comme il faut avancer, les plus courageux trouvent des solutions, alors si les arbres ne viennent pas à nous, nous, nous allons aux arbres.

Souvenez-vous :

1 problème = 1 ou plusieurs solution (s)

contrairement à :

Résolution des PB

Installation électrique : le circuit lumière.

Les circuits lumières servent à alimenter l’éclairage du bâtiment.

Dans ces circuits, les prises commandées par un interrupteur sont prises en charge.

matériels :

matériels lumières

Ces circuits sont alimentés en fils de 1.5 mm² et protégés par un disjoncteur 16 A.

Le nombre maximum de points lumineux autorisés est de 8, sachant qu’un point lumineux peut être composé de plusieurs ampoules :

–  sur un même luminaire,

point lumineux plusieurs ampoules

– en différents luminaires.

point lumineux plusieurs luminaires

Nombe minimum de point d’éclairage par pièce, imposé par la norme NF C 15-100 :

– séjour, 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– chambre 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– cuisine 1 Point central équipé d’une boîte DCL,

– autres pièces (sup 4 m² hors WC) 1 Point équipé d’une boîte DCL (centre ou applique),

– entrée 1 Point d’éclairage extérieur,

– salle de bains 1 Point d’éclairage équipé d’une boîte DCL avec obturateur ou luminaire IP 4X.

La commande de l’éclairage est réalisée par interrupteur (s) :

– simple,

– va et vient (généralement 2 interrupteurs, bien qu’un branchement spécifique permet 3 interrupteurs),

télérupteur lorsque plusieurs interrupteurs sont nécessaires (en général au-dessus de 2),

– détection ou automatique.

qui peuvent être :

– variateurs,

–  temporisés,

– avec commande à distance,

– tactiles,

–  multi-scénarios.

Schémas de branchement et de connexions :

schéma de branchement 1 point 1 éclairage

Chaque interrupteur peut commander 1 ou plusieurs ampoules.

schéma de branchement va et vientLe va et vient permet de commander 1 ou plusieurs luminaires de 2 endroits différents.

schéma de branchement télérupteurtLe télérupteur permet de commander 1 ou plusieurs luminaires de plus de 2 endroits.

schéma de branchement par connecteurLes connecteurs remplacent les dominos (ou sucres).

Ils sont automatiques ou à leviers.

Leurs avantages :

– encombrement réduit,

– chaque fils a son orifice de connection,

– permettent de 1 à plusieurs connections,

– offrent un contact sans risque de jeu, ou de desserrage,

– permettent la connexion de différents diamètres de fils.

Tableaux de rappel puissance/section/ protection :

section_puissance_longueur_1   section_puissance_longueur_2

S’il est intéressant, dans la mesure du possible, pour les circuits prises, de passer les gaines et câbles sous les planchers, par le vide-sanitaire, ou une cave, il en est tout autre pour les circuits lumières, qu’il est préférable de passer en partie haute au-dessus des plafonds ou dans les combes.

Comme pour les circuits prises, si vous avez la possibilité de placer une boîte de dérivation par circuit et judicieusement positionnée au plus prés des pièces concernées, cela devrait vous simplifier l’installation.

Toutefois, dimensionnez bien les boîtes de dérivation, car si pour un circuit prises votre boîte pourra compter au maximum 9 orifices d’entrées ou sorties [ cas d’un circuit ou chaque prise est alimentée directement de la boîte (circuit en pieuvre)], il en sera différemment pour le circuit lumière, pour lequel, pour un socle, vous pourriez avoir :

– 1 télérupteur avec 3 ou 4 boutons poussoirs et 2 ou 3 points d’éclairage, soit déja 7 ou 8 orifices d’entrées ou sorties,

alors que vous pouvez encore sur ce même circuit alimenter 7 autres points (socles) lumiaire.

Dans ce cas, pensez à redistribuer vers d’autres boîtes de dérivations pour soulager la boîte principale :

branchement en pieuvre

Dans le schèma ci-dessus, le circuit compte 4 lignes :

– un socle avec télérupteur 4 boutons poussoirs commandant 3 points lumineux,

– un socle avec va et vient 2 interrupteurs commandant 2 points lumineux,

– 2 socles indépendants avec 1 interrupteur, chacun commandant chacun 1 point lumineux.

Cependant, il pourrait y être rajouté de nouveau, les mêmes équipements pour arriver au maximum de 8 socles.

Pour ces 4 lignes, il faudrait une boîte comptant 16 entrées ou sorties et dans le cas où l’on doublerait à l’identique pour obtenir 8 socles, il faudrait 31 entrées ou sorties.

Imaginez la grosseur de la boîte et le bor…. qui y règnerait :

boites de dérivation gros modèle

les circuits lumières doivent également :

– être reliés à la terre,

mise à la terre

– être interdits dans des périmètres définis aux environs de points d’eau (douche, bain, évier, lavabo) ou répondre à la norme d’étanchéité indice de protection IP.

L’indice de protection IP comporte 2 chiffres.

Le premier chiffre correspond à la protection contre la pénétration des corps solides.

Le deuxième chiffre correspond à la protection contre la pénétration des liquides.

Cependant, dans le cas d’une boîte de dérivation indice IP 55 correspondant à une protection contre les jets d’eau de toutes directions à la lance (buse de 22,5 mm, 12,5 l/min), je n’ai pas trouvé la correspondance avec les indices utilisés actuellement par la norme (sauf erreur de ma part) puisque les indices mis en avant actuellement sont : X 0, X 1, X 4, X 7 ???????

indices de protection

L’indice de protection peut également comporter une lettre A, B, C, ou D correspondant à la protection par contact :

– A par le dos de la main,

– B avec le doigt,

– C avec un objet de 2,5 mm de diamètre,

– D avec un objet de 1 mm de diamètre.

volume d protection

volume 0 : IP X7,

volume 1 : IP X4,

volume 2: IP X4,

volume 3 : IP X1,

Toutefois, certaines rares mesures peuvent compléter cette protection, il est donc judicieux de se reporter aux fiches techniques du matériel devant être installer.

Chaque point lumineux doit :

– être de type DCL depuis 2001 pour les installations neuves ainsi que pour les rénovations,

boîtes DCL

– être branché :

=> en provisoire par une douille adaptée,

=> définitivement par une fiche spéciale,

=> la phase, câble toutes couleurs autres que bleu et jaune/vert à droite,

=> le neutre, câble bleu à gauche,

=> la terre, câble jaune/vert au centre.

Bon, je pense avoir fait le tour de la question sans pour autant prétendre faire des lecteurs des électriciens, l’idée étant toujours la même, dégrossir le terrain avec je l’espère, des informations simples et surtout compréhensibles, ce qui est parfois difficile à trouver.

Je vous rappelle toutefois que l’électricité est un domaine très technique avec une normalisation complexe et qu’il existe de bons livres illustrés dans le commerce et que pour quelques petites dizaines d’euros cet investissement peut vous éviter bien des déboires en commençant par le contrôle du « CONSUEL » dont le montant s’éléve à 116,96 sous la TAV 19.6.

Installation électrique : le circuit des prises

Les circuits prises servent à alimenter l’ensemble des équipements et matériels. Cependant, les prises commandées par un interrupteur ne font pas parties du circuit « prises », mais du circuit « lumières ».

Il s’agit donc principalement, la liste n’étant pas exhaustive, de :

– l’électroménager (petit robot de cuisine, ou gros lave linge),

électroménager

– l’informatique, l’électronique, la hifi,

informatique etc

– les lampes autres que celles des circuits lumières (lampes d’appoint),

lampes

– l’outillage :

==> électroportatif (perçeuse, scie circulaire….),

==> machines outils diverses (combinet bois, tour….),

électroportatif

matériels :

matériels prises

Ces circuits se regroupent en deux catégories :

– circuits normaux de 2 types :

==> alimentés en fils de 1.5 mm²,

protégés par un disjoncteur 16 A,

nombre maximum de prises autorisées 5,

prises 3 x1

==> alimentés en fils de 2.5 mm²,

protégés par un disjoncteur 20 A,

nombre maximum de prises autorisées 8,

prise 3 x 2

Il est possible de réaliser les circuits comme ci-dessus, en étoile ou en araignée, en distribuant chaque prise à partir d’une boîte de dérivation, elle-même alimentée par un câble directement pris sur le tableau au départ d’une protection.

Cependant, ils peuvent être réalisés en série en pontant d’une prise à l’autre, ou encore en combinant les deux possibilités.

Personnellement, je préfère et conseille le circuit en étoile ou en araignée, qui demande en général plus de câbles, une boîte de dérivation et des connecteurs.

Toutefois, il est plus clair et pratique à réaliser dans le cas possible du passage par un vide sanitaire ou un comble et donne l’avantage de ne pas surcharger les boîtes murales qui n’ont pas beaucoup de place disponible lorsqu’il faut brancher sur les équipements (prises) 2 x 3 fils de 2.5 mm².

– circuits spécialisés :

Il s’agit d’un circuit qui protège un seul appareil.

La norme précise un minimum de circuit :

– un circuit 32 A pour la plaque de cuisson : fils 6 mm²

– 3 circuits 16 A pour l’électroménager (lave-linge, four, lave-vaisselle) : fils 2,5 mm²

Cependant, la norme précise également que certains appareils doivent être branchés sur une protection dédiée, ce qui revient à un circuit spécialisé :

se mordre la queue d’où l’expression : se mordre la queue.

Alors pour faire simple, un circuit spécialisé devra être installé pour :

circuits spécialisés etc……

– VMC, si individuelle, avec une protection par un disjoncteur 2 A (fusible interdit),

– chauffe-eau,

– chauffage en salle de bain,

– chaudière et ses annexes,

– climatisation,

– automatismes, alarme, contrôle du bâtiment,

– piscine,

– circuits extérieurs indépendants du bâtiment.

Et pour finir, la prise du congélateur (fortement conseillée) avec une protection différentielle de type A (moins sensible) afin d’éviter au maximum les risques de coupures occasionnées par un autre appareil et qui pourraient entraîner la perte de son contenu en cas de réarmement tardif.

Les protections peuvent également être assurées par des coupe-circuits, cependant et personnellement je ne les site pas car le coupe-circuit est une protection assurée au moyen d’un fusible. Il s’agit d’un équipement d’un autre temps…..

Chaque circuit doit :

– être relié à la terre,

mise à la terre

– être équipé de la protection enfant par obturation des orifices,

protection prises

– être interdit dans des périmètres définis aux environs de points d’eau (douche, bain, évier, lavabo) ainsi que de points de chauffe (feux, plaque de cuisson), cependant autorisé pour le branchement de la hotte,

volume d protection

Les prises doivent :

– être à une hauteur minimale (l’axe) de 5 cm à l’exception de celles protégées par un disjoncteur 32 A qui doit être à 12 cm et celles répondant aux exigences sur l’accessibilité qui doivent se situer entre 0.80 et 1.30 m du sol.

Cependant, je ne comprend pas que l’on puisse pondre une anerie pareille à autoriser une prise située à 5 cm (l’axe) du sol avec le risque permanent de l’exposer aux contacts de l’eau (nettoyage, inondation et autres).

Mais attention à ne pas les positionner trop haut en raison du côté esthétique, car des fils qui descendent le long des murs ne font pas bon ménage avec la décoration.

25 à 30 cm (d’axe) est une hauteur répondant parfaitement à la sécurité ainsi qu’à l’esthétique.

– être fixées à la boîte encastrée pas vis, les griffes étant interdites,

– être branchées :

==> phase : câble toutes couleurs (autres que bleu et jaune/vert) à droite,

==> neutre : câble bleu à gauche,

==> la terre : câble jaune/vert au milieu le contact en haut.

branchement d'une prise

Tableaux de rappel puissance/section/ protection :

section_puissance_longueur_1  

Après avoir été branché, dirigeons nous vers la lumière.